mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsUn prisonnier politique iranien dénonce la démagogie du régime dans un message...

Un prisonnier politique iranien dénonce la démagogie du régime dans un message de Noël

Un prisonnier politique iranien dénonce la démagogie du régime dans un message de Noël

CNRI- Ali Moezzi, un prisonnier politique de la tristement célèbre Prison Evin à Téhéran, a envoyé un message à l’occasion de Noël, dénonçant l’interprétation réactionnaire de la religion par les mollahs iraniens.

Deux des filles de M. Moezzi sont membres du principal groupe d’opposition iranien l’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI) au Camp Liberty, en Irak. M. Moezzi est enfermé dans la Section 8 de l’effroyable Prison Evin.

Son message dit entre autres : « Tous mes vœux à mes compatriotes chrétiens et musulmans à l’occasion de la naissance de Jésus Christ. La naissance du Christ, qui coïncide cette année avec celle du prophète de l’islam Mohammed, est une double occasion de célébration. Ces prophètes étaient des hérauts de la pitié, de l’émancipation, de l’égalité et de l’unité. Être réactionnaire est incompatible avec le chemin tracé par les prophètes, pionniers du progrès historique.

Les mollahs au pouvoir en Iran, les salafistes et les fondamentalistes assoiffés de sans ne connaissent ni Jésus, ni Mohammed, ni Abraham. Ils encouragent ce que les gens portent de laid et de méprisable et promeuvent la démagogie. En attendant ces jours de fête, nous demandons à Dieu d’éradiquer ce fléau de notre ère et de nous aider à instaurer l’amitié, la coexistence, la paix et la coopération entre les sociétés humaines. »

M. Moezzi, qui souffre sévèrement d’une occlusion des intestins, à été empêché le mois dernier par les sbires du régime d’être transféré à l’hôpital. À la suite de protestations de prisonniers politiques à Evin, il a été mené à l’infirmerie de la prison, mais a été emmené à nouveau dans sa cellule avant d’avoir pu recevoir un traitement médical.

M. Moezzi, prisonnier politiques des années 80, souffre de plusieurs maladies, dont un cancer et une insuffisance rénale aiguë, pour avoir subi des années de torture et d’emprisonnement dans les cachots du régime iranien. Malgré tout, aux côtés d’un certain nombre d’autres prisonniers politiques, il a organisé une grève de la faim le mois dernier pour protester contre la répression et l’arrestation de proches de prisonniers politiques et de personnes qui les soutiennent.