mardi, novembre 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : la mort pour les membres et sympathisants de groupes opposés...

Iran : la mort pour les membres et sympathisants de groupes opposés au régime

Le procureur du régime iranien annonce que la peine de mort attend l'ensemble des membres et sympathisants de groupes opposés au régime

CNRI – Mohseni-Ejei, procureur général du régime iranien, a cherché à justifier les condamnations à mort cruelles rendues par la justice des mollahs contre des manifestants arrêtés lors du soulèvement national. « Ceux qui sont liés à des groupes contre révolutionnaires dont les dirigeants restent intacts, seront condamnés à mort, comme le stipule la loi, cela comporte aussi leurs sympathisants, même s'ils n'appartiennent à leur aile militaire ». Il a ajouté : « Par rapport à leurs crimes … le pouvoir judiciaire a … pris en considération la peine maximale. »

L’admission ouverte du procureur général de la peine de mort collective pour tous les membres et sympathisants de groupes d'opposition, en particulier les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), expose la nature totalement inhumaine du régime des mollahs qui ne respecte aucune loi, et révèle sa barbarie quand il s'agit d'anéantir ses adversaires. La tâche des parodies de procès du régime est uniquement de prononcer des jugements décidés d’avance.

Eje’i a fait ces déclarations à la télévision d’Etat, pour justifier les condamnations à mort contre des manifestants et terroriser davantage la population courageuse de l'Iran, en particulier les jeunes et les étudiants qui se sont soulevés. Bien que beaucoup aient été arrêtés, torturés, violés et exécutés, ils n'ont pas peur du régime et continuent à appeler à l’instauration de la démocratie et de la souveraineté populaire en Iran.

Cinq mois après le soulèvement national, des procès scandaleux à grand spectacle et des aveux forcés, le régime iranien a finalement rendu son verdict pour 89 personnes, ce mercredi, condamnant cinq d'entre elles à mort, dont deux accusés de soutenir l'OMPI. Les sentences ont suscité la colère et le dégoût des Iraniens.

La Résistance iranienne appelle le secrétaire général de l'ONU, le Haut Commissaire aux droits de l'homme et toutes les organisations internationales compétentes à condamner les violations brutales des droits de l'homme en Iran. Elle appelle en outre l'adoption de mesures contraignantes contre le régime y compris la suspension des liens économiques et politiques jusqu'à la fin de la torture, de la répression et des exécutions en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 novembre 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe