jeudi, février 2, 2023
AccueilUncategorizedIran : plus de 84.900 décès dus au coronavirus dans 373 villes...

Iran : plus de 84.900 décès dus au coronavirus dans 373 villes d’Iran

  • Lettre collective de médecins: Jusqu’à présent, près de 200 membres du personnel médical sont décédés et le nombre de victimes de la nouvelle vague a dépassé celui de la vague initiale. Dans ces circonstances, tenir les célébrations de deuil du mois sacré de Moharram, même avec un masque et en respectant les distances entre les participants, fait courir un risque sérieux de transmission de la maladie.
  • Le gouverneur d’Ilam : le nombre de malades du coronavirus dans la province ces 45 derniers jours est 306 fois plus par rapport aux 4 derniers mois et le nombre de morts 202 fois supérieur. (Agence Irna, 8 aout)
  • La faculté des sciences médicales d’Ardebil: Ces trois dernières semaines, Ardebil a connu le taux le plus élevé de contamination et de décès dus au coronavirus de ces cinq derniers mois. (Agence Irna, 8 aout)
  • La faculté des sciences médicales de Hormozgan : Actuellement, le taux d’occupation des lits de soins intensifs pour les malades du coronavirus est de 90% à Bandar Abbas. (Asr-e-Iran, 8 aout)

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé le samedi 8 août 2020 que le nombre de décès dus au coronavirus dans 373 villes iraniennes a dépassé les 84.900. Le nombre de morts dans les provinces de Téhéran est de 21.000, de Khorassan-Razavi 6288, d’Azerbaïdjan oriental 2450, de Fars 2365, de Kurdistan 1715, de Kerman 1281, de Hormozgan 1080, de Semnan 1065, de Kohguilouyer-Boyer-Ahmad 455 et de Khorassan du Sud 410.

Alors que malgré l’épidémie de coronavirus, les mollahs, poussés par l’appât du gain, emploient diverses tactiques pour forcer la tenue des cérémonies de deuil du mois sacré de Moharram, un groupe de médecins a écrit une lettre aux ayatollahs Marja (sources d’émulation) et aux séminaires, soulignant que 200 membres du personnel médical du pays étaient morts du coronavirus et que la nouvelle vague avait pris plus de vies que la première. « L’organisation de tout rassemblement, y compris les cérémonies de deuil de Moharram et la distribution de nourriture caritative, augmentera le nombre de malades et entraînera la mort de nos compatriotes », ont-ils écrit. « Aucun régulateur ne peut garantir le respect des protocoles sanitaires par des millions de personnes en deuil. Si une autorisation est délivrée, il sera impossible de garantir que des contrôles puissent être exercés sur la taille de la foule et que les cérémonies se déroulent en plein air dans tout le pays. Dans ces circonstances, même en utilisant un masque et en respectant une distanciation sociale, il y a toujours un risque sérieux de propagation de la maladie », ont-ils ajouté, selon l’ISNA, aujourd’hui.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 8 août 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe