mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Le mépris par Téhéran de l’avertissement préalable des États-Unis concernant...

Iran : Le mépris par Téhéran de l’avertissement préalable des États-Unis concernant l’attentat de Kerman

Iran : Le mépris par Téhéran de l’avertissement préalable des États-Unis concernant l’attentat de Kerman

Les responsables iraniens minimisent un rapport du Wall Street Journal, citant un responsable américain anonyme affirmant que le gouvernement américain avait averti le régime iranien d’une éventuelle attaque de l’Etat islamique à Kerman une semaine avant une attaque qui aurait tué des dizaines de personnes.

Le 26 janvier, l’agence de presse officielle du régime iranien, IRNA, a déclaré : « Des sources bien informées ont rejeté les affirmations du Wall Street Journal concernant l’attaque terroriste de Kerman. De plus, un responsable de la sécurité a répondu au rapport du Wall Street Journal en affirmant : Si un message de sécurité a été échangé par les États-Unis, il visait à protéger Washington des mesures de représailles de l’Iran, en particulier à la suite de la récente guerre d’Israël à Gaza. »

Le 3 janvier, deux bombes ont explosé près de la tombe de Qasem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), lors d’un rassemblement dans sa ville natale de Kerman, commémorant l’anniversaire de sa mort. L’attaque a fait des dizaines de morts et de blessés parmi les citoyens iraniens. À la suite de l’incident, le régime iranien a rapidement blâmé Israël et les États-Unis, tandis que l’Etat islamique a assumé la responsabilité de l’attaque après près de 20 heures. Les États-Unis ont officiellement confirmé que leur évaluation des renseignements indiquait également que l’Etat islamique était à l’origine de l’attaque.

Immédiatement après les attentats à la bombe, les Iraniens se sont tournés vers les réseaux sociaux, exprimant leur scepticisme à l’égard des affirmations de Téhéran et pointant du doigt l’implication du régime. Certains ont fait valoir que le régime iranien, en tant que partie responsable de la sécurité des participants, portait la responsabilité principale de la tragédie.

Un autre point de discorde était l’absence de hauts responsables iraniens, de commandants militaires ou même de membres de la famille de Soleimani au rassemblement de Kerman. Au lieu de cela, ils ont participé à des cérémonies organisées par l’État à Téhéran ou en Irak sur la tombe d’Abou-Mahdi al-Muhandis, un important commandant terroriste tué avec Soleimani lors de la frappe de drone américain en 2020. De nombreux Iraniens ont interprété cette absence comme une preuve de la connaissance préalable du régime des attaques planifiées.

Une interview vidéo avec un directeur de l’hôpital de Kerman, qui a déclaré que l’hôpital avait été placé en état d’alerte à l’avance pour un tel incident, a attiré l’attention des médias sociaux. Les accusations croissantes contre le régime les ont incités à fabriquer divers récits pour tenter de détourner les critiques. La fille de Soleimani a notamment affirmé avoir fait un rêve dans lequel son père la mettait en garde de ne pas assister à la cérémonie.

Lorsqu’on lui a demandé si la divulgation américaine était une tentative de favoriser l’engagement diplomatique avec Téhéran ou d’indiquer une coopération en matière de renseignement entre les deux pays, Vedant Patel, porte-parole adjoint principal du Département d’État américain, a catégoriquement nié une telle relation.

Compte tenu de la réputation notoire du régime en tant qu’État soutenant le terrorisme, du fait que ses hauts responsables sont des experts en tactiques militaires et que son ministre de l’Intérieur, Ahmad Vahidi, figure sur la liste des personnes recherchées par Interpol, la décision de procéder au rassemblement de Kerman malgré l’avertissement des services de renseignement est hautement discutable. Cela reflète le mépris du régime pour la vie humaine, même pour celles qu’il exploite comme ses partisans.

En 1994, à la suite de l’explosion d’une bombe dans le sanctuaire de l’Imam Reza à Mashhad qui a coûté la vie à des dizaines de citoyens iraniens, Téhéran a immédiatement blâmé l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Cependant, des années plus tard, des anciens responsables de la sécurité ont révélé que le ministère iranien du Renseignement était en réalité à l’origine de l’explosion afin de discréditer l’OMPI.

En outre, quelques jours seulement avant l’incident de Kerman, Gholamreza Qasemian, chef du Centre de documentation parlementaire, a déclaré que l’abattage du vol PS752 d’Ukraine International Airlines par le système de défense aérienne du CGRI en 2020 était une opération sous fausse bannière. Il a déclaré que le régime, cherchant à convaincre son public national du sérieux de ses représailles contre la base américaine d’Ain al-Assad en Irak, avait délibérément abattu l’avion ukrainien pour choquer le monde.