samedi, décembre 10, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsAdoption d’une résolution sur les violations des droits de l’homme par l’Assemblée...

Adoption d’une résolution sur les violations des droits de l’homme par l’Assemblée générale de l’ONU

Mme Radjavi réitère la nécessité de renvoyer le dossier des crimes du régime iranien devant le Conseil de sécurité et de faire traduire ses dirigeants en justice

 

CNRI – Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, s’est félicitée de l’adoption de la 58e résolution condamnant les violations des droits de l’homme en Iran par le 3e Comité de l’Assemblée générale des Nations Unies. « Cette résolution, a-t-elle déclaré, renforce la nécessité de renvoyer le dossier des crimes des mollahs au pouvoir en Iran devant le Conseil de Sécurité pour leur imposer des sanctions globales et traduire les dirigeants de ce régime en justice. Un régime qui a exécuté 120.000 prisonniers politiques, a ignoré 58 résolutions passées de l’ONU, a refusé la visite du Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme et d’autres rapporteurs thématiques en Iran, et qui viole de manière systématique toutes les normes des droits humains. »

« Alors que les prisonniers politiques sont assassinés sous la torture, a-t-elle ajouté, que les militants politiques sont kidnappés et disparaissent, que les exécutions de masse et les arrestations arbitraires, la torture des détenus en les privant de soins médicaux ne cesse d’augmenter, il n’est pas suffisant de juste condamner ce régime. Il doit être tenu responsable et mis au ban de la communauté internationale. Le silence et l’inaction de la communauté internationale vis-à-vis de cette dictature religieuse doit prendre fin. »

Mme Radjavi a appelé tous les Iraniens, défenseurs de la liberté et partisans de la Résistance iranienne à travers le monde à se dresser pour la défense des prisonniers et à s’opposer aux exécutions de masse, à la répression des femmes et des jeunes en étendant la campagne de défense des droits humains.

« Tandis que le régime des mollahs, confronté à des crises incurables et à une isolation croissante dans le pays et à l’étranger, a recours à un niveau jamais atteint de répression, de tortures et de meurtres, des résolutions de condamnation ne suffisent plus. Ce régime doit rendre des comptes et être exclu de la communauté internationale. Cela enverra un message sérieux aux dirigeants iraniens et un message efficace au peuple iranien, comme quoi la communauté internationale a mis fin à l’inaction et au silence vis-à-vis de la dictature religieuse. »

Elle a averti tous ceux qui essaient d’ignorer les violations des droits humains en Iran et s’opposent à des mesures internationales efficaces, que le régime iranien n’a aucun avenir et que tout investissement politique et économique est voué à l’échec.

Bien que cette résolution ne couvre qu’une partie des crimes des mollahs, elle montre cependant clairement  leur hostilité aux principes des droits humains reconnus, avec leur recours à la torture, les meurtres extrajudiciaires, les exécutions massives et secrètes, l’exécution des mineurs, l’exécutions sous prétexte de “Moharebeh” (guerre contre Dieu), les lapidations, l’interdiction de réunions pacifiques, l’absence de liberté d’expression et de conscience, la censure des sites internet, le contrôle des emails, les parasites sur les chaines TV satellites, cibler les avocats et les journalistes, la vaste discrimination sexuelle, la persécution des minorités ethniques et linguistiques, la répression des adeptes de diverses religions, le recours systématique à la détention arbitraire et aux disparitions forcées, et la violation arbitraire de la vie privée des gens.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 décembre 2012
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe