mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Société11 millions d’iraniens n’ont pas accès aux services de base

11 millions d’iraniens n’ont pas accès aux services de base

11 millions d’iraniens n’ont pas accès aux services de base

CNRI – Abdolreza Rahmani Fazli, le ministre de l’Intérieur du régime iranien, a reconnu le lundi 6 juin, à une session du parlement : « Il y a 11 millions de personnes qui vivent dans les bidonvilles en Iran, trois millions d’entre eux vivent en périphérie de la ville de Téhéran, de Machhad et d’Ahwaz. »

Fazli a déclaré : « Nous avons environ 2,7 millions de personnes qui vivent dans les quartiers marginalisés, ce qui est un problème qui peut menacer le pays ; et le gouvernement doit surveiller leurs conditions et être plus vigilant en ce qui concerne les changements au sein des communautés. »

Il a également fait référence aux ressources budgétaires insuffisantes du régime, en déclarant : « L’affectation et la répartition des ressources en Iran est faite en fonction de la population et de l’activité, ce qui – au bout du compte – conduit à ce que des zones comme Téhéran s’attirent près de 52% des ressources, laissant des localités telles que Sistan et Balûchistân ou Ilam sans ressources. »

Fazli s’est également exprimé au sujet de la question critique du chômage. « Environ 3,5 millions de personnes sont au chômage dans le pays et sa répartition n’est pas équilibrée et normale, » a-t-il expliqué. « Il existe des zones à travers le pays où plus de 60% des populations sont au chômage, et nous devons souligner qu’un taux de chômage de plus de 50 ou 60% peut causer des dommages sociaux irréparables.»

D’autres responsables du régime des mollahs ont précédemment reconnu que le taux réel de chômage en Iran est bien plus élevé.

Le journal officiel Shahrvand a précédemment rapporté qu’en 2014, il y avait 15 millions de personnes vivant dans des zones peu peuplées, hors de portée des services civils.

« Il y a six ans, neuf millions de personnes vivaient dans les zones périphériques et actuellement, il y en a 15 millions, » a souligné le journal Shahrvand. « Selon une annonce du Directeur du Bureau de l’autonomisation et de l’Organisation des établissements informels, qui était basée sur des études conduites dans 77 villes sur les gens vivant dans les zones périphériques, il est prédit que la population marginalisée du pays a atteint 15 millions de personnes qui n’ont pas accès aux structures adaptées et aux services municipaux. »

 

Voir photos

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe