mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: SociétéLe Procureur général du régime iranien exprime sa crainte des réseaux sociaux

Le Procureur général du régime iranien exprime sa crainte des réseaux sociaux

Le Procureur général du régime iranien exprime sa crainte des réseaux sociaux

CNRI – Le Procureur général du régime des mollahs a mis en garde sur l’activité « trop libre » de la population sur les réseaux sociaux. Mohammad Jafar Montazeri qui affichait sa crainte de voir les jeunes se connecter aux réseaux sociaux, a affirmé que « la défaite des Etats-Unis, des sionistes et des arabes face à Daech les a incités à tenter de dévoyer la jeunesse et d’investir dans le cyberespace et les réseaux sociaux en Iran. »

Sans présenter de preuve, il a décrit Telegram comme « russe » et Instagram comme « sioniste » et a mis en garde contre ce qu’il a appelé « le grand danger d’infiltration de l’ennemi dans le domaine de la culture ».

Cette autorité judiciaire a admis l’échec du régime à contrôler le cyberespace et a déploré : « Il n’y a aucun contrôle sur ces réseaux en Iran. »

Montazeri a ajouté que « les réseaux sociaux sont comme les autoroutes que nous avons ouvertes et il n’y a aucun contrôle sur elles, et on y trouve tous genres de contenus ».

Après le soulèvement de 2009, pour éviter de voir s’enflammer à nouveau la colère populaire, les dirigeants du régime ont affecté un très grand nombre de pasdaran à la « cyberguerre » pour identifier les internautes. Selon Mohammad-Ali Assoudi, sous directeur aux affaires culturelles et de propagande des pasdaran, « 20.000 membres des pasdaran ont été affectés dans diverses circonscriptions culturelles pour mener la cyber guerre. »

Un responsable de la police des mollahs a annoncé la mise sur pied de 56 nouveaux bureaux de la FATA, la cyberpolice, dans autant de villes iraniennes. La FATA est responsable du contrôle des e-mails, des réseaux sociaux et des blogueurs, déjà présent dans les chefs-lieux des 31 provinces iraniennes.

Javad Kamandi, le numéro deux des Forces de sécurité de l’État, a déclaré à l’agence de presse gouvernementale MEHR: « Le taux des délits cybernétiques augmente sur une base quotidienne ». Il faisait référence à l’utilisation grandissante de l’Internet par les jeunes pour contester le régime, et leur accès aux sites de l’opposition.  » 74 % des délits cybernétiques ont pu être identifiés », a-t-il annoncé.

En contrôlant l’espace Internet, les mollahs cherchent à empêcher la mobilisation des jeunes à travers les réseaux sociaux visant à provoquer des révoltes comme celles de 2011 en Égypte. Pour prévenir ce danger, le régime a créé plus de 60 organes de répression diverses, dont 12 sont responsables du contrôle et la répression sur internet.