jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeUn réseau terroriste soutenu par le régime iranien en Afrique centrale

Un réseau terroriste soutenu par le régime iranien en Afrique centrale

Un réseau terroriste soutenu par le régime iranien en Afrique centrale

Par Shahriar Kia

Un réseau terroriste soutenu par le régime iranien, qui s’est fixé pour but d’attaquer des forces américaines et européennes, a été découvert dans la région de l’Afrique centrale par le Tchad et la République centrafricaine.

Ismael Djida, chef d’un groupe terroriste centrafricaine, a déclaré : « Nous voulons créer une armée pour combattre les Occidentaux en Afrique. » Les membres du groupe avaient appartenu au groupe terroriste Seleka avant d’être recrutés et formés par une division de la Force Qods, responsable des opérations extraterritoriales des pasdaran iraniens.

Le Seleka, désigné comme une organisation terroriste, s’est constitué en 2012 au début de la guerre civile en République centrafricaine, et a évincé le président François Bozizé pour installer Michel Djotodia.

Le régime des mollahs aurait dépensé des centaines de milliers de dollars pour financer le réseau et versé 150 000 dollars pour recruter les insurgés du Seleka. Il prend pour cible le Tchad, la République centrafricaine, l’Érythrée, la Gambie, le Niger, le Sud Soudan et le Soudan.

Ce n’est pas la première fois que le régime iranien s’implique en Afrique centrale. En 1993, des centaines de soldats de Téhéran ont travaillé au Soudan et deux ans plus tard, le pays était rempli de terroristes formés par les pasdaran.

Un acte d’accusation de 1998 contre Oussama ben Laden a estimé qu’il avait travaillé avec le régime des mollahs, le Hezbollah soutenu par Téhéran et le Front national islamique (le parti alors au pouvoir au Soudan) pour détruire leurs ennemis occidentaux.

Michael Ledeen a écrit dans The Iranian Time Bomb : « L’alliance entre le Soudan et le régime des mollahs était parfaitement logique pour les deux tendances fascistes islamiques, car ils avaient un objectif primordial commun : anéantir l’Occident. Il existe une documentation considérable » prouvant l’alliance entre l’Iran, le Hezbollah, Al Qaïda et le Soudan.

En 2011, Mahmoud Ahmadinejad, alors président du régime de Téhéran, s’est rendu au Soudan et a soutenu l’ancien président soudanais Omar el-Bechir, qui vient d’être renversé.

La découverte de la cellule terroriste montre que Téhéran est toujours actif dans la région.

L’éditorialiste Anthony Chibarirwe a écrit : « La région du Sahel a désespérément besoin d’un soutien contre le terrorisme, et l’Europe est bien placée et motivée pour intervenir. Alors que les États-Unis ont généralement été le leader dans la guerre mondiale contre le terrorisme, l’Europe a joué un rôle majeur dans la guerre africaine contre le terrorisme. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe