jeudi, décembre 1, 2022

Une autre option pour l’Iran

Alireza JaffarzadehPar Alireza Jafarzadeh

New York Post, 15 juin – Pendant que l’on se chamaille, Téhéran court à toute vitesse vers son objectif d’armes nucléaires en défiant des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Récemment au mois de mai, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique a exprimé ses « sérieuses inquiétudes » à propos des ambitions nucléaires du régime iranien. Les terroristes téléguidés par Téhéran continuent toujours de fomenterla violence en Irak. Il convient alors de se poser la question : n’y-a-t-il pas une meilleure issue à cette impasse ? La réponse est « Oui. »

 

La principale crainte de Téhéran c’est que les États-Unis pourraient choisir une tout autre option que celle des bombardements aériens – c’est-à-dire celle de se tourner vers les groupes de résistance iraniens pour solliciter leur aide. Bien qu’elle ne soit pas encore considérée par l’administration américaine, cette option fait l’objet d’un fort soutien bipartite parmi les membres du congrès américain.

Il y a plusieurs années, dans un effort visant à  satisfaire les ayatollahs et en échange d’intérêts à court terme, l’administration Clinton suivie plus tard par l’Union européenne, a inscrit sur sa liste noire, le principal et le plus actif groupe de l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). Inutile de préciser qu’elle n’a rien obtenu en retour.

A l’occasion d’un jugement historique rendu en mai, la Cour d’Appel du Royaume-Uni a déclaré que l’inclusion de l’OMPI dans la liste des organisations terroristes était “perverse” et “illégale”, et devait donc être immédiatement annulée. Le gouvernement britannique a respecté le jugement et a présenté au Parlement un projet de décret retirant le groupe de sa liste noire.

En s’appuyant sur ses réseaux à l’intérieur de l’Iran, l’OMPI organise régulièrement des manifestations étudiantes, collecte des informations confidentielles sur le programme d’armes nucléaires de Téhéran et galvanise le mécontentement social. L’OMPI est en faveur d’un gouvernement démocratique et laïc, prônant la séparation de la religion et de l’Etat, la liberté de culte, l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, la liberté d’expression et celle de la presse, ainsi que le droit à l’association politique.

Une attaque militaire contre des cibles nucléaires iraniennes n’apportera pas de  changement en Iran; seuls le peuple iranien et sa résistance organisée ont les qualifications requises et le devoir d’accomplir ce changement.

Washington dispose d’un choix viable: lever les restrictions imposées à l’opposition démocratique iranienne, libérant ainsi l’énorme potentiel de la jeune génération qui s’est d’ores et déjà engagée dans des protestations contre le gouvernement dans tout le pays. En cela réside la seule option logique qui promette une sortie à la crise actuelle et à l’impasse politique iranienne.

————————————————

Alireza Jafarzadeh est l’auteur de La Menace Iranienne: le Président Ahmadinejad et la Crise Nucléaire à Venir (Editions Palgrave, février 2008)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe