samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: traité belgo-iranienLes menaces croissantes de Téhéran exigent une politique ferme à l'égard du...

Les menaces croissantes de Téhéran exigent une politique ferme à l’égard du régime iranien

Les menaces croissantes de Téhéran exigent une politique ferme à l'égard du régime iranien

Par : Aladdin Touran

La communauté internationale est confrontée à une liste de plus en plus longue de crises impliquant le régime iranien. Dans le même temps, un mouvement d’opposition iranien organisé propose des recommandations claires sur la manière de résoudre ces crises, avec le soutien d’un éventail de militants politiquement et géographiquement diversifiés dans le monde entier. Les dirigeants occidentaux et les institutions multinationales peuvent choisir d’écouter attentivement ces recommandations ou de les ignorer comme ils l’ont généralement fait dans le passé. Mais s’ils choisissent cette dernière option, la situation avec l’Iran continuera sans aucun doute à s’aggraver.

Un haut conseiller du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a déclaré lundi que le régime avait déjà développé la capacité de produire facilement de l’uranium de qualité militaire sur le site nucléaire fortifié et récemment modernisé de Fordo.

Bien évidemment, ces menaces étaient déjà bien établies dans les semaines et les mois précédents, et pourtant, cela ne semble pas avoir empêché certaines entités occidentales de faire des gestes complaisants envers le régime des mollahs, apparemment dans l’espoir d’encourager une tendance à la modération qui n’a jamais réussi à émerger depuis plus de quatre décennies.

Le 30 juin, il a été révélé que le gouvernement belge avait discrètement signé un traité avec l’ambassadeur iranien auprès de l’Union européenne, qui promettait de permettre aux citoyens iraniens de purger leur peine de prison dans leur pays d’origine s’ils étaient condamnés pour un crime en Belgique. Le traité a été approuvé par le Parlement belge jeudi, et un échange de prisonniers est susceptible de suivre de près, impliquant un ancien diplomate iranien qui, en 2018, a été arrêté pour avoir dirigé un complot visant à exploser un rassemblement de l’opposition iranienne à Villepinte près de Paris.

À minuit le mercredi 29 juillet 2022, après que le Parlement belge a ratifié le projet de loi honteux qui encourage le terrorisme et la prise d’otages, plusieurs plaignants ont immédiatement déposé leur plainte urgente auprès du tribunal.

Parmi les plaignants figurent Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, Seyed Ahmed Ghazali, ancien Premier ministre algérien, Giulio Terzi, ancien ministre italien des Affaires étrangères, Ingrid Betancourt, ancienne sénatrice colombienne, Linda Chavez, présidente du Center for Equal Opportunity, Robert Torricelli, ancien sénateur du New Jersey, Tahar Boumedra, directeur de JVMI et ancien chef du bureau des Droits de l’Homme de la Mission d’assistance des Nations unies pour l’Irak (MANUI), Dr. Sanabargh Zahedi, président de la Commission des Affaires judiciaire du CNRI ; Mohammad Mohaddessin, président de la Commission des Affaires étrangères du CNRI ; Farzin Hashemi, et Javad Dabiran, de la Commission des Affaires étrangères du CNRI.

Par la suite, vendredi, la Cour d’appel de Bruxelles a interdit au gouvernement belge de transférer le diplomate terroriste du régime des mollahs, Assadollah Assadi, en Iran.

Un jour avant cette décision, jeudi, Mme Radjavi s’est exprimée dans les médias au sujet de l’action du Parlement belge et a exprimé sa conviction qu’elle « encourage la poursuite du terrorisme et des prises d’otages ». L’introduction et l’adoption du traité ont choqué certains en raison de son lien évident avec le cas d’Assadollah Assadi, qu’un tribunal belge a condamné à 20 ans de prison l’année dernière pour conspiration terroriste et meurtre. Bien que son complot ait été déjoué par les forces de l’ordre, des experts ont déclaré que les explosifs qu’il avait introduits clandestinement en Europe étaient suffisamment puissants pour faire d’un attentat réussi l’un des pires jamais commis sur le continent.

Le procès d’Assadi a non seulement confirmé sa propre culpabilité et celle de trois co-conspirateurs, mais a également établi que les ordres d’attentat contre le sommet 2018 du CNRI – un rassemblement d’environ 100 000 personnes, dont des dizaines de législateurs occidentaux – provenaient de certains des plus hauts responsables du régime théocratique. Certains de ces mêmes responsables n’ont pas tardé à protester contre l’arrestation d’Assadi, suggérant que parce qu’il servait en tant que troisième conseiller à l’ambassade d’Iran à Vienne à l’époque, il aurait dû être considéré comme immunisé contre les poursuites en tout lieu, pour tout crime.

Cet argument, ainsi que le complot terroriste sous-jacent, est révélateur du sentiment d’impunité qui guide tant d’actions de Téhéran et alimente les crises susmentionnées. Les propos de Mme Radjavi jeudi soulignent le rôle que la libération d’Assadi pourrait avoir dans le renforcement de cette impunité. En outre, ses divers militants continuent de s’adresser aux dirigeants occidentaux pour leur expliquer comment cette impunité est fondée sur des stratégies de longue date de conciliation et de complaisance.

Bien qu’ils aient exercé une pression limitée sur le régime des mollahs sur des questions spécifiques telles que ses ambitions nucléaires, les États-Unis et l’Europe se sont montrés très prudents à l’égard de toute mesure qui pourrait être considérée comme une invitation à la guerre ou une promotion du changement de régime. La réponse du CNRI à cette méfiance est que le monde occidental n’a pas besoin de susciter la guerre pour conduire l’Iran vers un changement de régime ; il lui suffit d’exprimer son soutien au mouvement pro-démocratique qui lutte déjà pour cette issue en Iran.

Ces mouvements n’ont jamais été aussi clairs que ces dernières années. L’Iran a connu au moins neuf soulèvements antigouvernementaux depuis la fin de 2017, tandis que la communauté des activistes a concentré une grande partie de son attention sur les effets intérieurs dévastateurs des politiques et pratiques mêmes que Téhéran utilise pour menacer ses adversaires étrangers. Les dépenses inutiles du régime en matière de prolifération nucléaire et de financement des groupes terroristes régionaux sont clairement une source d’indignation pour le peuple iranien, et ils partagent clairement avec le CNRI une compréhension que les dirigeants occidentaux ont en quelque sorte manquée : que ce projet et d’autres projets égocentriques persisteront inévitablement tant que les mollahs maintiendront leur emprise sur le pouvoir.

La communauté internationale aurait dû reconnaître depuis longtemps que le changement de régime est le seul moyen fiable de résoudre l’une des nombreuses crises émanant du régime iranien actuel. Et dans un contexte de soutien international croissant au mouvement organisé de la Résistance iranienne, la communauté internationale aurait également dû se rendre compte que le changement de régime est éminemment réalisable, ne nécessitant qu’une pression économique et politique sur Téhéran, ainsi qu’un soutien à l’alternative qui existe sous la forme du CNRI.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe