vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLa politique américaine au Moyen-Orient condamnée

La politique américaine au Moyen-Orient condamnée

La politique américaine au Moyen-Orient condamnée

Prenant la parole à la veille du grand séminaire à la Chambre des communes, Struan Stevenson, président de l’Association Européenne Iraqi Freedom (EIFA), a condamné la politique Américaine au Moyen-Orient. Struan Stevenson a déclaré : « Pour tous ceux qui ont pensé que l’Amérique se retirait furtivement du Moyen-Orient dans le cadre de sa politique de désengagement progressif défendu par Obama, une vérité choquante commence à se dévoiler.

Loin de se désengager, l’administration Obama a, depuis quelque temps maintenant, réellement formé une alliance de fait avec l’Iran dans sa guerre contre les Arabes sunnites.» « Se servant du conflit contre Daesh (ISIS) comme d’une opportunité pour ethniquement raser la population Arabe sunnite d’al-Anbar et d’autres provinces en Irak, le régime iranien a injecté du personnel militaire et des ressources dans les 60 milices séparées et principalement chiites opérant dans ce pays.

Ces milices, commandées par le chef de la Force Qods des Gardiens de la Révolution – le général Qassem Soleimani – ont arrêté, torturé, massacré et décapité plusieurs milliers d’hommes sunnites innocents et même de petits garçons, au cours de leur combat pour « libérer » les villes irakiennes de Tikrīt, Ramādī et Fallujah. Les quelques maisons qui sont encore debout, après le bombardement cruel du destroyer américain, sont en train d’être brûlées par les milices sectaires chiites.

L’Iran est ses soi-disant alliés sont impitoyablement en train de complètement raser des anciennes villes irakienne jadis puissantes, et pratiquement réduit à néant leurs habitants.» « Le chef de l’une des milices soutenues par l’Iran a déclaré la semaine dernière : « Il n’y a ni patriotes ni véritables peuples religieux à Fallujah. C’est notre chance de nettoyer l’Irak en éradiquant le cancer de Fallujah.» Telle est la réalité du régime iranien dont l’administration Obama essaie de se rapprocher, c’est un régime qui tient mordicus à une campagne génocidaire à travers l’Irak, la Syrie, la Lybie, le Liban, la Palestine, le Yémen, le Bahreïn et enfin l’Arabie Saoudite et Israël. L’effort désespéré d’Obama pour signer l’accord nucléaire avec l’Iran aurait dû être aux yeux du monde le signal le plus clair qu’il avait pour objectif de faire une nouvelle et dangereuse alliance. La levée des sanctions et le dégèlement des actifs iraniens a libéré une manne financière de milliards de dollars que le régime des mollahs peut maintenant utiliser pour réinvestir dans leur campagne régionale pour soutenir Bachar el-Assad en Syrie, soutenir les milices chiites en Irak, financer et armer le Hamas en Palestine, et les rebelles Houthis au Yémen.

L’Iran exporte la terreur et l’Amérique a débloqué les fonds qui lui permettent de faire cela avec une vigueur renouvelée.» « Cette semaine le Guide Suprême de l’Iran, l’Ayatollah Khamenei a licencié le Général Firoozabadi, le chef des forces armées et l’a remplacé par le Général Bagheri. Les médias d’Etat iraniens ont affirmé que l’un des objectifs de ce changement est de renforcer la force al-Qods. « La prochaine cible des milices soutenues par l’Iran est Mosul, la seconde plus grande ville d’Iran et foyer de plus de deux millions de sunnites.

Les frappes aériennes américaines ont déjà commencé autour des périphéries. Une catastrophe humaine sans précédent va très vite se développer, à moins que l’Occident ne se réveille et expose la complicité américaine. La seule manière de combattre Daesh (ISIS) est de recruter les tribus sunnites et de les déployer en Irak. Elles sont les mieux placées pour déraciner les terroristes de Daesh qui ont occupé leur patrie pendant ces deux dernières années.» « Mais les chefs de tribu sunnites ont de bonnes raisons de croire que l’Amérique s’est maintenant allié à l’Iran pour mener la guerre contre les Arabes sunnites, et ils seront réticents à aider une coalition qui pourrait inévitablement conduire à leur propre destruction aux mains des milices chiites sectaires soutenues par l’Iran.

Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry a jugé mardi, la présence de l’Iran en Irak comme « utile » aux tentatives américaines pour repousser la menace Daesh (ISIS)!  « L’Association Européenne Iraqi Freedom (EIFA) fustige tout soutien à l’Iran et appelle à totalement reconsidérer la politique américaine au Moyen-Orient avant qu’il ne soit trop tard. Impliquer le régime iranien est une énorme erreur qui occasionnera un plus grand conflit dans la région ».

——

Struan Stevenson était un député conservateur du Parlement Européen représentant l’Ecosse au Parlement Européen de 1999 jusqu’à sa retraite en 2014. Il a présidé l’intergroupe (Caucus) de l’association les Amis d’un Iran Libre au Parlement Européen pendant plus de 10 ans. Il a été président de la délégation du Parlement Européen pour les relations avec l’Irak de 2009 à 2014. Il est actuellement président de l’Association Européenne Iraqi Freedom (EIFA).

——

Association Européenne Iraqi Freedom (EIFA), 1050 Brussels, Belgique Président : Struan Stevenson, Président de la délégation du Parlement pour les relations avec l’Irak (2009 à 2014), Membres du conseil : Alejo Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement Européen (1999-2014) ; Stephen Hughes, 1er Vice-président du groupe socialiste du Parlement Européen (2009-2014), Giulio Terzi, ancien ministre des Affaires Etrangères d’Italie ; Ryszard Czarnecki, Vice-président du Parlement Européen ; Lord Carlile de Berriew, QC ; Paulo Casaca membre du Parlement Européen (1999-2009) ; Kimmo Sasi, membre du Parlement (Finlande), les membres honoraires comprennent Tariq al-Hashemi, ancien vice-président de l’Irak, Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier Ministre d’Algérie. 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe