vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeIran - La mort du plus haut gradé des pasdaran en Syrie

Iran – La mort du plus haut gradé des pasdaran en Syrie

Iran - La mort du plus haut gradé des pasdaran en Syrie

Il était le responsable de la mort de nombreux membres de l’OMPI et de militants kurdes et faisait partie des commandants clés ayant participé à la répression des soulèvements de 1999 et de 2009 à Téhéran.

La mort du haut commandant des pasdaran démontre l’échec cuisant des mollahs en Syrie.

Selon les rapports publiés par les pasdaran en Iran, le Brigadier Général Hossein Hamedani, commandant des pasdaran en Syrie a été tué à Alep. Il était également commandant adjoint de la base Imam Hossein des pasdaran, conseiller au commandant des pasdaran, adjoint du commandant de la force terroriste Qods Ghasem Soleimani. Les pasdaran ont annoncé qu’il a été tué dans la banlieue d’Alep.

Hamedani était l’un des plus hauts gradés des pasdaran et avait joué un rôle clé dans les massacres de la population du Kurdistan iranien (1979-1981), ainsi que dans l’envoi d’écoliers et d’enfants sur les champs de mines pour les nettoyer pendant la guerre antipatriotique Iran-Irak et dans la répression du soulèvement de Téhéran en 1999. Il était également le commandant de la division « Mohammad Rasoul Allah » responsable de la répression du soulèvement populaire de 2009, en particulier du grand soulèvement de millions de manifestants le 27 décembre 2009.

Ce commandant des pasdaran a participé avec des criminels tels que Sayyad Chirazi dans les affrontement pour repousser l’Armée de libération nationale iranienne (ALNI) lors de la grande opération « Lumière éternelle » et a commis de véritables crimes de guerre en achevant atrocement les prisonniers des Moudjahidines du peuple et la population qui les soutenait.

Hamedani a reçu à deux reprises la médaille « Fateh » du Guide suprême Khamenei pour ses crimes et ses services à la dictature religieuse.

La mort d’Hamedani et d’autres commandants des pasdaran, rappelle une fois de plus la réalité selon laquelle la terrible guerre contre le peuple syrien est entièrement guidée par le régime iranien et ses pasdaran. Sinon, le dictateur syrien aurait été renversé il y a longtemps et la Syrie n’aurait pas eu à subir une telle situation tragique.

La mort du responsable militaire le plus important du régime iranien en Syrie montre que la stratégie du régime iranien a échoué en Syrie. Suite à l’avancée des forces de l’opposition et les défaites successives de Bachar Assad, le régime iranien a envoyé un grand nombre de pasdaran et de mercenaires en Syrie ces dernières semaines. Cela met en évidence que sur de nombreux fronts, notamment dans la bataille de la région de Lattaquié, le commandement de la guerre est non seulement assuré par les pasdaran, mais ces derniers et leurs mercenaires irakiens et libanais sont de plus en plus présents sur les lignes de front.

Evoquant l’importance de l’intervention du régime iranien en Syrie, Hamedani a déclaré le 1er mai 2013 que « la Syrie est en train de lutter contre l’arrogance mondiale et le terrorisme au nom des musulmans (…) La Syrie est dans le camp de la résistance islamique et c’est un frère de l’Iran. Aujourd’hui, il est de notre devoir d’aider la Syrie et nous ne devons pas cacher le soutien de la Syrie pour la révolution islamique ». (agence de presse Tasnim, affiliée à la Force terroriste Qods). Et le 5 mai 2014, il a déclaré : « Les Iraniens ont établi un deuxième Hezbollah en Syrie (…) Aujourd’hui, nous nous battons en Syrie en raison de nos intérêts tels que la Révolution islamique. Notre défense est similaire à la « défense sainte » [de la guerre Iran-Irak] et à ce jour 130 000 bassidji attendent d’entrer en Syrie » (Agence de presse Fars).

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 9 octobre 2015

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe