mercredi, décembre 7, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: InternationalIl faut éviter de commettre les mêmes erreurs que celles commises après...

Il faut éviter de commettre les mêmes erreurs que celles commises après les attentats du 11 septembre

Iran - Il faut éviter de commettre les mêmes erreurs que celles commises après les attentats du 11 septembre

Traduction de l’article de Mohammad Mohadessine*, publié par « Townhall.com » 

Les attaques terroristes du 13 novembre à Paris dans lesquelles 129 personnes innocentes ont été tuées sont des crimes contre l’humanité. Ces attaques posent la même question que la communauté internationale s’était posée après les attentats du 11 septembre 2001: Quelle est la réponse appropriée face au terrorisme sous le nom de l’Islam ?

La bonne réponse serait effectivement de mettre fin au développement de l’extrémisme islamique violent. La mauvaise réponse conduirait à beaucoup plus de menaces que celles qui ont émergé après les attentats du 11 septembre.

Dans mon livre intitulé « Fondamentalisme islamique : la nouvelle menace planétaire » (publié en 1993), j’avais expliqué que même si les racines théoriques de ce phénomène néfaste remontent aux premières décennies après l’apparition de l’islam, c’est seulement après la mis
e en place d’un régime théocratique en Iran que le fondamentalisme islamique est devenu la grave menace mondiale qu’il est aujourd’hui. Les différences entre les fondamentalistes chiites et sunnites sont minimes et ils ont tous les deux un objectif commune : la création d’un « régime islamique » pour faire appliquer la charia.

Dans ce livre, j’avais également expliqué que seul l’islam démocratique peut défier les interprétations fondamentalistes de l’islam.

A l’époque, certains analystes ont considéré mes affirmations comme des exagérations de la part d’un opposant au régime d’Iran. Mais, après les attaques terroristes du 11 septembre, le monde a vu de près la brutalité dont sont capables des fondamentalistes.

A l’époque, les Américains ont commis une erreur stratégique majeure en envahissant l’Irak et le régime de Téhéran qui est le parrain du fondamentalisme à travers le monde a profité de cette occasion. Plusieurs autres erreurs successives dans cette région ont préparé le terrain pour l’émergence et le
développement de Daech.

Quatorze ans plus tard, l’Europe fait face à ce qu’on peut considérer comme un 11 septembre pour le vieux continent. Cette fois-ci aussi, le régime de Téhéran à tirer profit de cette situation. Les officiels et les médias du régime iranien ont rejeté la responsabilité des attaques à Paris aux politiques poursuivies par la France. Ils ont affirmé que France doit changer de politique et doit soutenir le président syrien, allié de l’Iran, si elle vaut lutter contre Daech.

Ceci est exactement ce que le régime iranien avait fait après le 11 septembre 2001, lorsque les services de renseignements iraniens ont utilisé des gens comme Ahmad Chalabi pour manipuler les Américains et pour les encourager à envahir l’Irak. Maintenant, certains en Occident sont sur le point de tomber dans le même type de piège.

La vraie solution est exactement le contraire. Il faut exiger le départ inconditionnel de Bachar al-Assad. Après tout, la brutalité d’Assad et le sectarisme du régime iranien sont les princi
paux facteurs qui ont permis à Daech de rallier des sunnites à son idéologie extrémiste. Si les conditions étaient différentes, l’idéologie et les tactiques de Daech auraient rapidement échoué.

* Mohammad Mohadessine est président de la Commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance d’Iran (CNRI)

 

Source: http://townhall.com/columnists/mohammadmohaddessin/2015/12/03/lets-learn-from-the-post911-mistake-n2088410

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe