vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesViolence faite aux femmes par le régime en Iran

Violence faite aux femmes par le régime en Iran

Le secrétaire général des Nations unies a demandé une mesure mondiale pour lutter contre la violence faite aux femmes et aux filles à l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes.

Antonio Guterres a déclaré : « La violence faite aux femmes est en rapport avec le pouvoir. Cela ne se terminera que lorsque l’égalité homme-femme et l’émancipation totale des femmes seront devenues une réalité. »

Il a ajouté : « De plus en plus, le monde reconnait que la violence faite aux femmes est une barrière majeure aux droits humains et un défi direct pour la participation et l’incorporation des femmes dans le développement durable et la paix. »

La violence faite aux femmes et aux filles est la forme la plus extrême de misogynie. Elle regroupe la violence domestique, les agressions sexuelles et les meurtres. Dans le rapport le plus récent de l’ONU, près d’un cinquième des femmes entre 15 et 49 ans dans 87 pays ont déclaré avoir déjà subi des violences sexuelles et/ou physiques de la part d’un compagnon ces 12 derniers mois. Alors qu’en 2012, près de la moitié des femmes assassinées dans le monde ont été victimes de leur compagnon ou d’un membre de la famille, comparé à seulement 6 % chez les hommes.

Iran

En Iran, les femmes sont soumises aux formes les plus épouvantables de violences soutenues par l’État pour les « crimes » les plus insignifiants et leurs droits sont constamment enfreints. L’Iran a rejeté une loi qui aurait rendu la violence faite aux femmes illégales.

La Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a lancé un appel pour mettre fin à cette violence et a documenté certains des actes affreux de sexisme en 2017.

Le code vestimentaire

Les femmes en Iran doivent se plier au port du voile obligatoire et du hijab lorsqu’elles sont en public.

Selon Hossein Ashtari, le commandant des forces de sécurité de l’État, près de 2000 femmes sont arrêtées chaque jour pour port du voile incorrect, mais ce nombre est très certainement plus élevé à cause du grand nombre de milices des « mœurs » qui parcourent les villes pour harceler les femmes. Ils inspectent aussi quotidiennement les bâtiments du gouvernement, les bureaux privés et même les hôpitaux.

Les femmes sont souvent battues par les forces de sécurité, arrêtées et obligées de payer de lourdes cautions pour sortir de prison.

Des punitions violentes

Jusqu’à maintenant, sous le mandat du « modéré » Hassan Rohani, 81 femmes ont été exécutées, dont 10 en 2017. Alors que les cours iraniennes ont rendu une dizaine de peines de flagellation, de lapidation et d’aveuglement contre des femmes.

Beaucoup de femmes ont également été torturées pour avoir défendu leurs droits, comme des interrogatoires sur leurs proches assassinés par le régime quand elles s’opposent aux conditions de détentions difficiles des prisonniers politiques.

La directrice exécutive d’ONU femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a déclaré que la violence faite aux femmes était courante (voir le mouvement #MeToo) – avec plus d’une femme sur trois victimes pendant sa vie –, mais ceci est normalisé avec des hommes puissants qui pensent qu’ils peuvent faire comme bon leur semble.

Mlambo-Ncuka a affirmé : « Les sanctions et la responsabilité sont primordiaux pour un changement de comportement et pour que les générations à venir soient sociabilisées autrement et qu’elles sachent que c’est inacceptable. »

Elle a défendu que les sanctions contre des hommes prises individuellement changent leur comportement, mais cela fonctionnera-t-il pour le régime iranien ? Est-ce que la communauté internationale sanctionnera le régime iranien pour ses violences faites aux femmes ? Ce serait certainement une bonne mesure à prendre.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe