jeudi, décembre 8, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Mort du prisonnier politique Adel Kianpour à la prison d’Ahwaz

Iran : Mort du prisonnier politique Adel Kianpour à la prison d’Ahwaz

Iran : Mort du prisonnier politique Adel Kianpour à la prison d’Ahwaz

Appel à une enquête sur l’arrestation, le procès et la mort de ce prisonnier et la publication des résultats de l’enquête

Le prisonnier politique Adel Kianpour, emprisonné depuis août 2020, est décédé de façon suspecte le samedi 1er janvier 2021, des suites d’une coronavirus et d’une grève de la faim d’une semaine dans la prison de Sheiban dans la ville d’Ahwaz. L’appareil judiciaire des mollahs l’avait accusé de « propagande contre le régime, de propagande au profit de groupes d’opposition, de trouble de l’opinion publique dans l’intention de troubler la sécurité nationale et de port et possession de deux armes de guerre ».

Adel a été interrogé et torturé pendant plusieurs mois et s’est vu refuser le droit à un avocat et interdit de visite pendant cinq mois. On dit qu’un an après l’arrestation d’Adel, l’appareil judiciaire des mollahs avait fixé une caution importante de 2 milliards et 250 millions de tomans pour sa libération temporaire, que sa famille ne pouvait se permettre.

En octobre, Adel Kianpour a contracté le coronavirus mais n’a pas reçu de traitement médical. Pour protester contre l’oppression et la cruauté du régime, il a annoncé avoir décidé d’entamer une grève de la faim le samedi 25 décembre 2021. Il a déclaré dans une bande audio : « Moi, Adel Kianpour, prisonnier politique, conformément aux idéaux de la Charte des droits humains, au nom de la nation et au nom de la justice, j’ai commencé ma grève de la faim le 25 décembre et j’ai informé le public et les organisations de défense des droits humains de ma décision. »

La Résistance iranienne impute entièrement la mort d’Adel Kianpour au régime des mollahs et à son système judiciaire, et appelle les Nations Unies, l’Union européenne et ses États membres à condamner fermement ce crime. Elle exhorte le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran à enquêter sur l’arrestation, le procès et la mort d’Adel Kianpour dans la prison de Sheiban, et à rendre publics les résultats de l’enquête.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 3 janvier 2022

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe