vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireStopper le projet d’armes nucléaires par Rohani: mythe ou réalité ?

Stopper le projet d’armes nucléaires par Rohani: mythe ou réalité ?

Sur la tribune de François Nicoullaud dans le Herald Tribune

CNRI – Les spécialistes de l’Iran regrettent le mythe répendu par un diplomate français à la retraite, proche des millieux du régime, qui fait valoir la capacité de Hassan Rohani de suspendre le programme d’armement nucléaire. Personne n’a pu le faire jusqu’à présent et moins le pourra Hassan Rohani. Les Gardiens de la révolution iranienne, résponsable du programme d’armement nucléaire sont mû par une logique de « bast » que rien ne peut arrêter pour garantir la survie de la République islamique. Le bast c’est la théorie de « l’expansion » de l’idéal islamiste véhiculée par les idéologues du régime depuis 1979,  sur la base de laquelle la république islamique doit renforcer au-delà des frontière la puissance islamiste et tisser une toile d’une internationale islamiste. La bombe est pour les mollahs la garantie de la pérénité du système et un gage de protection.

François Nicoullaud écrit dans une tribune internationale que le mérite du nouveau président iranien va audelà du simple suspention de l’enrichissement d’uranium : il aurait réussi à obtenir l’accord du Guide suprême Ali Khamenei pour arrêter la « partie cachée » du programme. « L’enrichissement, c’était la partie visible mais il y avait une partie cachée, clandestine, la fabrication d’un engin nucléaire –une fois qu’on a produit l’uranium enrichi, comment on le met sur une tête de missile et comment on l’expédie à des +amis+ de la région–, et c’est ce programme que Rohani a arrêté », a expliqué l’ex-diplomate à l’AFP. Ce dernier développe son histoire selon laquelle Rohani a pu s’entendre en 2003 avec la troïka européenne pour suspendre le programme nucléaire iranien, ensuite il va arracher l’accord du Guide suprême. Mais c’était sans compter la récalcitrance des gardiens de la révolution. Jusqu’à ce qu’un intermédiare de Rohani intervient auprès de François Nicoullaud pour lui demander conseil, grâce auquel Rohani a pu réussir son coup.
 
L’utilité de cette histoire c’est d’abord de conforter les tenants de la politique de complaisance et de marchandage avec le régime iranien. Ensuite elle rappelle l’éfficace contribution de monsieur l’ambassadeur qui ne cache pas sa nostalgie de son poste diplomatique à l’heure du retour de son candidat favori au pouvoir. Cependant il y a une contradiction dans cette histoire, qui tend à donner à Rohani un pouvoir qu’il n’a pas sur la volonté du Guide suprême: si tel était le cas, alors pourquoi n’a-t-il pu empêcher sa mise à l’écart de l’équipe des négociateurs nucléaires ?

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe