vendredi, décembre 2, 2022

Un cauchemar pour Téhéran

Taverny, 26 juin 2010 France 3, 19/20 national, 26 juin – A quelques km du siège du conseil national de la résistance iranienne. Un rassemblement annuel qui intervient un peu plus d’un an après les violences qui ont suivi la réélection contesté du président Mahmoud Ahmadinejad.

Taverny, 26 juin 2010 France 3, 19/20 national, 26 juin – A quelques km du siège du conseil national de la résistance iranienne. Un rassemblement annuel qui intervient un peu plus d’un an après les violences qui ont suivi la réélection contesté du président Mahmoud Ahmadinejad. 

Reportage de Luc Lagan Bouchet et- Olivier Palomino

Un cauchemar pour Téhéran. Ces milliers de personnes prouvent que la répression n’a pas entamé la détermination de la résistance iranienne. Leur leader Maryam Radjavi dépose une gerbe de fleur en hommage aux dizaines de milliers de Moudjahidine assassinés il y a trente ans par le régime de Khomeiny. Puis ce fut l’exil et la lutte. Encore et toujours.

Le Dr Saleh Radjavi, représentant en France du CNRI : Il faut que la Résistance iranienne soit reconnue officiellement et aidée politiquement par les pays européens. D’autant plus qu’aujourd’hui, tout ce que la résistance iranienne disait auparavant a été prouvé par le soulèvement du peuple iranien.

Un long combat contre le régime de Téhéran mais aussi contre les puissances occidentales. Les Moudjahidine du peuple d’Iran sont en effet sortis l’an dernier de la liste européenne des organisations terroristes. Désormais 3500 parlementaires d’Europe et d’Amérique du nord les soutiennent ainsi que de nombreuses personnalités et associations de défense des droits de l’homme.

josé maria Aznar, 26 juin 2010 TavernyJosé Maria Aznar, ancien premier ministre espagnol : je défends la liberté, je défends la démocratie et de la même façon que je souhaite la démocratie pour l’Espagne ou la liberté pour l’Espagne, je souhaite aussi la démocratie pour les peuples du monde.

Maryam Radjavi a une nouvelle fois demandé plus de fermeté contre le régime iranien et plus de soutien pour son organisation qui prône un changement démocratique venant des Iraniens eux-mêmes.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne : je suis sûre que aujourd’hui Khamenei est très inquiet, et il a peur, et Ahmadinejad aussi. Le peuple iranien et le soulèvement sont très contents de ce rassemblement.

Après trente ans de hauts et de bas, trente ans de lutte, les Moudjahidine d’Iran revent toujours de retourner dans leur pays. 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe