jeudi, février 2, 2023
AccueiltempL’Europe doit considérer l’aspect humain dans ses relations avec l’Iran – le...

L’Europe doit considérer l’aspect humain dans ses relations avec l’Iran – le Sénateur irlandais Gerry Horkan

Gerry Horkan, vice-président de la commission des finances au parlement irlandais, participait le 16 décembre à un colloque à Paris intitulé Intitulée, « la situation explosive de l’Iran, le régime des mollahs encerclé par les crises ». La conférence internationale, organisée au Palais Brongniart, a vu la participation de plusieurs personnalités européennes, arabes et Nord-américaines.

Dans son intervention, le sénateur irlandais a déclaré :

« Je suis porte-parole de mon parti au Sénat irlandais et vice-président de la commission conjointe des finances au parlement irlandais. Je suis de l’avis que les démocraties occidentales devraient considérer l’utilisation des sanctions et d’autres mesures punitives comme outils pour intensifier la pression sur les dirigeants iraniens.

Cependant, il est plus important que nous en Occident, soyons prudents pour ne pas se mettre dans une position où la poursuite de nos intérêts économiques aide de dangereux régimes. Ceci est particulièrement important lorsqu’il s’agit de l’Iran et notamment après la levée des sanctions contre Téhéran en échange de restrictions sur son programme nucléaire.

Selon moi, c’était une erreur que de dissocier les préoccupations des droits humains et le soutien au terrorisme de Téhéran des négociations sur le nucléaire. Les puissances mondiales devraient demander des améliorations concrètes et vérifiables dans ces domaines tout comme pour les restrictions nucléaires avant de s’accorder sur une levée de sanctions contre l’Iran. Dans un sens, la levée des sanctions rend légitime les échanges commerciaux avec Téhéran sans se pencher vers les comportements inacceptables de ce régime.

Lorsque l’Occident a raté cette opportunité, les Pasdaran et les institutions sous le contrôle du Guide suprême sont devenus les principaux bénéficiaires de la levée des sanctions. Ce qui a été confirmé par l’agence de presse Reuters récemment, à la suite d’une revue exhaustive d’accords commerciaux depuis la levée des sanctions contre l’Iran en 2015.

Au moins 90 accords avec des entités gouvernementales ont impliqué des sociétés contrôlées largement par les gardiens de la révolution selon cette enquête. Les sociétés européennes et les gouvernements ne peuvent pas éviter la réalité qui est qu’aujourd’hui les portes de l’économie iranienne sont gardées par les mêmes personnes qui oppriment les Iraniens et qui exportent le terrorisme et l’idéologie intégriste qui nous menace tous.

Les Pasdaran terroristes

Ce qui veut également dire que l’UE ne peut pas se permettre d’ignorer le fait que derrière les banques officielles et les sociétés se cachent un réseau d’institutions contrôlées par la théocratie et notamment les Pasdaran. Et comme si ce n’était pas assez inquiétant, nous devons nous souvenir que les premières victimes de cette réalité sont le secteur privé iranien, les citoyens iraniens et les ouvriers qui luttent pour joindre les deux bouts et qui sont condamnés à vivre dans la pauvreté. Pourtant, l’Iran n’est pas un pays pauvre même si beaucoup de ses citoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Les ressources du pays sont utilisées pour augmenter la capacité des Pasdaran à anéantir la dissidence dans le pays. Tout comme pour augmenter sa capacité à exporter et soutenir le terrorisme au Moyen-Orient et à soutenir des régimes meurtriers comme celui du dictateur Bachar el-Assad en Syrie. Ces ressources servent également à envoyer des armes, des missiles et des équipements logistiques à des groupes terroristes comme le Hezbollah, le Hamas ou des milices chiites en Irak.

L’Europe ne devrait pas envisager le retour de ses investissements économiques seulement en termes financiers, mais elle devrait aussi considérer l’aspect humain.

Ce que je veux dire c’est que l’UE devrait faire savoir clairement au régime iranien et aux représentants de ce régime que s’ils veulent faire des affaires, alors ils doivent laisser la Rapporteuse spéciale de l’ONU visiter l’Iran. Ils doivent également mettre fin à toutes les pendaisons et les exécutions de mineurs, déclarer un moratoire sur la peine de mort, mettre un terme aux tortures et aux autres punitions barbares et libérer tous les prisonniers politiques et défenseurs des droits humains, ne plus financer le terrorisme, ne plus laisser les Pasdaran monopoliser l’économie du pays et répondre aux demandes légitimes et aux aspirations démocratiques de son propre peuple pour leur accorder le droit de jouir de leur liberté d’expression et de rassemblement.

C’est la plus grande contribution pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme que nous pouvons faire. Nous avons vu parmi la diaspora iranienne en Occident que les Iraniens peuvent faire de grandes choses lorsqu’on leur en donne l’opportunité. Je soutiendrai votre cause pour un Iran libre et démocratique et je travaillerai avec vous pour y arriver ensemble. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe