vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLa Résistance iranienne condamne le meurtre d’un député irakien

La Résistance iranienne condamne le meurtre d’un député irakien

comme un moyen de réprimer le soulèvement populaire en Irak

CNRI – La Résistance iranienne condamne vivement le meurtre du député irakien Eifan Saadoun Al-Issaoui, membre de la coalition Al-Iraqiya, comme un moyen de réprimer le vaste soulèvement populaire en Irak. Elle adresse ses condoléances à la famille Al-Issaoui, à la population de la province d’Al-Anbar, au front de l’unité irakienne dirigé par Ahmad Abu-Richeh et à la coalition Al-Iraqiya.

Eifan Saadoun Al-Issaoui avait pris part à la manifestation hostile au gouvernement à Fallujah et se trouvait être un opposants farouche de l’ingérence du régime iranien en Irak. Avant sa mort, il avait déclaré dans une interview sur la chaine Al-Arabiyeh que « fermer le passage frontalier de Taribeil (entre l’Irak et la Jordanie) est désastreux pour nous. Je pense qu’avec cette mesure, on cherche à faire pression sur la population d’Al-Anbar et que c’est un acte de guerre contre les Sunnites et la province d’Al-Anbar. »

Eifan Saadoun avait toujours apporté son soutien aux résidents d’Achraf et aux Moudjahidine du peuple d’Iran. Il figurait au nombre des 133 députés irakiens qui avaient écrit une lettre au Secrétaire général de l’ONU en soutien aux Achrafiens : « Les habitants de ce camp (Liberty) sont des réfugiés politiques et considérés comme des “personnes protégées” sous la protection des lois internationales (…) Il est nécessaire que toutes les sanctions et limitations imposées au camp Liberty soient levées (…) Les résidents doivent aussi bénéficier du droit à la liberté de mouvement hors du camp et le droit de voir des avocats, des parlementaires et des délégations étrangères » et ils doivent aussi « être en mesure – sans restrictions  – de vendre leurs biens en Irak ou à des compagnies hors d’Irak, ou à les transférer dans n’importe quel endroit. »

133 députés irakiens avaient appelé le Secrétaire général de l’ONU à « garantir les droits de ces réfugiés sur la base des normes internationales et des droits humains » et à « reconnaitre ce camp comme un camp de réfugiés sous la supervision du HCR.

Eifan Saadoun et les autres patriotes irakiens qui se sont toujours opposés à la dictature en Irak sous la coupe du régime iranien, étaient sous la menace constante de la force terroriste Qods et de ses alliés irakiens.

Le 14 janvier, le cheikh Mohammed Taher Abdeh Rabeh, chef de la tribu Al-Jabour, a été assassiné dans la province de Ninive.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 16 janvier 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe