mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Société70% de la population au chômage dans 1200 villes d’Iran

70% de la population au chômage dans 1200 villes d’Iran

70% de la population au chômage dans 1200 villes d’Iran

15 millions d’Iraniens vivent dans des bidonvilles, reconnaît l’adjoint au ministre

CNRI- L’adjoint au Ministre de l’Intérieur du régime iranien Morteza Mir-Bagheri a reconnu que le taux de chômage avait atteint 70% dans 1200 villes et qu’il se situait entre 40 et 60% dans 420 comtés entiers à travers l’Iran, a signalé l’agence de presse gouvernementale ISNA le mardi 12 avril.

Mir-Bagheri a insisté sur le fait que le taux de pauvreté grimpant sous la présidence de Hassan Rohani a contribué à un certain nombre d’autres problèmes sociaux, dont une hausse sans précédent du taux de divorces. « La proportion de divorces pour le mariage dans le pays est en moyenne de 23,6 pour 100 », a-t-il affirmé. « En d’autres termes, sur 100 mariages, 23,6 finissent en divorce. »

Mir-Bagheri a reconnu que près de 15 millions d’Iraniens étaient privés des services sociaux les plus élémentaires. « 10 millions de personnes vivent dans des bidonvilles, et 5 millions dans des ghettos. Nous avons un certain nombre de projets pour réduire la population dans les banlieues… Il y a eu une augmentation de 100% du nombre d’habitants dans les bidonvilles. »

Le ministre adjoint a également pointé du doigt la montée en flèche du taux d’addictions et l’incapacité du régime d’y faire face. « Le phénomène d’addiction est préoccupant dans notre pays étant donné qu’il touche des individus jeunes et que nous avons un pourcentage plus élevé de femmes toxicomanes. Les drogues utilisées sont également une source de préoccupation. Lors des décennies passées, des drogues plus traditionnelles étaient consommées, mais aujourd’hui, malheureusement, un quart des drogues sont des drogues dures industrielles. Dans le passé, les narcotiques entraient dans le pays par les frontières, mais la substance industrielle peut être produite à l’intérieur du pays. »

Mir-Bagheri a ajouté que 90% de ceux qui étaient placés dans des centres de désintoxication rechutaient dans l’addiction. « 700 000 personnes sont envoyés annuellement dans ces centres… [Mais] pour 100 personnes qui y entrent, [seulement] 10 guérissent », a-t-il expliqué.

Le haut dirigeant du gouvernement de Rohani a mentionné une réunion d’officiels du gouvernement avec le Guide suprême du régime Ali Khamenei sur le sujet des vulnérabilités sociales. « Lors de cette réunion », a-t-il déclaré, « des questions prioritaires telles que l’addiction, les quartiers surpeuplés, le divorce, et la corruption morale et sociale, ont été abordées. » Il a ajouté que ces questions seraient soulevées à nouveau dans les prochaines semaines lors d’une réunion avec Khamenei en personne. « Dans le message de Norouz du Guide suprême, son Excellence a mentionné le lien entre une « économie de résistance » et la réduction des vulnérabilités sociales, ce qui montre l’intérêt du Guide suprême pour la question des vulnérabilités sociales. »

 

Lire aussi: 

L’Iran occupe le 105e rang dans une liste classant les pays du plus heureux au moins heureux

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe