mardi, novembre 29, 2022
AccueilUncategorizedLes médias iraniens écrivent sur la pauvreté, les inégalités et le danger...

Les médias iraniens écrivent sur la pauvreté, les inégalités et le danger d’une explosion sociale

Les médias iraniens écrivent sur la pauvreté, les inégalités et le danger d’une explosion sociale

Un coup d’œil aux médias d’État iraniens montre la profondeur des problèmes de subsistance de la population et la crainte du régime d’une explosion sociale.

Le 19 décembre, le régime iranien a finalement reconnu que la variante Covid-19 Omicron était entrée dans le pays. L’arrivée de cette variante va certainement s’ajouter au nombre croissant de morts à cause de Covid-19, qui approche rapidement le demi-million selon l’opposition iranienne.

Pendant ce temps, le 19 décembre, le journal Eghtesad-e Pouya a reconnu la flambée des prix des soins de santé, en particulier des médicaments.

« L’inflation croissante et la flambée des prix des soins de santé et de ses produits connexes ont augmenté le seuil de pauvreté en Iran », a écrit Eghtesad-e Pouya. « La situation a atteint un point… que les experts mettent en garde contre les maladies physiques et phycologiques aiguës et chroniques dans la société en raison de l’augmentation quotidienne des prix des médicaments et des soins de santé. »

« La baisse du pouvoir d’achat de la population a maintenant conduit à la malnutrition et, par conséquent, diverses maladies physiques, mentales et psychologiques liées au manque de nutriments, de vitamines et de minéraux dominent la société. Nous pouvions le voir dans l’augmentation du nombre de morts et de la pauvreté », ajoute Eghtesad-e Pouya.

Le peuple iranien n’a pas les moyens de se nourrir sous le règne des mollahs
Alors que les Iraniens ont du mal à joindre les deux bouts, les responsables du régime reçoivent des salaires astronomiques.

« Selon des rapports publiés, les [responsables reçoivent] un salaire mensuel de 284 millions de toman tandis que les employés reçoivent 3 millions de tomans », a écrit le 19 décembre Jomhuri-e Eslami, un journal d’État.

Jomhuri-e Eslami reconnaît que « nous savons que jusqu’à 10 % de [la société] reçoit des salaires super astronomiques et que les 90 % restants sont en dessous du seuil de pauvreté. Aujourd’hui, les économistes considèrent que le seuil de pauvreté dans notre pays est de 10 millions de Tomans. »

La pauvreté croissante des Iraniens au milieu du népotisme systématique en Iran a également été soulignée par le quotidien officiel Arman le 11 décembre.

« Les rapports et les statistiques indiquent les conditions de vie difficiles pour la population. Mais la situation est encore pire pour les familles iraniennes pauvres. La pauvreté blesse maintenant les gens jusqu’aux os, et c’est un problème grave. Si le gouvernement ne prend pas les mesures nécessaires, le peuple sera écrasé par le coût de la vie élevé », a écrit le quotidien Arman.

Il existe une fausse idée que les sanctions sont la principale raison de la pauvreté croissante de l’Iran, et le sort de l’économie iranienne est lié aux pourparlers nucléaires. L’agence d’État Jahan-e Sanat a démystifié ce problème le 12 décembre.

« Tous les Iraniens ne considèrent pas que les pourparlers nucléaires à Vienne ont un impact sur les problèmes sociaux et économiques et vont les améliorer. Un pourcentage important de personnes vivant dans la pauvreté ne se soucient pas des négociations », a écrit Jahan-e Sanat. « Les gens pensent que les négociations précédentes n’ont pas changé leur vie, ni l’économie du pays. En fait, l’inflation augmente de jour en jour. »

Les grandes manifestations iraniennes en 2018, qui ont éclaté en raison de difficultés économiques trois ans après l’accord nucléaire, ont confirmé que la crise économique iranienne ne provenait pas des sanctions internationales.

Le quotidien Jahan-e Sanat reconnaît que « l’inflation et la flambée des prix écrasent la population qui n’est plus incapable de tolérer plus de pression. Alors, pourquoi une famille qui peut à peine gagner son pain se soucierait-elle des pourparlers de Vienne ? »

Le peuple iranien considère le régime comme la véritable source de ses problèmes. Ils sont témoins de la façon dont les responsables du régime et leurs proches reçoivent des salaires astronomiques et mènent une vie luxueuse alors que les Iraniens vivent dans la pauvreté absolue. En conséquence, les manifestations à travers l’Iran se sont multipliées, promettant un autre soulèvement national.

La perspective d’un autre soulèvement a terrifié les responsables du régime et a incité les médias d’État à avertir les responsables.

À cet égard, Jomhuri-e Eslami a écrit : « Notre société peut sembler calme, mais il y a quelque chose sous la peau de la société qui est très dangereux. Si les gens perdent patience, il y aura un désastre. Comme l’a dit [le fondateur du régime Ruhollah] Khomeini, « il y aura une explosion qui ne laissera rien derrière ». En d’autres termes, s’il y a une révolution, ce sera la révolution des pauvres contre l’oligarchie [au pouvoir]. Si la situation actuelle perdure, cette révolution va émerger par négligence. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe