dimanche, février 5, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsVidéo - les travailleurs iraniens font face à des conditions insupportables à...

Vidéo – les travailleurs iraniens font face à des conditions insupportables à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs

Les travailleurs iraniens font face à des conditions insupportables à l'occasion de la Journée internationale des travailleurs

Les conditions de travail effroyables en Iran font donnent une résonnance particulière à la Journée internationale des travailleurs. La grande majorité des travailleurs iraniens travaille dans des conditions qui ne sont conformes à aucune norme internationale, alors que leurs droits les plus fondamentaux sont systématiquement violés. 

Pire encore, la crise économique actuelle en Iran exerce des pressions incroyables sur les travailleurs, de nombreux employés n’ayant pas été payés depuis des mois voire même un an. 

Les salaires misérables ne couvrent que 28 % des besoins de base des travailleurs (logement, nourriture, vêtements), selon le directeur adjoint du Centre de coordination des conseils du travail islamique de l’Azerbaïdjan oriental, ce qui signifie que beaucoup doivent contracter des prêts à des taux d’intérêt élevés, vendre des organes de leur corps ou même s’auto-immoler pour échapper aux problèmes financiers. 

Iran, manifestations 1er Mai à Téhéran: " Le gouvernement trahit, le parlemengt le soutient"

Faramarz Tofighi, un responsable du régime, a déclaré que 80 % des travailleurs vivent en deçà du « seuil de la mort », ce qui signifie que plus de travailleurs vivent maintenant en dessous du seuil de pauvreté absolue et n’ont même pas les moyens pour acheter des produits de première nécessité comme la nourriture. Avec la hausse des prix des produits chaque jour, certaines personnes s’acharnent désespérément à se procurer suffisamment à manger. 

En raison de l’absence de lois protégeant les droits des travailleurs, il est plus difficile pour les employés d’obtenir de l’aide, c’est pourquoi ils protestent et font la grève pour l’obtention de leurs droits. 

Le militant Abdollah Vatankhah a déclaré : « Les lois ne protègent pas la classe ouvrière et le gouvernement refuse de prendre ses responsabilités et nous a abandonnés… Des politiques comme la privatisation ont détruit nos vies. Les travailleurs ont été abandonnés. De telles actions les obligent à faire entendre leurs voix et à protester. » 

Un autre problème est que de nombreux travailleurs n’ont pas d’assurance maladie auprès de leur employeur et même ceux qui en ont une sont confrontés à de graves problèmes de santé parce que les compagnies d’assurance maladie de Téhéran refusent d’assumer leurs responsabilités. 

Par exemple, le Haut Conseil des assurances a récemment exclu les médicaments de chimiothérapie étrangers de l’assurance maladie de Téhéran, ce qui met en danger la vie de ceux qui n’ont pas les moyens de les payer par eux-mêmes. Le coût de ces médicaments peut représenter environ deux fois et demie le salaire mensuel moyen en Iran. 

Les travailleurs iraniens savent que l’oppression dont ils sont victimes est une conséquence directe des exactions du régime des mollahs, c’est pourquoi, lorsqu’ils sont descendus dans la rue pour réclamer leurs salaires impayés, ils ont également exigé le renversement du régime. (en 2018, les travailleurs ont organisé plus de 1 865 manifestations.) Le régime a réprimé les manifestants et arrêté des dizaines de militants, notamment : 

  • le Secrétaire du Bureau du Syndicat des travailleurs libres, Jafar Azimzadeh 
  • Le Porte-parole du syndicat des travailleurs d’usine Haft Tapeh Sugar, Esmaeil Bakhshi 
  • Esmaeil Abdi, Mahmoud Beheshti Langarudi, Mohammad Habibi, Rouhollah Mardani, et Abdul Reza Qanbari.