lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceConférence de solidarité avec des femmes de la Résistance

Conférence de solidarité avec des femmes de la Résistance

Maryam Radjavi CNRI – A l'occasion du 8 mars, une conférence de solidarité avec des femmes de la Résistance et du soulèvement en Iran s'est tenue à la résidence de Maryam Radjavi à Auvers-sur-oise dans le nord de Paris, réunissant des militantes des droits des femmes et du mouvement pour l'égalité venues d'Italie, d'Espagne, de Grèce, d'Algérie, de Palestine, d'Australie, des Etats-Unis, du Canada, d'Angleterre et de France.La conférence qui s'est déroulée le 5 mars,était organisée par la commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne.(à voir en cliquant ici)

Voici le texte de l'intervention de Mme Radjavi:

Chers Amies
Chères Sœurs,
Je vous souhaite la bienvenue.

Je voudrais célébrer le 8 mars, la Journée internationale des Femmes, en saluant toutes mes sœurs dans le monde. Surtout celles qui, l'an dernier, ont lutté et sacrifié leur vie pour l'égalité et la liberté. Je rends hommage aux femmes courageuses du soulèvement et aux femmes d’avant-garde d'Achraf. Celles qui ont organisé des milliers de manifestations partout dans le monde. Celles qui ont fait une grève de la faim de 70 jours. Les filles courageuses qui sont tombées sous les balles des pasdarans comme Neda, symbole du soulèvement du peuple iranien. Et celles qui sont emprisonnées sous la torture et les pressions du régime. Enfin je vous rends hommage à vous, qui vous êtes dressées pour soutenir vos sœurs en Iran.

Oui, notre fête internationale, n'est pas seulement basée sur la solidarité. C'est une voix qui dit que le progrès de l'humanisme n'est possible qu'avec l'égalité des femmes.

Mes chères sœurs,

A l'occasion du 8 mars j'aimerais plus que jamais rendre hommage à chacune d’entre vous, du fond du cœur. Ce n'est pas une reconnaissance d’usage d’un discours au début d'un meeting. C'est plutôt l’expression d’une longue amitié, d’un respect profond du peuple iranien et de sa Résistance pour vos efforts importants dans le soutien à cette Résistance et ses femmes d’avant-garde.

Aujourd'hui on constate le développement des révoltes en Iran, et tout le monde a vu que l'argument des partisans de la complaisance sur la stabilité du régime ou son soutien de la société iranienne n’avaient pas de sens. Mais pendant toutes ces années, la campagne de propagande en faveur des mollahs a rendu tout le monde sourd. On l’a vu dans la campagne honteuse de diffamation contre la Résistance.

5 mars 2010 Auvers-sur-Oise

Malgré tout, vous avez toujours été aux côtés de la Résistance. Quand on traversait une situation difficile, quand une attaque ou un complot des mollahs nous menaçaient, vous étiez aux côtés de la Résistance :
– Dans la lutte pour radier l'OMPI de la liste terroriste de l’Angleterre et de l'Union Européenne.
– en vous révoltant contre la rafle du 17 juin 2003 contre la Résistance ici en France
– dans la campagne de soutien pour les droits des Achrafiens,
– en condamnant le massacre des Achrafiens l'an dernier, et vos efforts pour faire libérer les 36 otages
– en soutenant les grévistes de la faim d'Achraf et dans le monde,
– Ou en prenant la défense du soulèvement populaire en Iran, ces derniers mois.
Oui, dans tous ces défis difficiles, vous étiez en première ligne des défenseurs de la Résistance.

Vos efforts on porté leurs fruits : Avec des actions, des lettres, des interviews dans les médias, des articles dans les journaux ou la publication de livres, en participant à des rassemblements, des rencontres avec des demandes auprès des institutions gouvernementales et des organisations des droits de l'homme et en organisant des mouvements de femmes pour faire avancer ce but. Peut être que le premier jour, ces efforts semblaient minimes, mais après, on a pu voir leur efficacité. En attirant la solidarité des autres, surtout celle des femmes, vous avez remporté des succès dans beaucoup de pays.

Mes chères sœurs,
Votre travail collectif a été la clé de votre réussite. De nos jours, certains disent que les mouvements des femmes ne marchent plus. Mais vous avez prouvé le contraire. Vous avez avancé et influencé la politique des pays, grâce à votre travail collectif, votre solidarité, votre compassion, la sincérité entre sœurs, la persévérance, la patience et la tolérance.

Il y a 10 jours, un meeting au Parlement européen à Bruxelles a annoncé la création du Groupe parlementaire de solidarité avec les femmes pour un Iran Libre. Ce comité est un grand acquis et c’est un exemple à suivre dans chaque pays.

Mes chères sœurs,
Le 8 mars brille à nouveau, avec la bataille courageuse des femmes iraniennes dans le soulèvement pour la liberté. A cette occasion, je voudrais rappeler que sans la lutte des femmes, le soulèvement ne serait jamais arrivé à ce niveau de développement.

D’autre part, le rôle éminent des femmes conduit cette révolte vers le renversement du régime du guide suprême dans sa totalité. Certains se sont demandé comment les femmes avaient acquis cette position dans la lutte du peuple iranien. En fait, elle repose sur deux facteurs : Le premier, ce sont les luttes depuis 150 ans des femmes contre la dictature. Le second, c’est leur confrontation avec un régime misogyne.

Vous savez que les mollahs ont créé un enfer pour les femmes, avec une répression sauvage, des humiliations systématiques, un apartheid sexuel et la privation des droits et des libertés les plus élémentaires. Le résultat de ce système arriéré, a été d’un côté la misère et la détresse des femmes, avec ce noir bilan :
– un quart des femmes iraniennes sont victimes de dépression et de troubles psychologiques.
– les femmes ne sont que 12 % des acteurs économiques du pays.
– 2 millions de femmes très pauvres sont chefs de familles.
– 300.000 femmes sont victimes de la prostitution pour la seule capitale, Téhéran.

D’un autre côté, ce système a produit une répression sauvage qui a exécuté des dizaines de milliers de femmes opposantes politiques, torturé des dizaines de milliers d’autres et licencié, écarté et exilé des millions d’autres.

Et tout cela accompagné d’une grande souffrance causée par le contrôle et l’inquisition quotidienne, et toute sorte d’humiliations et d’insultes impossibles à évaluer. En fait, c’est une oppression particulière qui touche les femmes. Une oppression qu’on ne peut définir et qui ne connaît pas de limites, on ne sait où elle commence ni où elle finit.

Un exemple, c’est le viol systématique des prisonnières. Un autre exemple, c’est le code vestimentaire. Il n’y a pas de règle écrite ni de critère. Les sanctions vont du genre de vêtement, de sa couleur et de sa taille jusqu’au comportement et la manière de parler. Avec ce que subissent les femmes en Iran, vous pouvez imaginer la situation de la société. L’oppression de la femme en Iran, indique une vie inhumaine dans la société. Or, la libération et le progrès d’une société commence avec la fin de l’oppression des femmes.

Par conséquent, les femmes résistent aussi à ce régime, pour le droit de vivre comme un être humain. C’est pourquoi, leur lutte vise à renverser ce régime. Ces trente dernières années, elles ont joué un rôle clé dans la résistance organisée.

Vous savez avec quelle cruauté le régime réagit à la participation massive des femmes dans les manifestations. Ces derniers mois un grand nombre de femmes ont été arrêtées et torturée. Beaucoup aussi ont été violées. Cependant elles sont toujours en première ligne.

La présence des femmes dans le soulèvement et leur appel à un changement de régime, marque la victoire d’un chemin suivi par l’avant-garde de cette lutte, en particulier les femmes d’Achraf.

Ces sept dernières années, elles ont subi les pressions et les attaques du régime pour détruire Achraf et elle ont su diriger ce camp avec beaucoup de mérite. Avec courage, avec foi et avec patience, elles ont tenu bon sur le terrain d’une bataille complexe. Leur persévérance a été une source d’inspiration pour les femmes et les jeunes d’Iran dans la lutte pour la liberté.

Aujourd’hui, Achraf est sous un blocus inhumain imposé par le régime des mollahs et ses alliés en Irak. Ils empêchent même l’entrée des médicaments, de la nourriture et du carburant. Depuis quelques semaines, des agents de la force terroriste Qods des gardiens de la révolution sont postés devant l’entrée d’Achraf et ils ont à plusieurs reprises menacé de lancer une attaque sanglante.

C’est pourquoi je vous demande de participer à la campagne internationale pour mettre fin à ce blocus et faire garantir la protection d’Achraf par l’ONU

Je vous remercie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe