vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsCommémoration sous haute tension pour un jeune athlète tué par les pasdaran...

Commémoration sous haute tension pour un jeune athlète tué par les pasdaran en Iran

Commémoration sous haute tension pour un jeune athlète tué par les pasdaran en Iran

CNRI – La cérémonie en mémoire d’Asghar Nahvipour, qui a été tué dans le métro de Shar-e-Ray par les forces de sécurité du régime samedi 15 juillet, s’est tenue en présence de plus de 500 personnes. La cérémonie a eu lieu sous haute tension, puisque le régime avait interdit le droit de deuil à la famille et refusé l’autorisation d’organiser la commémoration. Ses agents continuent de la harceler et ont déchiré tous les affiches de faire part pour la cérémonie.

Selon les rapports, malgré toutes les mesures répressives, de nombreuses personnes ont assisté à la commémoration, dont tous les athlètes et les sportifs du gymnase traditionnel de Shahr-e-Ray. Les forces de sécurité du régime étaient présentent pour contrôler et intimider les participants, sans succès.

Les participants ont rendu hommage à cet athlète honorable et ont condamné son assassinat par les agents répressifs des pasdaran.

Le Conseil national de la Résistance iranienne a condamné dans une déclaration ce meurtre brutal et a déclaré :

L’assassinat d’Asghar Nahvipour, un jeune athlète iranien, par la police dans une station de métro de Shahre Rey, au sud de Téhéran, a soulevé une vague de colère et d’indignation à travers le pays. Cet incident a eu lieu le samedi 15 Juillet quand Nahvipour protestait contre un mollah qui était en train de harceler de jeunes femmes sous prétexte de « mauvais hijab ». Les témoins affirment qu’il a été tué à bout portant par la police, alors qu’il criait : « Nous ne voulons pas de ces mollahs. Nous ne voulons pas de cet islam. Quel genre de pays avons-nous ? Quel genre d’islam avons-nous à faire ? »

« Les autorités iraniennes n’ont pas autorisé sa famille à organiser une cérémonie dans sa ville natale et ont déchiré les affiches de ses funérailles. Les agents des services du Renseignement ont interdit à la famille d’organiser toute manifestation publique, d’évoquer la question ou même de pleurer sur la tombe de leur être cher. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe