samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Montée des pressions et de la répression dans les universités...

Iran : Montée des pressions et de la répression dans les universités du pays

daculté des sciences de l'industrie Charif à TéhéranCNRI – Redoutant les manifestations croissantes des étudiants, le régime iranien a intensifié ses tactiques répressives dans les universités, recourant à des arrestations, des convocations et d'autres types de pressions.

À la faculté Charif, au moins six étudiants ont été convoqués par le conseil de discipline tandis que 4 autres ont été suspendus pour un trimestre et interdits d'entrée sur le campus. Les étudiants sont accusés d'avoir participé à un rassemblement de protestation contre Kamran Danechjou, le ministre des Sciences.

Des miliciennes du Bassij patrouillent aussi sur le campus par groupes de trois, interpellant les étudiantes sur leur manière de s'habiller et les obligeant à coller au code vestimentaire. Les agents du régime ont mis les étudiants protestataires sous la contrainte en les transférant à l'Office de protection, qui représente essentiellement le ministère du Renseignement et de Sécurité (Vevak) sur le campus.

À l'Université des Sciences et de l'industrie, les étudiants font circuler une grande pétition réclamant la libération de leurs camarades emprisonnés, ainsi que la levée des interdictions d'entrée et la fin d’autres restrictions.

Lundi 19 octobre, à l’université libre de Téhéran (unité centrale), deux étudiants ont été convoqués au tribunal de la révolution. 15 autres ont été interdits d’entrer à l'université. Les étudiants de cette université ont organisé trois manifestations distinctes depuis la rentrée, et ont appelé à davantage de protestation mardi, poussant le régime à procéder à de nouvelles arrestations.

À la faculté d'Economie et du Trésor à Téhéran, 15 étudiants ont été suspendus pour un ou deux trimestres.

50 étudiants de l'Université de Ghazvine ont été expulsés de la cité universitaire, alors que 10 autres ont été convoqués au bureau du VEVAK de la ville. Près de 100 étudiants ont été envoyés au Conseil de discipline, 50 d’entre eux ont été expulsés.

A l’IUT pour garçons d’Oroumieh, dans le nord-ouest de l’Iran, les agents du régime ont installé des caméras panoramiques de surveillance sur le campus. Malgré ces efforts, les étudiants continuent à remplir les murs de graffitis anti-régime.

Par ailleurs, la milice du Bassidj dans les universités Razi de Kermanchah, Bou Ali Sina de Hamedan, du Kurdistan et de Lorestan, a accentué les pressions contre les étudiants dans le but d'instiller davantage de terreur et de peur dans les campus.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 octobre 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe