samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeWashington accuse des Iraniens de soutenir l'insurrection sunnite en Irak

Washington accuse des Iraniens de soutenir l’insurrection sunnite en Irak

Par Jay DESHMUKH

Agence France Presse – Les autorités militaires américaines ont accusé pour la première fois publiquement mercredi des agents du renseignement de l’Iran chiite, de soutenir l’insurrection des extrémistes sunnites qui combattent les forces de la coalition en Irak.

Les Etats-Unis avait déjà accusé à de nombreuses reprises des éléments iraniens d’aider les milices chiites à combattre les Arabes sunnites en Irak et à mener des attaques contre les troupes américaines.

Mais après la découverte à Bagdad de nouvelles armes de fabrication iranienne, le général américain William Caldwell a affirmé que les Etats-Unis étaient maintenant convaincus de l’aide iranienne aux extrémistes sunnites qui dirigent l’insurrection antiaméricaine en Irak.

"Maintenant nous avons des informations selon lesquelles des agents du renseignement iranien ont soutenu des groupes extrémistes sunnites", a déclaré le porte-parole militaire américain, lors d’une conférence de presse à Bagdad.

"Des groupes sont instruits en Iran et des armes modernes passent en contrebande en Irak pour être utilisées contre les forces irakiennes et de la coalition", a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs révélé que quatre hélicoptères Apache avaient essuyé des tirs lors des combats acharnés mardi entre insurgés et forces de sécurité dans le centre de Bagdad. Les autorités militaires américaines avaient évoqué auparavant deux hélicoptères touchés, qui avaient pu regagner leur base.

"Vingt insurgés ont été tués" au cours de cette opération menée conjointement avec les forces irakiennes dans le cadre du plan de sécurisation de Bagdad, selon un bilan revu à la hausse mercredi par les autorités américaines.

Selon les autorités irakiennes, "19 terroristes ont été tués et neuf arrêtés".

L’opération s’inscrivait dans le cadre du plan de sécurité Fardh al-Qanoun (Imposer la loi), "destiné à se débarrasser de terroristes et takfiris (extrémistes sunnites)", a souligné le bureau du plan de sécurité dans un communiqué.

Ce plan lancé le 14 février prévoit le déploiement d’ici à juin de 90.000 soldats irakiens et américains dans Bagdad et confère davantage de pouvoir à la police et l’armée irakiennes.

"Parallèlement, trois autres terroristes ont été tués à Bagdad. Au cours des 24 dernières heures, 29 terroristes et 38 suspects ont été arrêtés", a ajouté le communiqué irakien.

L’extension du plan de sécurisation se poursuit depuis une semaine à Mossoul (370 km au nord de Bagdad), où une mère irakienne et son jeune fils ont été tués mercredi lors d’échanges de coups de feu entre la police et des hommes armés.

Dans le centre de cette ville particulièrement instable, l’explosion d’un engin artisanal visant une patrouille de police a fait 13 blessés, dont trois policiers.

De plus, les corps de quatre femmes et trois soldats irakiens tués d’une balle dans la tête ont été découverts dans différents secteurs de Mossoul.

Au sud de Bagdad, l’explosion d’un engin artisanal a tué un policier et en a blessé trois autres lors d’une patrouille dans la ville chiite de Hilla.

Par ailleurs, l’Iran a menacé de ne pas participer pas à la conférence internationale sur l’Irak début mai si ses cinq "diplomates" arrêtés par les Américains en Irak le 11 janvier n’étaient pas libérés. Ce que la Maison blanche a exclu mercredi.

Mardi, le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, avait déjà fait part de la réticence de l’Iran à une participation des cinq Grands à cette conférence les 3 et 4 mai à Charm el-Cheikh, en Egypte.
 
De son côté, le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a fait savoir qu’il se rendrait en Egypte d’ici à la fin du mois d’avril pour préparer cette conférence.

 
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe