mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe service militaire dans le régime iranien et la dynamique du pouvoir

Le service militaire dans le régime iranien et la dynamique du pouvoir

Le service militaire dans le régime iranien et la dynamique du pouvoir

Des rapports récents des médias d’État iraniens ont mis en lumière des discussions sur la réduction de la période de service militaire. Le 29 janvier, l’agence de presse Mehr a cité Mohsen Dehnavi, membre du présidium du parlement, qui a évoqué un accord entre l’état-major général des forces armées et le président du parlement concernant le projet de loi du septième plan de développement. Selon Dehnavi, « la durée moyenne du service militaire, formation comprise, sera réduite à 14 mois » dans le cadre de cet accord.

Étant donné que la survie du régime iranien dépend fortement de ses forces militaires et de maintien de l’ordre, l’exactitude et les implications de cette évolution nécessitent un examen attentif, en particulier son calendrier qui coïncide avec la prochaine mascarade électorale du parlement et du Conseil d’experts.

En Iran, tous les hommes de plus de 18 ans sont légalement tenus de servir dans l’armée pendant 18 mois à deux ans, sous peine d’emprisonnement, d’amendes et de stigmatisation sociale pour évasion. Ce système, souvent considéré comme un service obligatoire pour le régime, affecte les individus à l’armée ou aux Gardiens de la révolution, les privant ainsi de choix. Même si des exemptions existent pour des raisons médicales ou des situations familiales particulières, les individus les plus riches pourraient racheter leur service, ce qui souligne l’application inégale de cette obligation forcée. Fuir le pays illégalement ou à l’intérieur du pays comporte d’autres risques, notamment l’emprisonnement potentiel, des restrictions de voyage et même, rarement, la peine de mort en temps de guerre. Ce système de service obligatoire reste une question controversée en Iran, suscitant des protestations et des discussions sur sa nécessité et son équité.

Le 7 octobre 2023, le député Mohsen Dehnavi, ancien chef du Basij à l’Université Sharif, a soulevé la question de la réduction de la durée du service militaire. Bien que ce sujet sensible ait déjà été soulevé au sein de l’establishment au pouvoir, il s’est heurté à une opposition significative de la part de factions influentes, notamment au sein du Majlis (parlement).

Cependant, il semble désormais que la faction alignée sur Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, ait annoncé sa décision de mettre de côté son opposition. Son objectif est de présenter un changement dans la politique du service militaire comme une réussite politique avant les élections.

Parmi les entités opposées à la modification de la loi sur le service militaire figuraient l’état-major général des forces armées et l’organisation de la conscription. Néanmoins, ces derniers jours, Mohsen Dehnavi a annoncé l’accord de Mohammad Bagher Ghalibaf, le président du Parlement, et de Mohammad Bagheri, le chef d’état-major des forces armées. Cependant, suite aux déclarations de Dehnavi, l’Organisation de conscription a exprimé son opposition au projet de loi proposé.

Dans sa déclaration publiée le 6 novembre 2023, l’organisation a désigné l’Organisation de service public des forces de l’ordre comme seule source officielle d’information sur cette affaire. De plus, il a implicitement qualifié Dehnavi d’« individus irresponsables » dans sa déclaration. Dans ce contexte, les soldats ont été invités à « participer à assurer la sécurité intérieure ».

Cette séquence a finalement conduit le Conseil des Gardiens à s’opposer au projet de loi. Suite à l’objection du Conseil des Gardiens, le projet de loi a été renvoyé au Parlement pour amendement. Cependant, avant que des amendements puissent être apportés, Dehnavi a de nouveau abordé la question.

Il a réitéré ses précédentes déclarations et affirmé qu’un accord avait été trouvé entre le Parlement et l’état-major pour réduire la durée du service militaire à 14 mois. De plus, il a affirmé que les soldats de plus de 35 ans ayant deux enfants seraient exemptés du service.

Néanmoins, la publication de la résolution par l’agence de presse du Parlement a mis en lumière les incohérences de Dehnavi, même au sein du Parlement. Par la suite, l’Organisation de la conscription a publié une deuxième déclaration s’opposant à la proposition du Parlement. Néanmoins, l’organisation a approuvé certaines réductions pour des catégories spécifiques de soldats.

Malgré cela, Dehnavi a exploité son réseau et a réitéré ses affirmations à la télévision publique. En outre, il a été noté que les parlementaires s’efforcent de faire approuver cette proposition par le Conseil des Gardiens avant le Nouvel An perse. Par la suite, le 28 janvier, la proposition a été réintroduite à l’ordre du jour du Parlement, cette fois sous le titre de la clause T, article 102 du septième plan de développement.

Il apparaît donc que la lutte politique autour de la période du service militaire est une stratégie machiavélique de manipulation des votes. En outre, ce processus valide les spéculations sur un individu qui, bien que nouveau venu dans le jeu de pouvoir du régime, peut améliorer son profil au sein de la hiérarchie corrompue et étendre son influence grâce à sa proximité avec le cercle de Khamenei et à ses relations solides.

Mohsen D. Ehnavi a été arrêté par les autorités en 2017 alors qu’il se rendait aux États-Unis pour étudier. Il a été renvoyé en Iran après 30 heures de détention en raison de son rôle de leader au sein du Basij étudiant de l’Université Sharif, affiliée au Corps des Gardiens de la révolution islamique, et de son appartenance au Conseil pour l’explication des positions du Basij dans la province de Téhéran. À son retour à Téhéran, Dehnavi a assumé le poste d’adjoint à la production, à la commercialisation et au développement des marchés au siège du développement de la biotechnologie, sous l’égide du bureau du vice-président pour la science et la technologie.