lundi, mai 20, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran - 55e jour du soulèvement : 40e jour du deuil des...

Iran – 55e jour du soulèvement : 40e jour du deuil des victimes du massacre de Zahedan

55e jour du soulèvement : 40e jour du deuil des victimes du massacre de Zahedan

Soulèvement en Iran – N°120

Le mercredi 9 novembre, au 55e jour du soulèvement national et au 40e jour de deuil des fidèles massacrés à Zahedan, les bazars de cette ville se sont mis en grève. Les commerçants du bazar de meubles de Kermanchah, Sanandaj, Baneh, Boukan, Saqqez, Tabriz, et de la cité Valiasr de Téhéran se sont mis en grève en solidarité avec les compatriotes baloutches. Des jeunes de Sanandaj ont manifesté en allumant un feu dans la rue en soutien à Zahedan.

Les étudiants ont aussi marqué ce 40e jour de deuil par des manifestations et des sit-in. Cela s’est passé notamment dans la capitale dans les universités de science et culture, Téhéran, l’école d’art et d’architecture Pars Tehran, Amir Kabir, l’école d’ingénierie textile d’Amir Kabir, Azad-ouest, les beaux-arts et la faculté de chimie de l’université Melli. En banlieue et en province cela s’est passé dans les universités Kharazmi de Karadj, Chamran de Chiraz, les arts de Tabriz, les sciences médicales de Bojnourd, les arts d’Ispahan et l’École d’architecture et d’urbanisme de la même ville.

Les étudiants en science et culture à Téhéran scandaient « Khodanour a été tué par des mercenaires » et « on n’a ni pain ni maison, le hijab n’est qu’un prétexte ». Khodanour Laja’i, l’une des victimes de Zahedan, a été blessé par les tirs des agents de Khamenei avant de décéder à l’hôpital.

Dans la nuit du mardi 8 novembre, la 54e du soulèvement national, des manifestations nocturnes ont fait vibrer Téhéran, Karadj, Machad, Yazd, Kermanchah, Chalich (Chaharmahal-Bakhtiari) et Sanandaj. Les protestataires ont allumé des feux sur les routes dans certaines villes. A Téhéran, dans le quartier Payambar, des jeunes ont manifesté en entonnant l’hymne « Ô Iran » et dans la rue Jordan ils scandaient « à bas le dictateur » et « on ne veut pas d’un gouvernement infanticide ». A Karadj, les gens scandaient dans divers points de la ville « à bas le dictateur », « on n’en veut pas, ni mollahs, ni guide imposteur, ni milice de bourreaux » et « Khamenei, ordure, honte à toi, dégage du pays ».

A Yazd, de jeunes insurgés ont incendié une grande banderole de Khamenei. A Machad, les jeunes ont taché de couleur rouge sang le portrait de Qassem Soleimani, et des écolières ont jeté du haut d’une passerelle piétonne des portraits encadrés de Khomeiny et Khamenei en criant « à bas le dictateur ».

Le mardi 8 novembre, l’agence Mehr a rapporté la mort d’un milicien du Bassij qui était également impliqué dans des tueries en Syrie : « Majid Youssefi, milicien du Bassidj originaire d’Astaneh-Ashrafieh a péri mardi soir en arrêtant des émeutiers. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 9 novembre 2022