mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL’Occident a accordé l’impunité au futur agresseur du professeur Vidal-Quadras

L’Occident a accordé l’impunité au futur agresseur du professeur Vidal-Quadras

L’Occident a accordé l’impunité au futur agresseur du professeur Vidal-Quadras

« Alors que la belligérance du régime a englouti le Moyen-Orient, son terrorisme a mis en péril la sécurité des hommes politiques et des citoyens européens. Néanmoins, la balle qui a touché M. Vidal-Quadras au visage était une honte pour la politique d’apaisement envers Khamenei. »

Ce sont les mots prononcés par Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, lors d’une conférence du Parlement européen à Strasbourg le 22 novembre. Et elle a raison.

Alors que les experts espagnols chargés de l’application des lois et de la lutte contre le terrorisme recherchent avec diligence des preuves solides pour retrouver les auteurs de la tentative d’assassinat qui visait à éliminer l’un des milliers de politiciens européens qui militent ouvertement en faveur d’un changement de régime en Iran, un ensemble convaincant d’enquêtes substantielles, circonstancielles et des preuves analogiques pointent sans équivoque vers Téhéran.

La clarté des données statistiques, les modèles discernables, les tendances historiques des performances, les liens avec les organisations criminelles, le contexte politique dominant et les motivations discernables laissent peu de place à l’ambiguïté. Il n’est pas nécessaire d’être un détective pour comprendre la réalité flagrante de savoir qui a le plus à gagner d’un acte aussi odieux. Ceux qui tentent d’attribuer la tentative terroriste à des conflits politiques internes, un récit qui mine de manière imprudente la stabilité démocratique espagnole, servent en réalité les intérêts des auteurs de ces attentats à Téhéran.

L’enquête centrale va au-delà de l’identité de celui qui a appuyé sur la gâchette ; il s’agit plutôt de la genèse du motif. Une fois le lien crucial établi, transformant le récit d’un acte criminel en un récit politiquement motivé, la question se pose : ceux qui sont en position d’autorité sont-ils capables ou disposés à reconnaître ce changement de perspective ?

Alors que nous approchons du moment critique de la prise de décision, je crains que, sur la base de précédents historiques, la tentative d’assassinat du professeur Vidal-Quadras ne soit que le premier chapitre d’une saga déchirante de la campagne mondiale d’assassinats d’hommes d’État occidentaux menée par le régime iranien. Voici pourquoi :

Lorsqu’un criminel vous agresse, il est arrêté par la police. De même, dans un système juridique juste, si une bande de voyous commet un crime, toute la bande est poursuivie et dûment punie. Cependant, si les forces de l’ordre commencent à reconsidérer leur quête de justice en raison du réseau étendu, de la force ou de la simple brutalité du gang, en entretenant l’idée que le respect de la loi ne vaut peut-être pas les défis associés, nous courons le risque de dire adieu aux fondements mêmes de la justice et de la règle de droit.

Des preuves tangibles montrent que le régime iranien s’est livré à une série répréhensible d’enlèvements, de meurtres et de disparitions forcées de citoyens à travers le monde au cours des quatre dernières décennies. Utilisant sa propre version de la carotte et du bâton, la combinaison d’incitations économiques et de tactiques coercitives de Téhéran garantit la conformité des pays qui hébergent les auteurs du régime, leur permettant ainsi d’échapper à leurs responsabilités. Cette inaction internationale a fait comprendre au régime iranien qu’il n’y a aucun déficit dans le secteur du terrorisme.

Incident important qui a été largement rapporté depuis, le régime a utilisé en toute confiance un diplomate officiel pour tenter de poser une bombe et de tuer des centaines de dirigeants internationaux lors du Sommet mondial pour un Iran libre en France à Villepinte en 2018. Le professeur Vidal-Quadras faisait partie des personnes qui ont siégé à côté de Mme Radjavi, la cible principale de cette tentative d’attentat. Même si les forces de l’ordre et le système judiciaire européens ont fait leur travail, en arrêtant et en condamnant Assadollah Assadi à 20 ans de prison, il a été libéré par le gouvernement belge en 2023, confirmant que la politique de de complaisance fonctionne toujours parfaitement.

Les tactiques d’extorsion du régime s’étendent au-delà des cibles individuelles ; des États et des populations entières se retrouvent pris en otage. En armant, finançant, entraînant et commandant des milices à travers le Moyen-Orient, Téhéran a perturbé les processus politiques et étouffé le progrès socio-économique dans les sociétés voisines. Exploitant le plus grand réseau de stupéfiants géré par un État au monde, il empoisonne les communautés mondiales pour financer son programme malveillant.

Au mépris de nombreuses résolutions des Nations Unies, Téhéran poursuit avec persistance ses programmes de missiles balistiques et de drones, contribuant ainsi activement à la prolongation des conflits dans le monde. Violant les traités internationaux de l’Agence internationale de l’énergie atomique, le régime se vante de posséder des matières nucléaires de qualité militaire. Face à ces provocations, la communauté internationale hésite à prendre des mesures décisives, craignant une nouvelle escalade de la part de Téhéran, comme si le maintien de la situation actuelle était souhaitable.

Depuis le début des années 1980, la Résistance iranienne n’a cessé d’alerter le monde sur la nature dangereuse et l’agenda du régime iranien. Cependant, la communauté internationale a vu cette entité périlleuse grandir et étendre son influence sans contrôle, pénétrant profondément dans le tissu même de leurs sociétés. En échange de leurs efforts, le mouvement de résistance a non seulement reçu peu de crédit, mais a également été confronté à une répression brutale et multiforme de la part des puissances occidentales.

Si les événements du 7 octobre ne sont pas suffisamment convaincants pour relier les points et tirer des conclusions, si la tentative d’assassinat contre un éminent homme politique en plein jour à Madrid ne parvient pas à servir de signal d’alarme, alors le monde doit se préparer à encore plus d’événements, des conséquences désastreuses et de grande envergure à venir.