vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeMalgré un ton hostile pour un public à l'étranger, le discours de...

Malgré un ton hostile pour un public à l’étranger, le discours de Khamenei mardi a révélé un désarroi de l’intérieur

Malgré un ton hostile pour un public à l'étranger, le discours de Khamenei mardi a révélé un désarroi de l'intérieur
Ali Khamenei, le Guide Suprême du régime iranien, a rencontré des représentants de l’État le 12 avril 2022

Lors d’un discours avec les plus hauts responsables de l’auditoire, le Guide Suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a abordé plusieurs sujets, faisant l’éloge de l’administration d’Ebrahim Raïssi, dissimulant les difficultés économiques de la société et exprimant son soutien au terrorisme et à l’avancement du nucléaire.

Économie

L’Iran est actuellement aux prises avec des crises socio-économiques sans précédent. Selon les dernières statistiques disponibles, l’inflation de plus de 50 %, la croissance de la liquidité, la montée en flèche des prix, l’augmentation du taux de suicide, le chômage sans précédent, la fuite des cerveaux et la migration de masse font partie des nombreuses calamités auxquelles les Iraniens doivent faire face.

Néanmoins, Khamenei a préféré voir les choses différemment. Admettant à contrecœur et partiellement la misère, il a tenté de rejeter la faute sur les administrations précédentes et comme d’habitude, il a esquivé les responsabilités.

« Les responsables et les gestionnaires précédents et ceux qui sont venus plus tard, tous savent que les indicateurs (économiques actuels) ne sont pas souhaitables. Ils n’ont pas été adaptés au fil des ans, ce qui a conduit à la situation actuelle », a-t-il reconnu, ajoutant rapidement : « Maintenant, bien sûr, tout cela peut être corrigé. Tous ces problèmes économiques peuvent certainement être résolus, si Dieu le veut, et tout ira bien. »

Il a immédiatement ajouté : « Mais dans un pays, l’économie n’est pas l’indicateur exclusif du pouvoir, du progrès et du succès. Il existe d’autres indicateurs, qui doivent être mesurés également. »

« Sur différents fronts, nous avons atteint l’autosuffisance et nous avons réalisé l’innovation », a déclaré Khamenei. « A la télévision, il y a eu de nombreux cas où quatre ou cinq jeunes, par exemple, se sont réunis, ont produit quelque chose, ont créé quelque chose qui a beaucoup de valeur et dont la qualité est meilleure que celle des étrangers. Nous en sommes tous témoins. Ce sont les réussites d’une nation ; ce sont les progrès d’une nation. »

Parlant longuement de la manière dont son régime a réussi à résister aux sanctions internationales, à éviter la dette extérieure, à faire des progrès scientifiques, industriels et technologiques, Khamenei est allé jusqu’à affirmer que la gestion du pays « s’est déroulée sans heurts. »
Terrorisme

« Ces réalisations et d’autres facteurs tels que l’expansion de la profondeur stratégique et de l’influence spirituelle de l’Iran dans la région ont fait de la République islamique un modèle attrayant », s’est-il vanté, présentant sous un jour positif l’influence maléfique de Téhéran au Moyen-Orient.

Visant directement l’Arabie saoudite, Khamenei a déclaré : « En ce qui concerne le Yémen, j’ai un conseil à donner à ces messieurs saoudiens, qui est vraiment de bonne volonté et de bienveillance. « Pourquoi poursuivez-vous une guerre dont vous savez qu’il n’y a aucune possibilité de la gagner ?  »

Malgré les récents revers militaires des milices Houthites soutenues par Téhéran au Yémen, Khamenei a adopté un ton belliqueux, affirmant : « Avec les efforts du peuple yéménite, avec le courage dont font preuve ses dirigeants, avec cette initiative pratique qu’ils ont dans divers secteurs, il n’y a aucune possibilité de victoire (pour les Saoudiens). »

« Les responsables ne doivent absolument pas attendre que la question nucléaire soit résolue », a ajouté Khamenei. « Ne laissez pas votre travail être perturbé, que les négociations aboutissent à des résultats positifs ou partiellement positifs ou négatifs. »

Il a également exprimé délibérément son soutien à l’équipe de négociation, qui a été sous le feu des critiques récemment par certains médias nationaux et pressée par le Majlis (Parlement des mollas) de divulguer les termes du nouvel accord nucléaire.

« Il est normal de critiquer et d’évaluer leurs performances, à condition que ces opinions soient dénuées de méfiance et de pessimisme. Comme je l’ai souvent dit auparavant, ces opinions ne doivent pas affaiblir les personnes concernées ou faire perdre espoir au peuple », a déclaré Khamenei. « Jusqu’à présent, notre équipe de négociation a résisté aux demandes excessives de l’autre partie et, si Dieu le veut, (cette résistance) se poursuivra« , a ajouté Khamenei, tentant de calmer les critiques.

Moral

Bien que les médias occidentaux se soient concentrés uniquement sur les propos de Khamenei concernant les négociations nucléaires, la partie la plus importante de son discours a peut-être été prononcée au début. Après un long discours sur la piété et les bonnes habitudes, Khamenei a appelé ses fidèles à être patients et à s’abstenir de capituler.

« La mollesse est le contraire de l’arrogance, qui est une maladie aussi bien qu’elle est misérable. Que signifie la mollesse ? C’est un esprit faible, se sentir incapable, se sentir impuissant, que l’on ne peut plus accrocher. Le sentiment d’impasse en toute chose. La léthargie vous donne l’impression d’être face à une impasse et vous vous dites que rien ne peut plus être fait. C’est un poison dangereux. Pour un manager, il est toxique de se sentir bloqué. Et les ennemis s’efforcent d’instiller ce sentiment en chacun de nous sous diverses formes. En se réunissant, en parlant, en chantant, en faisant des interviews, par le biais des informations, par certaines activités opérationnelles… ils essaient de créer le désespoir, la passivité, l’impasse et autres choses du même genre chez leurs adversaires. C’est dommageable ».

Mettant en garde ses responsables de ne pas démontrer leur faiblesse, il a déclaré : « Compte tenu de l’expérience réussie que nous avons eue dans divers secteurs, si quelqu’un veut décevoir le peuple et instiller un sentiment d’impasse et veut briser le moral du peuple et affaiblir la volonté des responsables, c’est un acte contre le peuple, le pays et la révolution. »

Malgré un ton hostile pour un public à l'étranger, le discours de Khamenei mardi a révélé un désarroi de l'intérieur
L’ancien ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif assis à côté de Hossein Shariatmadari, le rédacteur en chef du journal Kayhan lors de la réunion avec le Guide Suprême du régime le 12 avril 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe