dimanche, juin 16, 2024
AccueilActualitésActualités: FemmesLes conditions de travail des femmes en Iran, une nouvelle forme d’esclavage

Les conditions de travail des femmes en Iran, une nouvelle forme d’esclavage

Les conditions de travail des femmes en Iran, une nouvelle forme d’esclavage

La Journée internationale des travailleurs, célébrée le 1er mai chaque année, est l’occasion pour défendre les droits des travailleurs, mais ceux-ci ne sont pas valables pour les travailleurs en Iran, car ils n’en ont pas.

De nombreux travailleurs ont travaillé sans salaire pendant des mois ou même plus d’un an et la situation est encore plus grave pour les travailleuses parce que les femmes sont « systématiquement discriminées dans la loi, dans l’emploi, sur le marché du travail, et dans tous les autres domaines de la vie ». Il est donc bien plus difficile pour les travailleuses de défendre leurs droits et d’obtenir un emploi équitable.

Les principaux problèmes

Les principaux problèmes des travailleuses en Iran sont les suivants :

• le niveau bas des salaires : les femmes travaillent souvent pendant 10 à 12 heures dans les usines, ne gagnant qu’un dollar par jour, soit un tiers de moins que le salaire minimum et sept fois moins que le seuil de pauvreté. Ceux qui n’ont pas d’employeur spécifique se font arnaquer par des intermédiaires qui vendent leurs produits.

• des emplois de conditions inférieures : La loi en en Iran donne la préférence aux hommes en matière d’emploi, de sorte que les femmes ne sont souvent en mesure d’occuper que des emplois non surveillés et non officiels dans des ateliers. Les femmes qui veulent désespérément gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de leurs familles sont obligées d’accepter n’importe quel emploi.

• pas d’assurance : 80 % des personnes sans assurance en Iran sont des femmes parce qu’elles sont plus susceptibles d’occuper des emplois instables où les employeurs ne versent ni d’allocations ni d’assurance.

• manque de sécurité d’emploi : les femmes sont les premières à être licenciées en période de crise économique parce que les employeurs pensent qu’elles sont moins productives en raison du mariage (potentiel) et de la grossesse. Les deux tiers des chômeurs en Iran sont des femmes.

Ahmad Amirabadi Farahani, membre du conseil d’administration du Majlis (Parlement des mollahs), a déclaré : « L’oppression des femmes dans certaines unités de production en ce qui concerne le paiement de leurs salaires et leurs longues heures de travail est une nouvelle forme d’esclavage. »

Fatemeh Pourno, Secrétaire du Syndicat des travailleuses de Qazvin, a déclaré : « Les femmes travaillent au même rythme que les hommes dans les unités de production, mais ne perçoivent pas un salaire égal. Les responsables bafouent leurs droits légaux. Par conséquent, elles ne savent même pas si leur assurance a été prise en compte dans leur masse salariale. Mais elles ne déposent aucune plainte à cet égard car elles craignent d’être licenciées par leur employeurs. »