vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeUn assassin du peuple kurde et terroriste professionnel, a participé à la...

Un assassin du peuple kurde et terroriste professionnel, a participé à la conférence interparlementaire à Genève comme conseiller du président du parlement du régime iranien

La Résistance iranienne demande l’arrestation immédiate et le jugement du général des pasdaran Jafari Sahra-Roudi

Le pasdaran Mohammad Jafari Sahra-Roudi, directeur de cabinet et conseiller du général des pasdaran Ali Laridjani, président du parlement des mollahs en Iran, qui a participé à la conférence interparlementaire à Genève, est un terroriste professionnel et le boucher du peuple du Kurdistan.

Il a dirigé le commando de la mort qui a abattu Abdol-Rahman Ghassemlou, secrétaire général du Parti démocrate du Kurdistan d’Iran et deux de ses compagnons le 13 juillet 1989 à Vienne en Autriche. Cette opération terroriste a été menée par les services de renseignement militaires des gardiens de la révolution et la base terroriste Ramezan.

A la demande de la police autrichienne, le 22 décembre 1989, un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui et deux de ses acolytes (ci-joint le texte en allemand du mandat d’arrêt). Cela fait des années qu’il utilise le nom de Jafari pour dissimuler son passé terroriste et criminel et qu’il a supprimé « Sahra-Roudi » de son nom.

Lors de l’opération où il a assassiné ses victimes à la table des négociations, il a été blessé. C’est pourquoi il n’a pu s’échapper et a été arrêté par la police autrichienne. (Ci-joint la photo de Sahra-Roudi sur son lit d’hôpital pour une blessure par balle). Mais, sous le coup de menaces et de promesses du régime iranien, il a été rapidement libéré et il est retourné en Iran.

Jafari Sahra-Roudi, qui a été un commandant du régime pendant la guerre de huit ans contre l’Irak est un des éléments clés essentiel de l’appareil de l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme du régime du guide suprême. Après l’occupation de l’Irak par les troupes américaines, il a joué un rôle majeur dans l’organisation et la direction des commandos de terroristes et les attentats en Irak, tout comme le déclenchement de la guerre confessionnelle dans ce pays. Sous la présidence d’Ahmadinejad, il a été nommé à la sous-direction de la sécurité intérieure au secrétariat du Conseil suprême de sécurité nationale (CSSN), où il suivait en particulier les affaires irakiennes. Au CSSN, il était l’adjoint d’Ali Laridjani. Quand ce dernier est arrivé à la présidence du Majlis, Sahra-Roudi est devenu son conseiller et directeur de cabinet. C’est sous ce couvert, qu’il a poursuivi ses activités terroristes en Irak.

La présence d’un tel criminel terroriste à Genève, où se trouve le siège européen de l’ONU, et sa participation dans la conférence interparlementaire est une violation claire de toutes les lois et les conventions internationales. La Résisatnce iranienne demande son arrestation immédiate et sa traduction en justice par le gouvernement suisse. Il s’agit d’une épreuve périlleuse pour le gouvernement suisse. Va-t-il accepter des assassins bien connus ?

 

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 9 octobre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe