vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran-Etats-Unis : une histoire de femme battue

Iran-Etats-Unis : une histoire de femme battue

 * Par le Prof. Kazem Kazerounian

Global Politician – La dynamique des relations entre les Etats-Unis et les mollahs en Iran ressemble à celle d’une femme battue et d’un mari violent. La violence domestique est une forme d’intimidation, un moyen plus facile que d’autres méthodes. Il y a diverses raisons pour lesquelles les épouses restent dans des mariages violents. Des femmes restent parce qu’elle craignent la réaction de la société, d’autres espèrent que leurs maris changeront, d’autres restent par crainte de la réaction violente du mari, d’autres restent à cause du peu d’estime qu’elles ont d’elles-mêmes et d’autres restent parce qu’elles ne peuvent pas trouver de porte de sortie. Les Etats-Unis doivent trouver une porte de sortie à ce cycle déshonorant.

Depuis  la Révolution de 1979, le dossier terroriste de l’Iran contre les Etats-Unis comprend : la prise de 52 otages américains à Téhéran pendant 444 jours, des attaques contre l’ambassade américaine et la garnison des Marines à Beyrouth en 1983 faisant 63 morts dont dix-sept militaires américains; un deuxième attentat à la bombe contre l’ambassade américaine à Beyrouth en 1984 tuant 24 personnes, dont deux militaires ; l’attentat au camion piégé contre les Tours Khobar en juin 1996 à Dahran, en Arabie Saoudite tuant 19 militaires américains et en blessant plus de 500 d’autres, dont 240 Américains;

En Irak, les activités terroristes de Téhéran visent à intimider et humilier les Etats-Unis et leurs infliger des pertes humaines. Les activités des mollahs en Irak comprennent : la contrebande d’armes et d’explosifs pour les mettre entre les mains d’un pot-pourri de groupes terroristes afin de créer un environnement de peur pour les Irakiens et une situation impossible pour les forces de coalition; le renforcement et l’utilisation de passé religieux vieux de plusieurs siècles pour influencer l’opinion publique et le paysage politique; des dessous-de-table à des centaines de politiciens corrompus pour être la voix de l’Iran dans le gouvernement nouvellement installé; des activités terroristes ciblées pour créer des tensions ethniques et religieuses ; l’achat massif de logements et de commerces pour y installer des agents locaux ; l’injection de drogues en Irak et la promotion de la prostitution organisée dans le but de créer une corruption contrôlable et des réseaux semblables à la mafia; des exécutions ciblées ou massives pour stopper toute résistance à l’infiltration de l’Iran en Irak; l’incendie de villes pour forcer les migrations stratégiques de la population irakienne ; la destruction de lieux saints pour stimuler les confrontations religieuses; faciliter les déplacements et l’approvisionnement d’Al-Qaida par l’Iran; des attaques directes ou sur commande contre les forces de la coalition pour les user; forcer les Irakiennes à porter le voile.

Néanmoins, la réaction des Etats-Unis ces vingt dernières années n’a été que celle d’une femme battue dans une relation violente qu’elle ne peut rompre. Les Etats-Unis sont passés par l’escalier de service et la porte d’entrée pour négocier avec les mollahs à maintes reprises. Quand les mollahs ont demandé à l’occident d’entraver leur opposition, les Etats-Unis et l’Europe a répondu par l’affirmative en plaçant le principal groupe d’opposition (OMPI et CNRI) dans la liste du terrorisme pendant les dix dernières années. Cette étiquette a lié les mains des ennemis des ayatollahs et soulagé l’inquiétude du régime. Néanmoins le comportement de Téhéran n’a pas changé. Ces derniers mois, connaissant bien les intentions de mollahs en Irak, les EU sont allés à la table de négociations par deux fois. À ces réunions les représentants des Etats-Unis se sont plaints du comportement des mollahs tandis que les agents des mollahs ont déversé leurs insultes habituelles.

Une poignée de soi-disant experts à Washington a joué le rôle de conseillers de famille de la femme battue demandant aux EU de rester dans ce rapport violent. Un tel conseil mènera à une situation désastreuse dans laquelle la guerre entre les Etats-Unis et l’Iran sera inévitable et coûtera la vie à d’innombrables jeunes, hommes et femmes, iraniens et américains.

Il est temps d’agir de manière honorable, juste et sage. Les Etats-Unis doivent abandonner l’espoir que les mollahs barbares apprennent un jour à se comporter de manière civilisée. La seule solution pour les Iraniens, pour la région et pour le monde est un changement de régime en Iran. Plus important encore, c’est que le facteur de changement ne peut pas être un pouvoir étranger ou une guerre étrangère. Le régime iranien doit être changé par les Iraniens et leur résistance légitime, le Conseil national de la Résistance iranienne, les Moudjahidine du peuple d’Iran et tout autre groupe d’opposition n’ayant pas trempé dans les crimes du chah et des mollahs et qui luttent pour un Iran laïc, libre et démocratique.
 
* Le Prof Kazem Kazerounian enseigne à l’Université du Connecticut.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe