lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUne nouvelle étape vers la reconnaissance internationale de l'OMPI

Une nouvelle étape vers la reconnaissance internationale de l’OMPI

 Radio RGB, 21  juillet 2010 – Ce week-end une centaine de personnes étaient présentes rue des Gords à Auvers-sur-Oise. En effet les opposants iraniens y ont fêté une décision de la justice américaine, une décision qui ordonnent au département d’Etat de réexaminer la présence de l’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran (Ompi) sur la liste des mouvements terroristes. Un an après le retrait de l’Ompi de la liste noire de l’Union européenne, cette décision constitue une nouvelle étape vers la reconnaissance de cette organisation par la communauté internationale, comme nous l’explique Afchine Alavi :

Afchine Alavi : C’est une grande fête spontanée qui a été organisée à Auvers-sur-Oise avec des centaines d’Iraniens mais également d’amis du Val-d’Oise et des gens qui nous ont accompagnés durant ce combat très long pour arriver à faire sortir les Moudjahidines de cette inscription injuste dans la liste terroriste américaine. Vendredi la cour d’appel fédérale de Washington a donné un avis totalement favorable au Moudjahidine du Peuple, considérant que l’inscription de ce mouvement dans la liste noire du Département d’Etat en 1997 était une inscription illégale. Et donc elle a rejeté les documents qui lui ont été présentés pour justifier cette inscription, qui n’était qu’un gage au régime des mollahs. De ce point de vue, c’est l’accomplissement d’un processus juridique long que nous avions déjà vu couronné de succès en Europe en 2009.

Les USA ont finalement suivi le mouvement initié par les Européens ?

A.A : L’OMPI a été placée sur la liste terroriste américaine du Département d’Etat en 1997 à l’époque de Clinton et au moment de l’arrivée de Khatami à la présidence de la république en Iran. A cette époque-là, les Américains pensaient que donner un gage au régime au pouvoir en Iran ça pourrait les amadouer. Les autorités américaines ont dit que c’était à la demande du régime iranien que nous l’avons fait. Les européens avaient suivi en 2002 en inscrivant l’Ompi sur la liste européenne des organisations terroristes et cela avait déversé une multitude de contrats entre l’Iran et les pays européens. Un processus juridique a donc été entamé, une bataille qui a duré quatre ans. Il a eu sept décisions de justice et à chaque fois les Etats européens ont essayé de contourner ces décisions de justice. Mais finalement en 2009 c’était l’accomplissement de cette bataille, les gouvernements et le Conseil des ministres européens ont été contraints d’accepter et d’appliquer la décision de justice qui disait très clairement que l’inscription des Moudjahidine était illégale et que l’acharnement européen, d’après les juges britanniques, frôlait la « perversité ». Mais c’est également le combat aux côtés de bon nombre de citoyens et de parlementaires…

L’opinion publique a joué aussi forcément un rôle prépondérant dans cette histoire…

AA: certainement. Sans ce soutien, jamais on n’aurait pu aboutir à faire avancer l’état de droit. De dire que voilà, c’est la violation des principes mêmes sur lesquels l’Europe ou les Etats-Unis se sont bâtis.

Aujourd’hui qu’est-ce que ce changement de statut va changer pour le Cnri, l’Ompi et pour toute la résistance iranienne dans son ensemble, qu’est-ce que ça va changer concrètement ?

A.A : D’abord la bataille n’est pas terminée, je tiens à le préciser. Comme en Europe, où à la suite des décisions de justice il a fallu la décision politique, aux Etats-Unis pour l’instant c’est la décision de justice qui demande que le Département d’Etat révise sa position vis-à-vis de l’inscription de ce mouvement sur la liste terroriste. Il faut maintenant batailler dur pour arriver à faire imposer cette décision au niveau politique aux Etats-Unis. A l’époque où l’on parle de sanctions contre le régime de Téhéran, en même temps on est en train de sanctionner et d’appliquer des restrictions aux gens qui résistent et qui veulent précisément, qui ont pour espoir de changer ce régime et arriver à un état de démocratie et de pluralisme en Iran. A partir de là on est dans une absence de logique et donc cette situation ne peut pas tenir.

Ça change la donne parce que là vous allez notamment pouvoir lever des fonds aux USA…

A.A. : C’est pour ça qu’on l’a fêtée. Mais sur le plan concret, il faut attendre précisément la décision officielle du pouvoir politique.

Et donc vous l’avez entendu, après sept décisions de justice,  il faudra donc encore attendre quelques mois pour que les décisions politiques suivent et nous ne manquerons dès lors de vous en faire part…

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe