vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsDes manifestants syriens condamnent le rôle des mollahs dans la répression

Des manifestants syriens condamnent le rôle des mollahs dans la répression

CNRI – Lors des manifestations contre Bachar al-Assad dans la ville de Jisr Al-Choughour, les protestataires fustigeait le régime iranien pour sa part dans la répression du soulèvement. Ils brandissaient des pancartes et lançaient des slogans contre Téhéran et le Hezbollah libanais, appelant à leur départ de Syrie.

Le 7 juin une délégation d’organisations syriennes des droits de l’homme a rencontré Luis Moreno Ocampo, le Procureur de la Cour pénale internationale à La Haye, pour déposer une demande officielle de poursuites judiciaires contre Bachar al-Assad, le dictateur syrien.

La plainte a été présentée en conformité avec l’article 15 du règlement de la Cour pénale internationale de La Haye et prend en compte les crimes commis par Assad ces trois derniers mois contre les manifestants syriens.

Dans l’intervalle, Amnesty International a annoncé les noms et identités de 986 personnes tuées lors de manifestations en Syrie. Dans un communiqué, Amnesty a confirmé qu’elle entend renvoyer  le dossier de ces crimes devant le Conseil de sécurité.

L’Angleterre devait distribuer le projet de résolution pour condamner la Syrie parmi les membres du Conseil de sécurité des Nations unies.

Par ailleurs, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé qu’il ouvrira les frontières de la Turquie aux réfugiés syriens. Répression et tuerie par les forces de sécurité d’Assad ont forcé de nombreux Syriens sans défense à fuir leur pays. Le 8 juin au matin, un groupe de 122 réfugiés syriens, principalement des femmes et des enfants, est entré en Turquie.

Le lendemain, les manifestants à Jisr Al-Choughour ont fait part de leur reconnaissance à Erdogan sur leurs pancartes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe