vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeTalibans, drogue, otages... et Iran au menu de la rencontre Bush-Karzaï

Talibans, drogue, otages… et Iran au menu de la rencontre Bush-Karzaï

Par P. PARAMESWARAN

Agence France Presse – Le président afghan Hamid Karzaï, confronté à l’épineuse crise des otages sud-coréens et à l’opposition des talibans, est arrivé dimanche à Camp David pour des entretiens avec le président George W. Bush centrés sur la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue.

Près de six ans après l’intervention américaine, les discussions devraient aborder la sécurité alors que les talibans contrôlent toujours une bonne partie du pays et que la production d’opium risque de battre un nouveau record en 2007.

Mais à la suite des déclarations de M. Karzaï à la chaîne de télévision américaine CNN dans un entretien diffusé dimanche, l’Iran pourrait aussi être l’un des sujets abordés par les deux hommes.

"Jusqu’à présent, l’Iran a été une aide et une solution", a déclaré le président afghan.
"Nous avons des relations très très bonnes, très très étroites" avec l’Iran, qui "a été un soutien pour l’Afghanistan, dans notre processus de paix et dans la lutte contre le terrorisme et contre le trafic de drogue", a insisté M. Karzaï.

Ces déclarations divergent fortement de la ligne affichée par le gouvernement américain, qui accuse l’Iran de financer le terrorisme, d’armer les insurgés en Irak et en Afghanistan, et de chercher à fabriquer la bombe atomique.

"L’Iran joue sur les deux tableaux dans les rues d’Afghanistan. Je pense qu’ils agissent pour aider le gouvernement afghan. Je pense qu’ils agissent pour aider les talibans, y compris en fournissant des armes", a ainsi déclaré sur CNN le ministre américain de la Défense, Robert Gates.

Le président afghan souhaite aussi aborder la question des victimes civiles de la guerre dans son pays, où les forces de la coalition, parmi lesquelles 27.000 Américains, s’appuient beaucoup sur des frappes aériennes.

Depuis le début de l’année, plus de 600 civils ont été tués dans les violences, dont environ la moitié ont été victimes de "dommages collatéraux" des forces internationales, des drames qui rendent les forces occidentales de plus en plus impopulaires et érodent la crédibilité de M. Karzaï.

Les deux présidents consacreront aussi une part importante de leurs discussions à la crise des otages sud-coréens. Séoul a appelé les Etats-Unis à intervenir, et un responsable de l’ambassade sud-coréenne à Kaboul a espéré dimanche que la rencontre donne "quelque chose de positif".

Les talibans retiennent en otage 21 travailleurs humanitaires sud-coréens, membres d’une église évangélique, enlevés le 19 juillet. Ils ont déjà tué deux autres membres du groupe et exigent la libération de prisonniers afghans en échange de celle des otages.

Mais Kaboul, très critiqué par Washington pour avoir accepté un tel échange de prisonniers en mars dernier, refuse désormais "par principe" de céder aux demandes des preneurs d’otages.

"Nous allons tout essayer pour qu’ils soient libérés en toute sécurité", a déclaré M. Karzaï à CNN, tout en précisant que son gouvernement refuserait toute concession susceptible d’encourager d’autres prises d’otages à l’avenir.

Sur le front de la drogue, une nouvelle production record est attendue cette année dans les régions du sud de l’Afghanistan, contrôlées par les talibans qui financent une partie de leur activité avec ce trafic.

L’an passé, Hamid Karzaï avait rejeté un projet américain qui prévoyait de répandre des herbicides sur les champs de pavot, une mesure néfaste pour le bétail, les autres cultures et l’eau potable.

MM. Bush et Karzaï doivent donner lundi une conférence de presse conjointe.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe