dimanche, janvier 29, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsOnze exécutions dans les prisons de la dictature religieuse en Iran

Onze exécutions dans les prisons de la dictature religieuse en Iran

• Maryam Radjavi : Pour créer un climat de terreur et contrôler la situation, les mollahs se livrent à 11 exécutions en pleine crise du Covid-19
• La communauté internationale doit faire cesser les exécutions et faire libérer les prisonniers pour prévenir une catastrophe humanitaire

A la veille du Ramadan et alors que le Covid-19 sévit dans les prisons en Iran, la dictature religieuse a lancé une nouvelle vague d’exécutions dans tout le pays. Pour la seule journée du 22 avril, au moins 11 prisonniers ont été pendus dans les prisons de Gohardacht à Karadj, les prisons de Kermanchah et Sanandaj et celle de Dastguerd à Ispahan.

Loghman Ahmadpour, 30 ans, originaire de Baneh, a été pendu à Sanandaj. La veille, le prisonnier rebelle Shayan Saïdpour, condamné pour un délit commis à l’âge de 17 ans, avait été transféré de Sanandaj à la prison de Saqqez où il a été exécuté. Cinq autres détenus sont dans l’attente de leur exécution à Sanandaj.

Dans la matinée de ce 22 avril, sept prisonniers ont été exécutés ensemble à la prison de Gohardacht en banlieue de Téhéran. L’un d’entre eux était incarcéré depuis le début des années 1990. Au même moment, deux jeunes ont été pendus à la prison Dastguerd d’Ispahan et un autre détenu à Kermanchah.

Rappelant que le régime clérical n’a apporté à l’Iran que la répression, les exécutions, la corruption et la misère, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) Maryam Radjavi a mis en avant que la dictature religieuse crée un climat de terreur pour contrôler la situation. Elle a dénoncé le fait qu’en pleine crise de Covid-19, au lieu de libérer les prisonniers, les mollahs les exécutent. Elle a appelé une nouvelle fois la communauté internationale, en particulier le Secrétaire général de l’ONU, la Haute-Commissaire aux droits de l’homme, le Conseil des droits de l’homme, les rapporteurs spéciaux concernés de l’Onu et les autres organes de défense des droits de l’homme à agir de toute urgence pour faire cesser les exécutions et faire libérer les prisonniers, afin de prévenir une grande catastrophe humanitaire dans les prisons en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 22 avril 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe