mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Le n° 2 du judiciaire annonce l'exécution prochaine de 9...

Iran : Le n° 2 du judiciaire annonce l’exécution prochaine de 9 prisonniers politiques

 CNRI – Le n° 2 du système judicaire du régime des mollahs Ebrahim Raïssi, outre ses déclarations mensongères comme quoi les deux prisonniers politiques exécutés le 28 janvier « avaient été arrêtés dans les dernières émeutes », a déclaré dans le but d’intensifier le climat de terreur à l’approche du 11 février, que « neuf autres personnes seront bientôt exécutées ». Il a souligné que toutes les mesures seraient prises pour empêcher le moindre trouble le 11 février.

Raïssi qui a fait partie du comité de la mort et a été un des principaux auteurs du massacre de 30.000 prisonniers politiques en été 1988, a martelé que « le système judiciaire traitera avec sévérité ceux qui portent atteinte à la sécurité publique, les fauteurs de troubles et ceux qui sapent les fondements (du régime) ». Il a ajouté que le système judiciaire a réorganisé l’ensemble de ses troupes et mis à l’ordre du jour d’identifier avec fermeté les fauteurs des troubles récents. Il a souligné que « l’esprit du système judiciaire est de traiter le plus rapidement possible les dossiers » et « de s’occuper jusqu’au bout des fauteurs de troubles pour les déraciner ». (Agence de presse officielle Fars, 1er février)

Ce procureur criminel a énuméré les charges pesant contre onze prisonniers politiques condamnés à mort et d’autres détenus en cours de jugement, précisant notamment «  Moharebeh (guerre contre Dieu) par voie de sympathie ou de contact avec l’OMPI, association et collusion contre la sécurité nationale (…) activités de propagande contre le système en faveur des ennemis, des Moudjahidine et des terroristes ».

Le régime des mollahs essaie en vain par la prison et la torture d’empêcher le développement du soulèvement, mais au contraire cela va raffermir la détermination du peuple à poursuivre l’insurrection jusqu’au changement total du régime des mollahs.

La Résistance iranienne souligne que tout retard de la communauté internationale à prendre des mesures fermes contre les crimes de ce régime, encourage les mollahs à poursuivre et intensifier la répression sauvage et le massacre de la population et de la jeunesse insurgées d’Iran. Elle appelle le Secrétaire générale de l’Onu, le Conseil de sécurité et l’ensemble des organes concernés à prendre des mesures urgentes et contraignantes pour faire libérer les prisonniers politiques et stopper la torture et les exécutions

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 2 février 2010