mardi, novembre 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Le régime des mollahs accélère les exécutions collectives

Iran : Le régime des mollahs accélère les exécutions collectives

La Résistance iranienne appelle le Conseil de sécurité à empêcher le meurtre des prisonniers iraniens

CNRI – Le régime des mollahs a pendu sept prisonniers en public dans la ville de Machad au nord-ouest de l’Iran, a rapporté l’agence de presse officielle IRNA ce mercredi. D’autres informations venant de l’intérieur de l’Iran indiquent que 15 autres prisonniers sont sur le point d’être exécutés à la prison d’Evine de Téhéran.

CNRI – Le régime des mollahs a pendu sept prisonniers en public dans la ville de Machad au nord-ouest de l’Iran, a rapporté l’agence de presse officielle IRNA ce mercredi. D’autres informations venant de l’intérieur de l’Iran indiquent que 15 autres prisonniers sont sur le point d’être exécutés à la prison d’Evine de Téhéran.

S’adressant aux journalistes lors d’un point de presse hebdomadaire hier, le porte-parole du pouvoir judiciaire du régime, Alireza Jamchidi, a confirmé que deux journalistes kurdes iraniens, Adnan Hassanpour et Abdulvahed Boutimar, de la ville de Marivan, ont été condamnés à mort.

Le procureur général de Téhéran Saïd Mortazavi avait aussi déjà annoncé que deux prisonniers répondant aux noms de Hossein et Majid Kavoussi-Far, allaient être pendus en public à Téhéran le jeudi 2 août 2007.

Au moins 16 prisonniers ont été pendus à Téhéran et dans d’autres villes ces deux dernières semaines.

Parmi les personnes exécutées ou sur le point de l’être, figurent des prisonniers politiques accusés de délits de droit commun.

Actuellement une vague d’exécutions barbares s’est répandue à travers le pays. Le régime aux abois tente d’arrêter les soulèvements populaires et d’empêcher sa chute inévitable.

L’inaction de la communauté internationale et en particulier de l’Union européenne vis-à-vis des exécutions massives en Iran, et la poursuite des affaires et des relations avec ce régime criminel alors que la population se fait tuer, équivaut uniquement à de la collaboration dans la répression.

Le nombre d’exécutions s’est rapidement multiplié en Iran après la nouvelle inscription illégale des Moudjahidine du peuple d’Iran dans la liste du terrorisme de l’UE au mépris du verdict du Tribunal de Première Instance des Communautés européennes. L’étiquette honteuse de terroriste collée à la principale opposition iranienne est interprétée par le régime comme un feu vert pour poursuivre ses crimes.

La communauté internationale porte une grave responsabilité aujourd’hui en traitant avec le fascisme religieux au pouvoir en Iran. La Résistance iranienne appelle le Secrétaire général de l’ONU, le Conseil de sécurité, l’Union européenne et toutes les organisations de défense des droits de l’homme à condamner la vague d’exécutions en Iran. Elle appelle aussi au renvoi du dossier des violations des droits de l’homme du régime devant le Conseil de sécurité de l’ONU pour une action immédiate en vue d’arrêter le meurtre et le carnage en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1 août 2007

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe