mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUne conférence parlementaire au Royaume-Uni aborde l’influence néfaste du régime iranien dans...

Une conférence parlementaire au Royaume-Uni aborde l’influence néfaste du régime iranien dans la région

Une conférence parlementaire au Royaume-Uni aborde l’influence néfaste du régime iranien dans la région

Mercredi 31 janvier, une conférence au Parlement britannique, à laquelle ont participé des représentants de la Chambre des communes et de la Chambre des Lords, ainsi que des membres des principaux partis politiques du Royaume-Uni, a discuté du rôle néfaste joué par le régime iranien dans la région et exploré des stratégies potentielles pour contrer son influence.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), est également intervenu en ligne lors de la conférence, proposant des idées et des perspectives aux représentants assemblés.

Tout au long de la conférence, des membres des deux chambres du Parlement britannique ont souligné la nécessité de demander des comptes au régime de Téhéran, citant son implication dans des activités bellicistes et l’exacerbation des crises régionales. Ils ont exprimé leur soutien à l’alternative démocratique proposée par le CNRI et ont approuvé le plan en dix points de Mme Radjavi pour l’Iran libre de demain.

Les intervenants à la conférence ont exhorté le gouvernement britannique à interdire le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) en tant qu’organisation terroriste, s’alignant ainsi sur les appels visant à lutter contre les actions déstabilisatrices du régime dans la région.

Maryam Radjavi a souligné l’influence destructrice du régime iranien au Moyen-Orient. Elle a souligné la responsabilité du régime dans les conflits régionaux et le terrorisme. Radjavi a exhorté les gouvernements occidentaux, y compris le Royaume-Uni, à adopter une politique ferme contre le régime et à soutenir la lutte du peuple iranien pour la démocratie. Elle a critiqué la politique de complaisance, soulignant la nécessité de désigner le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme organisation terroriste. Mme Radjavi a appelé à la reconnaissance internationale de la résistance du peuple iranien et a souligné l’importance de renverser le régime pour parvenir à la paix et à la stabilité dans la région. Elle a exhorté le monde à prendre des mesures décisives contre le régime pour empêcher une nouvelle escalade des conflits.

Elle a déclaré : « Alimenter les flammes de la guerre le 7 octobre ; Lancer des attaques de missiles sur le Pakistan et l’Irak et attaquer de nombreux navires dans la mer Rouge par l’intermédiaire de ses mandataires ; mener plus de 190 attaques contre les forces américaines en Irak et en Syrie ; et créer un couloir entre l’Iran, la Syrie et le Liban pour envoyer des armes au Hezbollah et aux groupes mandataires du régime, augmentant ainsi le risque de guerres plus destructrices. Malheureusement, les gouvernements occidentaux n’ont pas de stratégie claire pour faire face à ce problème urgent, car ils ont essentiellement suivi une politique de complaisance face au fascisme religieux en Iran depuis les années 1980.

« En effet, le pouvoir de renverser le régime appartient à la force préparée et forte du peuple iranien et de la Résistance iranienne. Ils ont prouvé leur force et leur détermination à travers des milliers d’opérations menées par les unités de la Résistance au cours de l’année écoulée. La jeune génération a commencé à se rebeller. De nombreux jeunes manifestants sont en prison, menacés d’exécution, et des milliers d’autres sont soumis à la torture.

« Malgré les appels répétés des législateurs britanniques et européens, les pays occidentaux et l’Union européenne ont décidé de ne pas inscrire le CGRI sur leur liste noire des terroristes. Ces concessions ont donné au régime et au CGRI davantage de confiance dans la poursuite de leur répression, de leur exécution, de leur terrorisme et de leur bellicisme. Si l’Occident avait adopté une position plus décisive, il aurait pu empêcher le régime de s’engager dans une guerre. Le seul fait de dénoncer le régime sans aucune mesure pratique et d’imposer des sanctions à quelques commandants ou responsables du CGRI ne suffira pas à arrêter ce régime. Aujourd’hui, les sceptiques et les pays ayant des intérêts importants ne peuvent ignorer que la tête du serpent du bellicisme et du terrorisme se trouve à Téhéran, sous la férule des mollahs. Une fois de plus, j’exhorte le monde à adopter une politique ferme contre le régime des mollahs en Iran, qui est essentielle à la paix dans la région et dans le monde.

Présentant la réunion, la députée Anna Firth a déclaré : « De son côté, malgré une atmosphère de répression absolue, le peuple iranien a défié le régime. Je rends hommage à la jeune génération d’hommes et de femmes iraniens organisés sous la forme d’unités de résistance qui ont développé qualitativement et quantitativement leur activités d’héritiers à l’échelle nationale.

« Parmi ces jeunes femmes courageuses que nous avons vues l’année dernière et l’année précédente, les activités se sont désormais intensifiées et elles visent notamment le CGRI et la milice Basij, les troupes de choc du régime à travers le pays, le renforcement de l’esprit de résistance et la démoralisation des forces des forces répressives. Je pense qu’ils méritent tout notre respect et je les félicite, chacun d’entre eux.

« Ces développements, pensons-nous, montrent clairement que le régime des mollahs, assiégé par cette multitude de crises sociales, politiques et physiques et confronté à une population de plus en plus rétive, craint l’éclatement d’un autre soulèvement qui, selon les responsables du régime, être bien plus féroce et bien plus vaste que le soulèvement de 2022.

« Je crois que le chemin vers la paix au Moyen-Orient commence par une position ferme et unie contre le régime iranien. Je crois que les gouvernements du monde entier doivent prendre des mesures décisives pour soutenir les luttes légitimes du peuple iranien qui défend la liberté et la démocratie que nous tenons pour acquises ici en Occident.

« Compte tenu de toutes les possibilités d’activités politiques pacifiques qui ont été fermées par la théocratie au pouvoir, les démocraties occidentales, y compris notre propre gouvernement, doivent continuer à se tenir aux côtés du peuple iranien. Nous devons continuer à les soutenir dans leur résistance avec tous les moyens disponibles. Nous devons continuer à être leur voix et à défendre une république démocratique laïque en Iran, maintenant et pour toujours.

Lord Alton a souligné l’urgence de reconnaître le mouvement de résistance du peuple iranien contre le régime. Il a condamné la fabrication de dossiers et de procédures judiciaires par le régime iranien contre plus de 100 membres et partisans de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) résidant à l’étranger. Il a souligné qu’il s’agissait de tactiques visant à justifier de nouvelles persécutions et des complots terroristes contre les dissidents, même s’étendant aux territoires européens.

Lord Alton a déclaré : « Nos meilleurs alliés et partenaires pour une stratégie efficace visant à contrer le rôle destructeur du régime au Moyen-Orient sont le peuple iranien et son mouvement de résistance organisé, dirigé par Madame Radjavi. Son plan en dix points, sa sorte de décalogue pour la région, sont des éléments cruciaux pour l’avenir de l’Iran. Ils fournissent une feuille de route vers un régime démocratique. Il offre une solution iranienne claire et durable aux menaces du régime, et non une solution conçue par les États-Unis, le Royaume-Uni ou l’Union européenne, conçue par le peuple iranien pour l’avenir de l’Iran.

Affirmant le droit du peuple iranien à se rebeller contre la répression et la tyrannie, Lord Alton a invoqué la Déclaration universelle des droits de l’homme, appelant la communauté internationale à reconnaître le droit du peuple iranien à la résistance. Il a établi des parallèles avec d’autres luttes mondiales pour la liberté, citant l’exemple de l’Ukraine.

Lord Alton a ajouté : « Le peuple iranien a le courage et la volonté de défier l’emprise absolue du régime sur le pouvoir. La jeunesse iranienne, filles et garçons, risque sa vie en se rebellant contre le régime. La résistance dispose d’un vaste réseau social à l’intérieur du pays grâce à sa résistance croissante. Ces unités tentent activement de briser le mur de la répression afin que le peuple iranien puisse prendre son destin en main. Dans cette situation, je pense que notre gouvernement doit également reconnaître le droit du peuple iranien et de ses unités de résistance à résister et à se défendre contre un régime brutal et son impitoyable Corps des Gardiens de la révolution iraniens.

« Il est clair que le régime a mobilisé l’ensemble de l’État, de la police au corps des pasdarans, en passant par les forces armées, le système judiciaire et le ministère des renseignements, pour mener une guerre contre le peuple iranien et le mouvement de résistance. Le régime a agi ainsi tout en bénéficiant de l’impunité tant dans son pays qu’à l’étranger au cours des quatre dernières décennies.

La baronne Eaton a déclaré : « Le régime iranien a été enhardi par la faiblesse de l’Occident, tandis que nos gouvernements ont continué à essayer, à chaque instant, d’apaiser les dirigeants dictatoriaux iraniens. Le régime a continué de redoubler d’efforts pour soutenir le terrorisme dans la région. Par l’intermédiaire du Corps des Gardiens de la révolution islamique, le régime apporte un soutien financier aux groupes terroristes, en leur fournissant des armes et en les entraînant au meurtre. Regardez à travers le Moyen-Orient et vous voyez les empreintes digitales du CGRI crime après crime.

« Même si certains n’ont pris conscience que récemment du rôle qu’il joue au sein du régime, le Conseil national de la Résistance iranienne, le CNRI et Maryam Radjavi nous disent depuis des années que si nous n’agissons pas contre le CGRI et les actions du régime au Moyen-Orient, À l’Est, les choses vont empirer. Aujourd’hui, la situation est bien pire que ce que beaucoup d’entre nous auraient pu imaginer.

« Alors, frappons à toutes les portes et exigeons que le CGRI soit répertorié comme une organisation terroriste, frappons à toutes les portes et disons le monde de l’inspiration de la coalition démocratique dirigée par Maryam Radjavi.

« Le leadership des femmes dans les unités de résistance en Iran et dans le soulèvement montre le pouvoir des femmes en Iran. Notre gouvernement devrait les soutenir et reconnaître le droit des femmes et des jeunes iraniens des unités de résistance à lutter contre ce brutal CGRI. Nous devons les soutenir. Nous l’avons fait lorsque nous avons soutenu la lutte des Ukrainiens contre Poutine et les agresseurs russes.

« Le plan en dix points de Maryam Radjavi est un engagement en faveur de l’égalité politique et sociale des sexes ainsi que de garanties juridiques pour les droits de tous les autres groupes marginalisés qui subissent une discrimination systématique dans le système actuel. Les femmes iraniennes méritent notre soutien pour combattre le CGRI, et je continuerai à soutenir leurs revendications pour une république démocratique. »

Le député Jim Shannon a souligné l’influence omniprésente du régime iranien dans divers conflits au Moyen-Orient, qualifiant l’Iran de « chaudron du mal » pour soutenir des groupes terroristes comme les Houthis au Yémen, le Hezbollah au Liban et le Hamas à Gaza. Shannon a souligné la nécessité urgente d’une politique ferme à l’égard du régime iranien, plaidant pour une voix unifiée et forte de la part du gouvernement.

Shannon a condamné le CGRI comme la principale source de mort et de dévastation dans la région, soulignant l’importance de leur élimination. Il a également évoqué les violations flagrantes des droits humains perpétrées par le régime iranien, notamment l’oppression systématique des femmes et l’exécution de prisonniers politiques sans procédure légale régulière.

Le député Shannon a déclaré : « Je salue sincèrement l’incroyable courage de ces jeunes hommes et femmes, en particulier des unités de résistance de l’OMPI, qui tentent de faire tomber le mur de la répression. C’est aussi pourquoi j’apporte mon soutien à Maryam Radjavi et au Conseil national de la Résistance iranienne. Je les ai toujours soutenus. Je continuerai à les soutenir. Je continuerai à les soutenir s’ils ont cette liberté, la liberté que nous avons. Leur engagement est infini car ils considèrent que leur vie n’est pas plus importante que celle des jeunes hommes et femmes d’Iran, et ils consacrent chaque heure de leur vie à apporter la liberté et la démocratie en Iran.

« Exigons que le CGRI soit immédiatement répertorié comme organisation terroriste et exigeons que le droit du peuple iranien à combattre le CGRI soit reconnu comme il se doit. Les atrocités auxquelles nous assistons aujourd’hui dans cette région doivent cesser.

La députée Teresa Villiers a déclaré : « Comme beaucoup d’autres ici, j’aimerais voir ce régime de sanctions complété par les prescriptions du CGRI. Et j’espère qu’un jour cela arrivera ici. Et nous nous réunissons dans des moments si troublés, si instables, si incertains. Et au cœur de tout cela se trouve le régime des mollahs à Téhéran. »

Elle a condamné les violations des droits de l’homme en Iran, citant le nombre alarmant de morts dues à la peine capitale et le sort des enfants soumis à l’exploitation et au mariage forcé. Le député Villiers a salué le courage des manifestants iraniens réclamant la démocratie et la justice, soulignant le récent élan de résistance suite aux événements tragiques autour de Marsa Amini.

Soulignant la récente expansion des sanctions du Royaume-Uni contre des individus et des organisations en Iran, elle a souligné le rôle du CGRI dans la fomentation de l’instabilité et du terrorisme à travers le Moyen-Orient, appelant à une action décisive contre son influence malveillante.

Le député Villiers a également appelé à une reconnaissance mondiale de la quête du peuple iranien pour une république démocratique et laïque respectueuse des droits de l’homme et des libertés. Elle a souligné le potentiel de l’Iran à influencer positivement la région avec son riche patrimoine culturel et sa population instruite, soulignant la tragédie de sa privation actuelle sous le régime oppressif.

Le député Martyn Day a souligné l’importance primordiale de soutenir l’alternative démocratique représentée par le mouvement de Madame Radjavi. M. Day a déclaré : « Je pense que nous devons envoyer haut et fort au monde le message qu’il existe une alternative démocratique et que le monde entier serait plus en sécurité si nous avions une république démocratique et laïque en Iran. Et je souhaite plein succès aux unités de résistance qui opèrent dans le pays. Je n’ai que de l’admiration pour le courage altruiste dont ils font preuve. C’est au-delà de l’inspiration. Je n’ai pas de mot pour décrire cela, qu’ils risquent absolument tout pour des libertés que nous tenons pour acquises.

Appelant à la prescription du CGRI, le député Day a exprimé sa perplexité face au retard du Royaume-Uni à franchir cette étape cruciale, soulignant le consensus universel parmi les politiciens sur sa nécessité. Il a ajouté : « Je pense aussi qu’il nous est impossible de négocier avec le régime iranien actuel.

Je pense qu’il s’est révélé être un État tellement terroriste et qu’il représente un tel risque pour notre sécurité que nous devrions rompre nos liens diplomatiques avec eux. En effet, nous devrions vous reconnaître et vous amener dans ce pays en tant que représentant et envoyer un signal au peuple iranien qu’une autre voie est possible et que le monde vous regarde.

La baronne Verma a déclaré : « Le CGRI, nous en avons parlé à maintes reprises pour être prescrit, nous devons faire en sorte que cette action soit menée. Ce qui nous manque à tous, c’est la continuité du message.

« Madame Radjavi, vous savez que vous aurez toujours le soutien des parlementaires ici au Royaume-Uni. Vous savez que vous bénéficiez d’un grand soutien en Europe, mais il est peut-être temps maintenant d’engager réellement ces discussions dans une zone beaucoup plus large du monde, afin que tout le monde reconnaisse que s’il n’est pas contrôlé, l’Iran, à travers ses groupes qui opèrent à travers le monde, le globe, deviendra de plus en plus dangereux.

Le baron Bellingham a souligné la nécessité urgente de proscrire le CGRI en tant qu’organisation terroriste, soulignant son rôle néfaste dans le parrainage de groupes mandataires et la perpétuation du mal. Il a critiqué les politiques passées d’endiguement et d’engagement avec l’Iran, plaidant en faveur d’une nouvelle stratégie axée sur la lutte contre les activités terroristes et l’engagement auprès du peuple iranien, en particulier de la jeunesse, de la société civile et de l’opposition.

Réfléchissant aux engagements passés avec les responsables iraniens, Bellingham a souligné l’importance d’accueillir et de dialoguer avec Madame Radjavi et son plan en dix points visant à remodeler la politique du Royaume-Uni à l’égard de l’Iran. Il a souligné l’importance primordiale de donner la priorité au peuple iranien dans les décisions politiques et a exprimé son admiration pour les efforts de Radjavi.

Dans son discours, la députée Rachael Maskell a abordé la question urgente des droits de la personne en Iran. Elle a fait écho aux sentiments partagés par ses collègues, soulignant la nécessité impérative pour le Parlement de prendre position pour défendre la cause en Iran. Elle a souligné l’urgence d’interdire le CGRI et a suggéré un nouveau débat, notamment avec la récente nomination du ministre des Affaires étrangères à la Chambre des Lords.

Le député Maskell a souligné l’importance de la coordination internationale, citant les événements récents soulignant l’importance de la communauté mondiale. Elle a exprimé sa détermination à apporter des solutions et a mis en avant le plan en dix points du CNRI, plaidant pour la justice pour le peuple iranien. En outre, elle a salué la résilience des femmes iraniennes, les appelant à poursuivre leur plaidoyer en faveur de la justice et des droits humains, de manière à la fois pacifique et juste.

Réfléchissant à la nécessité urgente d’une action internationale contre les violations flagrantes des droits de l’homme et les activités déstabilisatrices du régime iranien au Moyen-Orient, Lord Hacking a souligné la nécessité urgente de s’attaquer aux atrocités perpétrées par le régime iranien.

Il s’est dit préoccupé par la lenteur de la réponse internationale et par les violations persistantes du régime, notamment le taux alarmant d’exécutions et d’arrestations de jeunes innocents. Il a également appelé à la solidarité avec le peuple iranien et s’est demandé quelles mesures pratiques pourraient être prises pour le soutenir efficacement.

Lord Whitty a exprimé son profond respect pour la lutte de longue date du CNRI pour restaurer la démocratie et les droits humains en Iran. Il a souligné que la portée excessive du régime constituait un tournant potentiel dans la politique des puissances occidentales à l’égard de l’Iran. Il a également affirmé que le programme d’endiguement et d’engagement a échoué, soulignant la menace que représente Téhéran non seulement pour ses citoyens mais aussi pour la paix mondiale.

Lord Whitty a appelé à des changements substantiels dans la politique du gouvernement britannique, notamment l’interdiction du CGRI et des sanctions contre les dirigeants du régime iranien. Il a plaidé en faveur de mesures plus larges telles que des sanctions sur le commerce iranien, y compris une interdiction des ventes de pétrole iranien, compte tenu des activités déstabilisatrices du régime au Moyen-Orient.