vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLes mollahs envoient un nouvel agent en France pour y fomenter des...

Les mollahs envoient un nouvel agent en France pour y fomenter des intrigues

CNRI – Embourbé dans ses crises internes et régionales, et après la sortie de liste noire américaine de l’Ompi, le régime des mollahs a envoyé en France un nouvel agent dans le cadre de ses nouvelles intrigues contre la Résistance iranienne et l’alternative démocratique.

 

Dénoncé par le passé et fraichement débarqué à Paris, cet agent s’appelle Ghorban-Ali Hossein-Nejad. Il a été recruté en avril 2012 par les services de renseignement des mollahs, le Vevak. Pour lui donner du crédit, le Vevak l’avait à l’époque à Bagdad bombardé du titre préfabriqué d’ « interprète arabe en chef de Massoud Radjavi ».

C’est à un autre agent bien connu du Vevak installé à Paris, Jahanguir Chadanlou, qu’a été confiée la tâche de régler les démarches administratives pour lui obtenir une carte de réfugié et de séjour. L’ouvrage « Vevak, au service des ayatollahs » d’Yves Bonnet, ancien directeur de la DST, a déjà fait la lumière sur Chadanlou. Le jugement rendu le 11 février 2010 par un tribunal parisien confirme les services rendus par cet individu au Vevak.

Le rapport du Pentagone et du département de recherche de la Bibliothèque du Congrès américain de décembre 2012 se penche sur les méthodes du Vevak en soulignant que « le ministère du Renseignement infiltre la communauté iranienne hors d’Iran de multiples façons. Par exemple, il utilise une association qui s’appelle « Aide aux réfugiés iraniens » à Paris pour recruter les demandeurs d’asile iraniens en vu d’espionner les Iraniens en France. »

Le rapport américain rappelle que « le gouvernement iranien considère que les Moudjahidine du peuple sont l’organisation qui menace le plus la République islamique d’Iran. Une des principales responsabilités du ministère du Renseignement et de la Sécurité est de mener des opérations clandestines contre les Moudjahidine du peuple et d’en identifier et d’en éliminer les membres (…) Le ministère possède un Bureau de la Désinformation qui est chargé de créer et de mener une guerre psychologique contre les ennemis de la République islamique. »

Ghorban-Ali Hossein-Nejad s’est livré en avril dernier aux forces irakiennes aux ordres de Maliki pour leur offrir ses services contre les habitants d’Achraf. Il affiche une collaboration totale avec les agents de renseignement du régime iranien et les officiers criminels irakiens qui ont participé dans deux massacres des Achrafiens (voir les photos ci-jointes)

Le communiqué du 24 septembre du Secrétariat du CNRI rapporte à ce sujet que  « à la mi-journée aujourd’hui, 9 agents du Vevak et de la Force terroriste Qods, ainsi que des agents recrutés par le régime iranien à Bagdad, se sont rendus à Achraf pour aller frapper des habitants, avec l’aide des forces irakiennes. Figuraient parmi ces mercenaires : Mohammad Ali Fanoudi, Mohammad Akbarzadeh, Abdolkarim Ebrahimi, Ghorban-Ali Hossein-Nejad, Hassan Charghi et Maryam Morteza’i-Sanjabi. Ces mercenaires ont été escortés par les forces irakiennes jusqu’au bâtiment Mo’ine qu’elles occupent depuis l’attaque et le massacre du 11 avril 2011. Ils se sont ensuite livrés à leur mise en scène et ont pris des photos et des films. Puis sur la place Laleh d’Achraf, avec l’aide des forces irakiennes, ils ont lancé des pierres sur des Achrafiens blessant Hassan Jabari à la tête et au cou. » (Voir photo)

Cet agent ne cache pas sa collaboration totale avec le régime des mollahs. Sur la page d’accueil Facebook que le Vevak lui a ouverte, figurent en bonne place la photo de Khomeiny et du mollah Sane’i, procureur sanguinaire des années 1980. La lettre de repentir de Gorban-Ali Hossein-Nejad se trouve aussi dans ce compte Facebook. Il y exprime son admiration pour Bahonar, ancien président du régime, et sa collaboration à la traduction du livre de l’ayatollah Mechkini (ancien imam du vendredi de Qom et proche de Khomeiny) sur la négation de l’évolution.

Puis le Vevak a envoyé Hossein-Nejad tourmenter psychologiquement sa fille Zeinab et tenter de la séparer des Achrafiens. Agée de 32 ans et se trouvant à Liberty, Zeinab est membre des Moudjahidine du peuple d’Iran. Le 21 octobre 2012, dans une plainte sous la forme de lettre ouverte au Secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon et aux autorités de la MANUI et du HCR, elle écrit : « Le 15 septembre 2012, dans un déplacement forcé et non volontaire, j’ai été transférée au camp Liberty. Je venais juste d’arriver au camp, et sans avoir à passer la première étape d’inscription pour les arrivants, le mercredi 17 octobre j’ai été convoquée par le HCR. Au bureau du HCR j’ai compris la raison de cette convocation. C’était les mensonges de Ghorban-Ali Hossein-Nejad qui, en tant que mon père, selon sa lettre à M. Kobler, également publiée dans le site du Ministère du renseignement du régime iranien, avait écrit : Ma fille Zeinab Hossein-Nejad (moi) est retenue en otage par l’Ompi. J’ai dit au HCR que c’était là le genre de mensonges du Vevak dans le seul but de préparer le terrain à un massacre des habitants.  Je veux par la présente vous faire savoir qu’en 1995 j’ai personnellement choisi en toute conscience de quitter la France pour aller en Irak et de rejoindre l’Ompi. Jamais je n’ai voulu et ne voudrai la quitter. Parce que je me trouve dans une organisation qui se bat pour la liberté du peuple iranien contre un régime fasciste.  De plus, ai-je insisté, vu que Ghorban-Ali Hossein-Nejad est désormais un mercenaire et un agent du Vevak iranien, et qu’il s’est mis à son service, je n’accepte strictement plus aucune relation ni aucun contact téléphonique avec lui et ce jusqu’à la fin de ma vie. »

Le 17 juin 2012, le Vevak qui a vu tomber à l’eau ses calculs pour annihiler la principale opposition iranienne, a prétendu par la voix de Hossein-Nejad dans la presse écrite et audiovisuelle officielle : « Les dirigeants des Monafeghine (terme péjoratif du régime pour l’Ompi) ont graissé la patte aux personnels du HCR pour que lors des entretiens avec les membres de ce groupuscule en vue d’enregistrer leur demande de réfugié, ils d’ignorent leur demande de séparation de cette secte et leur retour en Iran. »

Après avoir choyé ce mercenaire, le Vevak l’a envoyé en France pour poursuivre sa campagne d’espionnage et de diabolisation de l’Ompi et de la Résistance iranienne.

De son coté l’Ompi avait donné à trois reprises un décret d’expulsion de Ghorban-Ali Hossein-Nejad. En avril et aout 2010 puis en juin 2011, l’OMPI avait donné son nom pour quitter Achraf à la MANUI et aux autorités américaines.

La Résistance iranienne demande l’application de l’amendement de Conseil des ministres de l’Union européenne d’avril 1997 sur la poursuite, le jugement et l’expulsion des agents du Vevak du territoire européen.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 15 janvier 2013


 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe