vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUn panel bipartite américain veut empêcher la dispersion forcée d'Achraf en Irak

Un panel bipartite américain veut empêcher la dispersion forcée d’Achraf en Irak

PRNewswire, Washington, 28 juillet – Ce communiqué est publié par la communauté Irano-américaine de Californie du Nord:
Un panel bi-partite de membres du Congrès américain, de hauts fonctionnaires et d’anciens experts de la sécurité nationale intitulée « La politique américaine, l’Iran et le camp d’Achraf : Le point de vue du Congrès », a exhorté l’administration à assurer la protection du camp d’Achraf, qui abrite 3.400 membres du principal groupe d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) et à retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes étrangères.

La conférence, qui s’est tenue à la Chambre des représentants américaine, a salué l’adoption unanime d’un amendement à la loi HR 2583 pour en faire la politique des Etats-Unis afin d’ «empêcher le déplacement forcé des résidents d’Achraf en Irak et faciliter la présence robuste de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak dans le camp d’Achraf ».

La présidente de la commission des Affaires étrangères de la Chambre Ileana Ros-Lehtinen (Rép-FL), le représentant Bob Filner, (Dém-CA), co-président de l’Iran Human Rights and Democracy Caucus, les représentants « Juge » Ted Poe (Rép-TX); Judy Chu (Dém-CA); Dan Lungren (Rép-CA); Trent Franks (Ré-AZ), Sheila Jackson-Lee (Dém-TX) et Roscoe Bartlett (Rép-MD) ont été rejoints par John Bolton, ancien ambassadeur aux Nations Unies, Andrew Card, ancien chef de cabinet  de la Maison Blanche, Michael Mukasey, ancien ministre de la Justice, John Sano, ancien directeur adjoint de la CIA pour le National Clandestine Service, Robert Torricelli, ancien sénateur américain, et le Pr Steven Schneebaum, avocat de familles américaines des résidents d’Achraf.

« Nous sommes tous des résidents du camp d’Achraf», s’est exclamée la présidente Ros-Lehtinen, tout en se félicitant de l’amendement à propos d’Achraf dans la RH 2583. « A présent, le gouvernement irakien sait très bien que la position de la Chambre des Représentants américaine est celle que déclare notre commission », a-t-elle martelé « et il est temps pour l’administration d’Obama d’emboîter le pas et de s’assurer que les résidents d’Achraf reçoivent la protection qui leur a été promise, à laquelle ils ont droit. Il n’y a pas de temps à perdre.»

La Représentante de Floride a ajouté : « Rien ne garantit que le gouvernement irakien et ses forces de sécurité ne vont pas répéter leur comportement passé inacceptable [le massacre du 8 avril] parce qu’ils n’ont payé aucun prix pour cela dans la communauté internationale. La sécurité des résidents du camp d’Achraf est en danger. Elle est en danger en ce moment, en ce moment-même où l’on parle. Elle sera en danger jusqu’à ce que la communauté internationale déclare que cette situation est inacceptable. C’est un moment critique pour les Etats-Unis pour agir et faire ce qu’il faut. »

L’ambassadeur John Bolton a déclaré: « Je n’ai rien vu quand j’étais dans le gouvernement justifiant sa présence [OMPI] sur la liste. De très hauts fonctionnaires de nos services de renseignements américains et de nos activités anti-terroristes qui ont parlé du travail qu’ils ont accompli avec l’OMPI. Nous avons répété les témoignages de hauts responsables militaires américains pendant la durée de la présence militaire américaine en Irak (…) qui parlaient de leur coopération et de leur renoncement au terrorisme, du désarmement du camp d’Achraf et du travail fait pour aider les Etats-Unis durant cette période. »

Il a conclu en disant : « Que les Etats-Unis respectent l’engagement pris de protéger les résidents du camp d’Achraf. Suivons l’important amendement que la commission des Affaires étrangères de la Chambre a adopté la semaine dernière. »

Le Congressman Filner s’est avéré du même avis : « Nous essayons de faire en sorte que cette nation et le monde n’oublient pas le camp d’Achraf et n’oublient pas les gens courageux qui y sont, pour la défense de la démocratie et des droits humains. Je vois le camp d’Achraf, pas uniquement en tant que tel, mais comme un microcosme de ce que cette nation et ce monde ferait mieux de faire avant le retrait définitif de l’Irak, parce que (…) nous avons consenti un énorme sacrifice du trésor et du sang américain et que nous ne pouvons pas partir de là pour que l’Iran s’en empare. »

Le co-président du Caucus a déclaré que la radiation de l’OMPI de la liste est un préalable à la sécurité des résidents d’Achraf, ajoutant que  «notre protection d’Achraf est une protection de l’Irak et c’est un symbole de résistance à l’Iran ».

En référence aux propos condamnables de l’ambassadeur Lawrence Butler sur les résidents d’Achraf, le procureur général Mukasey a déclaré : « Nous assistons au spectacle d’un ambassadeur américain qui représente son pays en disant que les gens d’Achraf doivent traiter avec moi, c’est moi qui m’en occupe. Ce type aurait pu vendre de la bière pour Al Capone. Il a raté sa vocation. »

« Comment se fait-il que les Irakiens puissent être à ce point encouragés à faire ce qu’ils ont fait [le 8 avril] et comment se fait-il que l’ambassadeur américain puisse être si mal orienté, si irresponsable pour faire et dire ce qu’il a fait (…) Ce qui a permis à ces choses de se produire, c’est le maintien de l’OMPI sur la liste des organisations terroristes étrangères. C’est ce qui encourage les Irakiens. Le remède c’est de retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes étrangères, et ce remède n’est pas difficile à administrer (…) car [l’OMPI] ne correspond pas aux critères de ce statut de terrorisme. »

Le représentant Poe a souligné l’importance de l’amendement législatif : « Il définit un marqueur de la position des Etats-Unis dans le traitement de la question du camp d’Achraf. »

«J’ai vu tout ce qu’ils [au Département d’Etat] ont à offrir et je ne suis pas convaincu du maintien de l’OMPI sur la liste des organisations terroristes étrangères. J’ai donc présenté une résolution, avec environ 80 sponsors – républicains et démocrates – pour la radiation de l’OMPI. Il est temps de le faire parce que tant que l’OMPI sera classée terroriste, ce sera plus difficile de préserver la liberté des personnes au camp d’Achraf. M. Maliki [le Premier ministre irakien] et son gouvernement ainsi que le gouvernement iranien se servent tous les deux de cette classification américaine pour opprimer les résidents », a ajouté le parlementaire du Texas.

Notant que «les gens de l’OMPI et leurs remarquables dirigeants ont démontré que l’OMPI est digne de confiance en tant qu’alliée dans la guerre contre le terrorisme », M. Card a souligné : «En tant que chef de cabinet d’un président des Etats-Unis, j’ai observé comment était donnée la parole de l’Amérique. Il est important que nous respections cette parole. La promesse qui a été faite était que nous allions protéger la population du camp d’Achraf. Nous avons promis que non seulement elle serait protégée par les Etats-Unis, mais aussi que nous allions travailler avec les Nations Unies afin de nous assurer qu’ils seraient désignés comme « personnes protégées ». »

« Nous avons l’obligation de les protéger. Nous avons l’obligation de nous assurer que quand ils demandent l’attention, le monde les écoute et ne trouve pas d’excuse pour les ignorer parce que l’OMPI est sur une liste archaïque où elle n’aurait pas dû être mise  (…) L’OMPI n’est pas une organisation terroriste », a ajouté M. Card.

La parlementaire Sheila Jackson Lee a ajouté : « Appelons un chat un chat. L’Iran interfère en Irak et s’occupe des affaires de l’Irak et il est à l’origine de la violence à l’heure où nous parlons, et c’est pourquoi le camp d’Achraf se retrouve dans ces conditions (…) Nous demandons également d’agir rapidement sur la classification de l’OMPI pour lui permettre d’être libre et de plaider sa cause et de ne pas être taxée de la manière dont elle l’a été. »

John Sano a déclaré que « la situation au camp d’Achraf et le massacre survenu il y a seulement trois mois est le parfait exemple en termes de ce que le VEVAK [ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité] est capable de faire pour tenter de façonner l’opinion internationale. C’est sa diabolisation constante de l’OMPI comme une organisation subversive et terroriste. C’est en contradiction totale avec les informations que nous avons ici aux États-Unis et sur le plan international qui ont dévoilé la véritable histoire derrière ce massacre (…) et la réalité de l’OMPI comme une organisation éprise de paix, partisane de la démocratie, non-violente qui cherche seulement à promouvoir un système avec la liberté d’expression, de réunion, et de partis politiques, comme la séparation de religion et de l’État et l’égalité des sexes. »
Quant à la récente campagne de dénigrement de l’OMPI, M. Sano a déclaré : « Il n’est pas surprenant que non seulement le régime soutienne publiquement l’idée d’un déplacement en Irak, mais que les lobbies s’activent aussi pour cela à Bagdad et ailleurs. Une grande partie de ce lobby est orchestrée par le VEVAK pour induire en erreur, diffuser une désinformation complètement erronée (…) Les campagnes de désinformation sont en soi une faible tentative pour convaincre les Etats-Unis et ses organes, le Département d’Etat, même le Congrès, ainsi que les observateurs internationaux, que les résidents d’Achraf doivent être déplacés et ensuite que l’OMPI doive rester sur la liste des organisations terroristes étrangères ». 

Un co-sponsor de la résolution H. Res. 60, le congressman Lungren a noté que « la réticence du département d’Etat à même envisager la réévaluation du statut d’un élément aussi important de la résistance iranienne [l’OMPI], est à la fois obtus et préjudiciable à nos intérêts (…) Ils [au département d’État] ne sont même pas prêts à parler à un membre du Congrès qui a un point de vue différent et pensent que nous devrions sans doute faire une réévaluation comme cela a été suggéré, non pas pour des raisons politiques mais pour des raisons factuelles et de la vie réelle. »

La parlementaire Chu a souligné que «les Etats-Unis doivent continuer à faire ce qu’ils peuvent pour protéger les habitants du camp et combattre toute réinstallation forcée de ce camp. Nous ne pouvons pas laisser ces hommes et femmes courageux être chassés de chez eux et jetés dans les bras de leurs ennemis. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous battre pour leur liberté et la liberté du peuple iranien. Une des meilleures choses que nous pouvons faire est de retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes étrangères ».

« Il est très important de voir la situation de la radiation et la situation à Achraf comme intrinsèquement liées», a dit le Pr. Schneebaum, ajoutant : «Le Premier ministre Maliki a clairement indiqué qu’il trouve un soutien pour son attitude avec la population d’Achraf dans la classification ici à Washington de [l’OMPI] comme une organisation terroriste étrangère. Et je soupçonne que c’est précisément la même justification qu’avance l’ambassadeur Lawrence Butler, qui a été abondamment cité dans le New York Times de samedi, pour répéter pratiquement chaque cliché, chaque mensonge, chaque vieille histoire sur [l’OMPI] que nous avons tous entendus », a-t-il dit.

Le modérateur du panel, le sénateur Torricelli, a déclaré: « Je ne connais rien qui concerne plus le problème du discours légitime en politique publique américaine que la répétition de ces accusations creuses et les mensonges vides sur l’OMPI. Si vous avez quelque chose à dire sur la raison pour laquelle l’OMPI ne doit pas être radiée, s’il y a un point pour ne pas protéger la population du camp d’Achraf où elle se trouve, s’il y a un point contre l’OMPI touchant à l’intérêt des Etats-Unis, écoutons-le ».

« Céder aux exigences des mollahs de Téhéran ne mène à rien. Bien sûr, qu’ils veulent s’en prendre au camp [d’Achraf]. Bien sûr, qu’ils veulent en déplacer les gens. Bien sûr, qu’ils veulent dissoudre l’OMPI. Mais est-ce que quelqu’un croit que si vous leur donnez ça, si tout le monde à Achraf a été déplacé, si une autre centaine de personnes sont tuées, si l’organisation est dissoute, s’il n’y a plus d’opposition aux mollahs partout sur cette terre, est-ce que quelqu’un pense que ce sera la dernière exigence [du régime] de l’Iran ? »

SOURCE Communauté irano-américaine de Californie du Nord

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe