lundi, novembre 28, 2022
AccueilUncategorizedDéclaration conjointe des lauréats du prix Nobel en faveur du sommet Iran...

Déclaration conjointe des lauréats du prix Nobel en faveur du sommet Iran Libre 2022

Déclaration conjointe des lauréats du prix Nobel en faveur du sommet Iran Libre 2022
Quarante-deux lauréats du prix Nobel ont publié une déclaration concernant le Sommet mondial 2022 pour un Iran Libre. Dans cette déclaration, ils soulignent leur soutien au plan en dix points de Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

Ils ont également soutenu les protestations du peuple iranien contre le régime théocratique. Voici l’intégralité de la déclaration :

« Le régime des mollahs essaie de semer le désespoir parmi les jeunes en prétendant qu’il n’y a pas d’alternative à son régime et que le seul choix restant est entre la théocratie actuelle et l’ancienne dictature monarchique. Et ce, alors que le peuple iranien, dans ses manifestations et ses protestations, ne cesse de scander : « Ni le Shah, ni le Mollah, qu’ils soient maudits tous les deux ».

Ils ont également approuvé la demande des manifestants iraniens lors des soulèvements, qui scandaient : « Ni le Shah, ni le Mollah, qu’ils soient maudits tous les deux« .

10 juillet 2022

Nous, les lauréats du prix Nobel soussignés, exprimons notre profonde inquiétude face à la situation effroyable et à la détérioration des Droits de l’Homme en Iran.

Dans son dernier rapport présenté au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU le 21 juin 2022, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exprimé sa profonde inquiétude face à l’augmentation du nombre d’exécutions dans l’État islamique d’Iran, ainsi qu’aux « habitudes de privation arbitraire de la vie en raison de la force excessive utilisée par les autorités contre les passeurs de frontières, les manifestants pacifiques et les personnes en détention, qui se poursuivent en toute impunité ».

Alors que Hassan Rohani a terminé son mandat de huit ans l’été dernier avec près de 5 000 exécutions, en comparaison, le nombre d’exécutions a bondi depuis que Raïssi est devenu le président du régime. Près de 480 personnes ont été exécutées depuis son entrée en fonction.

Depuis le début de l’année 2022, des manifestations et des protestations anti-régime ont été organisées par divers secteurs sociaux dans les villes et villages d’Iran, le peuple iranien s’étant soulevé pour réclamer ses droits.

Le régime des mollahs, confronté à des crises dans toutes les arènes internes et externes, voit la seule issue dans l’intensification de la répression, le terrorisme, le bellicisme et l’accélération de son programme nucléaire. Pour atteindre cet objectif, l’année dernière, Khamenei a été contraint d’abandonner le théâtre de quarante ans de « réformistes contre fondamentalistes » de son régime et a installé Raïssi comme président pour imposer un régime beaucoup plus dur. Raïssi est l’un des responsables du massacre en 1988, en l’espace de quelques semaines, de 30 000 prisonniers politiques, dont 90 % étaient des membres et des sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Le seul crime des victimes était d’avoir insisté sur leur soutien à l’OMPI.

D’autre part, le régime des mollahs essaie de semer le désespoir parmi les jeunes en affirmant qu’il n’y a pas d’alternative à son régime et que le seul choix restant est entre la théocratie actuelle et l’ancienne dictature monarchique. Et ce, alors que le peuple iranien, dans ses manifestations et ses protestations, ne cesse de scander : « Ni le Shah, ni le Mollah, qu’ils soient maudits tous les deux« .

Nous, les lauréats du prix Nobel, nous joignons à des centaines de personnalités éminentes des cinq continents et à des dizaines de milliers d’Iraniens hors d’Iran pour exprimer notre solidarité avec le Sommet mondial Iran Libre 2022 pour la liberté et la démocratie en Iran. Nous pensons que le grand désir de liberté du peuple iranien est représenté dans le plan en 10 points de Maryam Radjavi, leader de l’opposition, pour l’avenir de l’Iran, qui appelle au suffrage universel, à des élections libres et à une économie de marché, et qui prône l’égalité des sexes, des religions et des ethnies, une politique étrangère fondée sur la coexistence pacifique et un Iran non nucléaire.

Signataires :
Professeur Barry C Barish, prix Nobel de physique 2017, USA
Professeur J. Michael Bishop, prix Nobel de médecine 1989, USA
Professeur Thomas R. Ceck, prix Nobel de chimie 1989 (États-Unis)
Professeur Aaron Ciechnover, prix Nobel de chimie 2004, Israël
Le professeur Johann Deisenhofer, prix Nobel de chimie 1988, États-Unis.
Professeur Joachim Frank, prix Nobel de chimie 2017, États-Unis.
Professeur Jerome Friedman, Prix Nobel de Physique 1990, USA
Professeur Sheldon Glashow, Prix Nobel de Physique 1979, USA
Professeur Oliver Hart, prix Nobel, Économie 2016, États-Unis
Professeur Alan Heeger, prix Nobel de chimie 2000, Etats-Unis d’Amérique
Professeur Dudley Herschbach, Prix Nobel de chimie 1986, Etats-Unis d’Amérique
Professeur Roald Hoffmann, prix Nobel de chimie 1981, États-Unis d’Amérique
Professeur H. Robert Horvitz, Prix Nobel de médecine 2002, Etats-Unis d’Amérique.
Professeur Louis J. Ignarro, prix Nobel de médecine 1998, États-Unis d’Amérique.
Professeur Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature 2004, Autriche
Professeur Takaaki Kajita, prix Nobel de physique 2015, Japon
Professeur Brian Kobilka, prix Nobel de chimie 2012, États-Unis
Professeur Roger D. Kornberg, prix Nobel de chimie 2006, États-Unis
Professeur Finn Kydland, prix Nobel d’économie 2004, Norvège
Professeur John C. Mather, Prix Nobel de Physique 2006, USA
Professeur Patrick Modiano, prix Nobel de littérature 2014, France
Professeur Paul Modrich, prix Nobel, Chimie 2015, USA
Professeur John Polanyi, prix Nobel, Chimie 1986, Canada
Professeur Sir Peter J. Ratcliffe, prix Nobel, Médecine 2019, Royaume-Uni
Professeur Charles M. Rice, prix Nobel, Médecine 2020, États-Unis
Professeur Sir Richard J. Roberts, prix Nobel, Médecine 1993, États-Unis
Professeur Randy Schekman, prix Nobel de médecine 2013, États-Unis.
Professeur Richard Schrock, prix Nobel de chimie 2005 (États-Unis)
Professeur Vernon Smith, prix Nobel d’économie 2002, États-Unis d’Amérique
Professeur Wole Soyinka, prix Nobel de littérature 1986, Nigeria
Professeur Morio Vargas Llosa, prix Nobel de littérature 2010, Pérou
Professeur Sir John E. Walker, prix Nobel de chimie 1997, Royaume-Uni
Professeur Arieh Warshel, prix Nobel de chimie 2013, Israël
Professeur David J. Wineland, prix Nobel de physique 2012 (États-Unis)
Professeur Sir Gregory P. Winter, prix Nobel de chimie 2018 (Royaume-Uni)
Professeur Edvard Moser, prix Nobel de médecine 2014, Norvège
Professeur Gerhard Ertl, prix Nobel de chimie 2007, Allemagne
Professeur Elias Corey, prix Nobel de chimie 1990 (États-Unis)
Professeur Harald zur Hausen, prix Nobel de médecine 2009, Allemagne
Professeur John Lewis Hall, Prix Nobel de Physique 2005, USA
Professeur Georg Bednorz, prix Nobel de physique 1987, Allemagne
Professeur May-Britt Moser, prix Nobel, Médecine 2014, Norvège

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe