dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieUne compagnie d’assurance se retire d'Iran pour éviter les sanctions américaines

Une compagnie d’assurance se retire d’Iran pour éviter les sanctions américaines

Une compagnie d’assurance se retire d'Iran pour éviter les sanctions américaines

La dernière compagnie à avoir abandonné ses relations d’affaires avec le régime iranien pour éviter les sanctions économiques américaines est la compagnie d’assurance American International Group Inc (AIG), selon une déclaration faite par AIG le vendredi 2 novembre.

Alors qu’AIG n’avait pas directement d’affaires avec le régime iranien, une filiale – Validus Holdings Ltd, réassureur basé aux Bermudes – qu’elle a acquise en juillet pour 5,56 milliards de dollars, en avait.

Désormais, Validus mettra un terme à la couverture d’assurance qu’elle offre aux compagnies maritimes qui transportent des marchandises à destination et en provenance d’Iran afin de se conformer aux sanctions économiques américaines qui sont entrées en vigueur le dimanche 4 novembre. Selon la déclaration, la cargaison comprend le pétrole brut expédié d’Iran et les produits pétroliers raffinés expédiés en Iran.

Les filiales de Validus, également basées en dehors des États-Unis, ont fourni l’assurance liée à l’Iran pour les marchandises, mais aussi pour les navires, la guerre et la responsabilité civile. AIG a déclaré que la compagnie se retirerait également de certaines polices de réassurance impliquant le régime iranien.

AIG a également noté dans le dossier que ses revenus provenant de l’assurance liée à l’Iran sont minimes, mais qu’elle avait reçu une licence du Bureau de contrôle des avoirs étrangers du Trésor américain lorsqu’elle a acquis Validus, ce qui permet à la société de se retirer des activités liées à l’Iran.

Lundi, des sanctions visant les secteurs du pétrole, des banques et des transports en Iran sont entrées en vigueur et le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a déclaré qu’elles étaient déjà appliquées. Cela s’inscrit dans le cadre de la campagne américaine de « pression maximale » pour faire face au comportement « hors-la-loi » de l’Iran et ramener les mollahs à la table des négociations.

Depuis l’annonce des sanctions par Trump, de nombreux assureurs, réassureurs, courtiers et compagnies maritimes se sont retirés d’Iran, alors même que leurs pays d’origine se sont engagés à respecter l’accord. On peut citer en exemple Total, British Airways et France Air.

La précédente série de sanctions, qui visait l’utilisation par courtiers du dollar américain, l’industrie automobile et le commerce des métaux précieux, est entrée en vigueur le 6 août.

La réimposition de sanctions ont entravé l’économie iranienne déjà en difficulté et ont suscité des protestations nationales contre le régime qui embrasent le pays depuis décembre 2017.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe