vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesVidéo - L’Iranienne Maryam Mirzakhani, génie des maths, s’est éteinte à 40...

Vidéo – L’Iranienne Maryam Mirzakhani, génie des maths, s’est éteinte à 40 ans

L’Iranienne Maryam Mirzakhani, génie des maths, s’est éteinte à 40 ans

Maryam Mirzakhani, génie des mathématiques et la première femme lauréate de la médaille Fields en mathématiques, est décédé le 15 Juillet dans un hôpital aux États-Unis. Depuis quatre ans, elle souffrait d’un cancer, dont l’information s’est répandue il y a seulement trois jours.

La Commission des femmes du Conseil National de la Résistance iranienne a adressé ses condoléances pour le décès tragique de cette grande femme à sa famille, aux femmes et au peuple iranien, ainsi qu’à la communauté scientifique.

Maryam Mirzakhani est née en 1977 à Téhéran et est allée au lycée Farzanegan (Talents exceptionnels) à Téhéran.

En 1994, elle a remporté une médaille d’or à l’Olympiade internationale de mathématiques, devenant ainsi la première étudiante iranienne à gagner ce prix prestigieux. A l’Olympiade internationale de mathématiques de 1995, elle est devenue le premier étudiant iranien à obtenir un score parfait et remporter deux médailles d’or.

Elle a obtenu son baccalauréat ès sciences en mathématiques (1999) à l’Université de Technologie de Sharif à Téhéran. Puis elle est allée aux États-Unis pour des études supérieures, obtenant un doctorat à l’Université Harvard (2004), où elle a travaillé sous la supervision de Curtis McMullen, un lauréat de la médaille Fields.

À l’Université Harvard, elle a abordé un problème qui bloquait beaucoup de mathématiciens : le calcul des volumes des espaces de modules des courbes géométriques des objets dont les points représentent chacun une surface hyperbolique différente.

La revue Popular Science a sélectionné Maryam Mirzakhani parmi les dix personnes les plus brillantes de l’année en 2005.

Elle a également été chercheure associée à l’Institut de mathématiques Clay et professeur à l’Université de Princeton.

Mirzakhani a fait plusieurs contributions à la théorie des espaces de modules des surfaces de Riemann. Ses travaux ultérieurs ont été consacrés aux espaces de modules de Teichmüller dynamique. En particulier, elle a pu démontrer la vieille hypothèse de William Thurston selon laquelle le flux de tremblement de terre sur l’espace de Teichmüller est ergodique.

Mirzakhani a reçu la médaille Fields en 2014 pour « sa contribution exceptionnelle à la dynamique et à la géométrie des surfaces de Riemann et à leurs espaces de modules ». La distinction a été faite à Séoul au Congrès International des Mathématiciens.

Elle était mariée à Jan Vondrák, un informaticien théoricien tchèque et mathématicien appliqué qui est professeur associé à l’Université de Stanford. Sa fille, Anahita, a six ans.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe