samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & Monde1390 mouvements de protestations en Iran au mois de juillet

1390 mouvements de protestations en Iran au mois de juillet

CNRI – Selon les sources de la résistance à l’intérieur de l’Iran, le nombre de protestations au mois de juillet 2007 a connu une augmentation significative par rapport à juin pour atteindre 1390 mouvements de protestation et affrontements.

Cela correspond à une augmentation de 212% par rapport au mois précédent. Cela signifie une moyenne de 45 mouvements de colère par jour.

Il faut savoir que ces protestations se sont déroulées alors que selon les chiffres officiels, 41 personnes ont été pendues en public, plus de 3300 personnes ont été arrêtées sur des accusations politiques et plus de 183 milles autres personnes sous divers prétextes.

Les protestations ont atteint un pic avec le soulèvement contre le plan de rationnement de l’essence. La population en colère causé de graves dégâts à plus de  750 stations services, à des banques et des administrations officielles et a aussi incendié des bus et des véhicules des organes répressifs du régime iranien. 

La population qui criait « canon, char et pétard … Il faut tuer Ahmadinejad »  a démontré sa volonté de renverser ce régime.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, avait alors salué les Iraniens et la jeunesse de Téhéran et de province, et déclaré : la politique anti-populaire des mollahs n’entraîne que la montée de la pression sur la population, surtout les déshérités et les bas salaires. Tant que ce régime sera au pouvoir, le peuple iranien ne connaîtra que la pauvreté et la faim, la répression brutale, les arrestations et la torture dans la rue. 

Car le régime des mollahs dilapide tous ses moyens financiers, technologiques et industriels du pays dans le projet nucléaire, l’achat d’armements et l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme.

En plus du soulèvement de l’essence dans tout le pays, on a constaté des centaines de mouvements de protestations ouvriers, étudiants et d’autres catégories sociales.

Les prisonniers politiques ont aussi accompagné les protestations populaires contre le régime des mollahs avec leur grève de la faim.

Les étudiants ont organisé environ 60 mouvements de protestations. Ils ont crié leur opposition dans Téhéran et les autres villes et ont célébré l’anniversaire du courageux soulèvement étudiant de 1999.

Face aux vagues de contestations et aux soulèvements, les mollahs ont préféré ignorer toutes les considérations politiques. Ils ont largement diffusé des images d’exécutions collectives, de lapidation et de supplice du fouet en public sur les chaînes satellites et la télévision officielle, pour semer la terreur et tenter de contrôler la situation.

La présidente élue de la Résistance iranienne, Mme Maryam Radjavi, a estimé que la coïncidence entre la vague actuelle d’exécutions sauvages en Iran et l’anniversaire du massacre des prisonniers politique en 1988, est un signe manifeste de l’impasse dans laquelle le régime iranien se trouve vis-à-vis de ses crises internes et étrangères et aussi vis-à-vis du mécontentement croissant de la société. Elle a ajoute qu’après le violent soulèvement de la population contre le rationnement de l’essence, les manifestations des enseignants, des ouvrier et des étudiants ces trois derniers mois, et après l’échec du plan de répression générale baptisé sûreté sociale, les autorités iraniennes étouffent le cri de colère du peuple iranien avec l’exécution de 12 personnes à la prison d’Evine de Téhéran et en annonçant 17 autres exécution dans les prochains jours.

Les mollahs veulent profiter des vacances d’été des pays européens pour redoubler de violence dans le pays sans faire de vague sur la scène internationale.
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe