mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesUne courageuse mère iranienne décrit le silence du premier ministre italien sur...

Une courageuse mère iranienne décrit le silence du premier ministre italien sur les exécutions

Une courageuse mère iranienne décrit le silence du premier ministre italien sur les exécutions

CNRI — La mère de Reyhaneh Jabbari, une jeune femme iranienne dont l’exécution en octobre 2014 a déclenché la condamnation internationale du régime des mollahs, a écrit une lettre ouverte au premier ministre italien, Matteo Renzi, critiquant son voyage cette semaine à Téhéran et son silence concernant les effroyables violations des droits de l’Homme qui ont lieu en Iran.

Reyhaneh Jabbari a été exécuté pour avoir tué un agent des renseignements du régime iranien en légitime défense.

Ce qui suit est le texte de la lettre ouverte passionnée par sa mère, Mme Shole Pakravan, au premier ministre italien à la veille de son voyage à Téhéran :

« Le premier ministre italien se rendra en Iran demain. Il pourrait viser à transmettre les messages de ceux qui sont choqués et déçus par rapport aux exécutions en Iran. Il pourrait communiquer le message du Pape — qui traite de l’abolition universelle de la peine de mort — ou de dire : “Arrêtez les exécutions publiques” il peut demander l’arrêt de l’exécution de mineurs délinquants.

Ou peut-être qu’il ne pourrait pas en dire beaucoup sur les exécutions, mais sûrement mentionner les peines brutales d’amputation des membres. Non ? Ils ne pourraient même pas discuter de ces questions parce que leur réunion serait alors affligée par ces faits amers et effroyables. Mais je suis tout à fait sûre qu’il mentionne l’expulsion des minorités religieuses et ethniques des universités ou des administrations.

Il parlerait de libérer ces personnes emprisonnées, comme Hossein Kazemeyni Boroujerdi et Mohammad Ali Taheri, dont les opinions diffèrent de l’administration actuelle. Là encore, il ne pourrait pas parler de ces choses du tous. Eh bien, quel est le but de sa visite en Iran ? Au lieu de visiter les monuments historiques de Chiraz et Ispahan, il pourrait visiter les prisons pour poser des questions sur l’état de Narges Mohammadi pour voir comment elle se sent loin de ses deux enfants en bas âge. Peut-être qu’il veut rendre visite Hossein Ronaghi afin de voir comment il a fait une grève de la faim bien qu’il souffre d’une insuffisance rénale.

Il pourrait vouloir voir les talents de peinture exotiques d’Atena Farghadani qui a été injustement condamné à purger 12 ans de prison. En outre, il pourrait indiquer que la torture n’est pas un acte décent. Peu importe le titre ou le nom que chaque homme tient, des coups ou des pendaisons ou d’autres actes de torture sont interdits contre tous les êtres humains. Mais je doute qu’il rende visite aux prisonniers. Il pourrait traverser les rues de Téhéran et récolter le témoignage des jeunes enfants et sans-abri qui mendient les pieds nus. Non, derrière le pare-brise à verre teinté de sa voiture, il ne peut pas assister à de telles scènes ou il ne peut pas parler d’eux dans ses réunions.

Honnêtement, je ne sais pas pourquoi il est en voyage en Iran. Il pourrait être à la recherche d’argent, le commerce, le pétrole, des sanctions et des choses comme ça.

En d’autres termes, tout le reste peut être important pour lui, sauf les cas mentionnés ? Je n’en ai pas la moindre idée. Peut-être que le premier ministre est une bonne personne et il peut répondre à toutes les questions ci-dessus. Dans ce cas, on se souviendra de lui dans le futur pour sa réputation bien méritée et ses bonnes actions. Mais si seulement il poursuit ses propres intérêts commerciaux en Iran, alors il doit noter qu’en Iran il y a encore un grand nombre d’exécutions par habitant et il est encore fréquent que les gens soient torturés pour extraire des “aveux”, sans parler de tous les autres problèmes.

Cela ne lui fait aucun mal de noter que les artistes italiens et le pape ont partagé leur consternation concernant l’exécution de Reyhaneh et ils ont appelé à l’abolition de ces peines. Malgré toutes les demandes mondiales et nationales, ma fille aimante a été exécutée. Je suis maintenant inspirée par l’artiste italien, Gianni Rodari, qui a souhaité l’existence d’un kiosque pour vendre des prospectus aux gens. Bien que j’ai enterré tout mon espoir et le désir, je vais encore à ce kiosque pour acheter un peu d’espoir.

Non, je vais acheter tout cela parce que je veux espérer que la visite du premier ministre en Iran devienne féconde et bienfaisante pour nous, en tant que nation sans défense. Je veux espérer que le premier ministre italien ne cherche pas à piller les richesses données par Dieu d’un peuple au prix de rester silencieux contre un phénomène infectieux appelé exécution.

Peut-être que le premier ministre accepte notre invitation et se tient à nos côtés dans la pétition pour l’abolition de la peine de mort. Peut-être qu’il souhaite aussi un Iran sans exécution. Peut-être que dans ses réunions, il dira : Non à l’exécution, non à la torture » !

Alors qu’elle n’avait que 19 ans seulement, Mme Reyhaneh Jabbari travaillait comme décoratrice quand elle a été forcée de se défendre contre un agent des renseignements qui a tenté de la violer. Elle a été emprisonnée pendant sept ans et a été exécutée le 25 octobre 2014 en dépit d’une campagne internationale pour la sauver.

La dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, a déclaré à l’époque que l’exécution de Mme Jabbari avait des motifs politiques et que c’était illégal, même dans le cadre des lois médiévales des mollahs. Mme Radjavi a appelé à une enquête internationale indépendante sur l’exécution de Reyhaneh Jabbari comme un exemple de condamnations de mort arbitraire, extrajudiciaire et pénale en Iran qui ont pris des dimensions supplémentaires depuis le mandat d’Hassan Rohani en tant que président du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe