mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe régime iranien derrière l'attaque contre Salman Rushdie

Le régime iranien derrière l’attaque contre Salman Rushdie

Le régime iranien derrière l'attaque contre Salman Rushdie

Jeudi, le romancier britannique Salman Rushdie a été poignardé à plusieurs reprises, mettant en scène des extrémistes islamistes soutenant le régime iranien. La police a annoncé l’identité de l’agresseur, mais les détails n’ont pas encore été dévoilés. Peu importe qui est l’agresseur et qu’il ait agi seul ou que cette attaque ait été organisée, l’instigateur et le véritable responsable de cette attaque répréhensible est le régime iranien et son Guide suprême. L’attaquant de New York vient de mettre en œuvre le décret du Guide suprême des mollahs et a été encouragé par l’offre du régime d’une récompense sur terre et d’une place au «paradis».

Le décret en question pour tuer Rushdie a été publié en février 1989 par le Guide suprême de l’époque, Rouhollah Khomeini. Ali Khamenei, l’actuel Guide suprême, et d’autres dirigeants du régime avaient toujours juré de mettre en œuvre cette fatwa anti-islamique au cours des 34 dernières années et avaient fixé des millions de dollars de récompense pour cet acte terroriste.

Le 14 février 1993, Khamenei a déclaré : « L’imam (Khomeiny) a tiré une flèche vers cet homme qui est un menteur et un calomniateur. Sa flèche a quitté l’arc et le ciblage est précis. Tôt ou tard, cette flèche atteindra sa cible. En effet, sa condamnation (à mort) doit être exécutée, et elle le sera. »

Selon l’agence de presse officielle Mizan, en réponse à une question du 22 octobre 2015, demandant : « La fatwa d’apostasie pour Salman Rushdie, un apostat et un menteur, est-elle valide ou non ? Quel est le devoir des musulmans dans ce cas ? Khamenei a répondu: « La décision est la même que celle de l’imam Khomeiny, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix. »

Hassan Sanei, représentant de Khamenei et chef de la Fondation 15 Khordad, a fixé une récompense de 3,3 millions de dollars pour « l’exécution de Salman Rushdie ».

La fatwa en question a été l’un des signes les plus nets de l’État parrain du terrorisme qu’est le régime iranien, et ce dernier n’a pas hésité à inciter à l’acte terroriste dans ses médias officiels. Un coup d’œil aux médias d’État un jour après l’attaque en dit long.

Photo : Une banderole de la prière du vendredi à Téhéran : le verdict de l’exécution de Salman Rushdie doit être mis en œuvre, et il le sera.

Dans un article daté du 12 août 2022, l’agence de presse officielle Fars a écrit : « Le mardi 15 février, une fatwa a été émise par l’imam Khomeiny à propos de l’apostasie de Salman Rushdie et de la nécessité de son élimination… L’ayatollah Khamenei, le président de l’époque, lors d’une interview à la radio saluant la fatwa de l’imam, … a déclaré : C’est une décision que chaque juriste islamique devrait rendre la même décision s’il veut agir conformément aux décisions islamiques. Cette fatwa est définitive. C’est-à-dire que la personne qui commet une telle faute est certainement condamnée à mort, et il est obligatoire de l’éliminer du monde… La Fondation 15 Khordad a également annoncé qu’elle avait fixé un million de dollars en récompense de l’assassinat de Salman Rushdie. Des années plus tard, Hassan Sanei, le chef de la fondation, a déclaré que j’avais directement offert la récompense pour le meurtre de Salman Rushdie à l’imam, et l’imam a prié. »

Dans un communiqué, la Résistance iranienne a fermement condamné l’attaque et a estimé qu’il « a eu lieu à l’instigation de la fatwa de Khomeiny ».

« La tentative de meurtre contre Salman Rushdie avec la fatwa Khomeiny/Khamenei est la brutalité manifeste du régime des mollahs anti-islamiques. Rafsandjani, Khatami et Rohani ont approuvé la fatwa. Leurs responsables, comme Mohajerani, encouragent la violence/le terrorisme en faisant la promotion du régime des mollahs au pouvoir, le régime iranien doit être banni du banc des Nations Unies, et ses agents doivent être jugés et expulsés. (tweete de Mohammad Mohadessine, président de la commission des Affaires étrangères du CNRI).

Au cours des 34 dernières années, la résistance iranienne a appelé à plusieurs reprises à une action internationale contre cette fatwa et le terrorisme du régime iranien.

En janvier 2015, lors d’une conférence au Conseil de l’Europe, Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, a déclaré : « Le massacre de journalistes à leur bureau, le tir sur des civils sans défense, l’exécution de blessés, la prise d’otages, la terreur contre les citoyens ordinaires et la justification de la commission de crimes contre l’humanité sous la bannière de l’islam ont tous blessé la conscience du monde. L’esprit de l’Islam rejette ces actions avec la plus grande répugnance. Ce type de terrorisme et de barbarie a été lancé pour la première fois il y a plusieurs années par la fatwa de Khomeiny visant à tuer l’écrivain Salman Rushdi, ainsi que les éditeurs et traducteurs de son livre. »

Le 17 février 1989, après que Khomeini ait émis la fatwa, Massoud Radjavi, chef de la Résistance iranienne, a déclaré dans un communiqué : « La fatwa de Khomeiny (pour le meurtre de Salman Rushdie) est une exportation du terrorisme au niveau international. Khomeiny lui-même est le plus grand ennemi de l’Islam de l’histoire contemporaine. Khomeiny est le pire ennemi de l’Islam, du Coran et du Prophète. Khomeiny mérite d’être puni plus que tout autre criminel dans ce monde pour ses actions scélérates et anti-islamiques. Lorsque Khomeini prononce la peine de mort contre des ressortissants d’autres pays, on peut clairement comprendre ce qu’il a fait au peuple et aux enfants d’Iran dans ses prisons en Iran. Aujourd’hui, il est clair pour tout le monde que les attentes de modération ou de transformation de ce régime sont fausses et naïves. »

L’attaque contre Salman Rushdie et d’autres actes terroristes du régime iranien, comme le complot visant à assassiner l’ambassadeur John Bolton, indiquent que la politique occidentale et américaine de complaisance et de négociation avec ce régime parrain du terrorisme a échoué. Le régime est faible et fragile face aux soulèvements intérieurs et il agit avec plus de violence à l’échelle internationale pour remonter le moral de ses forces avec des actes terroristes.

En raison de la politique de complaisance, les mollahs sont convaincus que ces actes n’auront pas de conséquences graves pour eux. Pendant trop longtemps, l’Occident a fermé les yeux sur la violation des droits de l’homme par le régime dans le pays et sur son terrorisme à l’étranger.

L’Occident doit comprendre que le régime fasciste religieux en Iran ne reculera jamais face au compromis, à la soumission et aux concessions ; cela ne fera que l’enhardir, comme il l’a fait au cours des quatre dernières décennies. Ce régime ne comprend que le langage de la fermeté. Par conséquent, si l’Europe et les États-Unis veulent que le régime iranien entende leur message, ils doivent adopter une politique de grande fermeté face aux mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe