lundi, juillet 22, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsAttaque brutale des gardiens contre des prisonniers qui n'avaient pas participé à...

Attaque brutale des gardiens contre des prisonniers qui n’avaient pas participé à la farce électorale en Iran

Attaque brutale des gardiens contre des prisonniers qui n'avaient pas participé à la farce électorale en Iran

Le lundi 4 mars au matin, les gardiens de la prison centrale de Karaj, agissant sur ordre du directeur de la prison, Ali Keshavarzian, et en représailles au refus des prisonniers de participer au simulacre d’élection en Iran le 1er mars, ont pris d’assaut l’un des salles de la section 7 de la prison.

Au cours de l’attaque, les gardiens ont détruit ou pillé les effets personnels des prisonniers, notamment des matelas, des oreillers, des cuillères, des fourchettes et des tasses, qu’ils avaient achetés à leurs frais et avec difficultés.

Les biens du prisonnier politique Mohammad Hosseini, partisan de l’OMPI, ont été complètement détruits lors de cette attaque brutale. Les prisonniers de ce quartier, malgré toutes les pressions et la propagande du directeur de la prison, avaient refusé de participer aux élections. La prison centrale de Karaj est l’un des principaux centres d’exécution de prisonniers en Iran.

La Résistance iranienne, tout en condamnant cette attaque brutale, souligne une fois de plus la nécessité d’une mission internationale d’enquête pour visiter les prisons iraniennes et rencontrer les prisonniers.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)
4 mars 2024