lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeStopper la menace des mollahs iraniens en Irak

Stopper la menace des mollahs iraniens en Irak

 Par Lord Corbett

Newsmax.com, 9 octobre – L’indice d’écoute du président iranien Mahmoud Ahmadinejad le mois dernier à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York aurait dû convaincre les Américains de ne pas céder aux demandes du régime iranien en Irak.

La force Qods des gardiens de la révolution iraniens arme, finance et entraîne les milices terroristes en Irak et passe clandestinement des bombes de bord de route fabriquées et payées par les mollahs pour tuer des soldats américains et de la coalition ainsi que des Irakiens. La dernière chose dont le peuple irakien a besoin, tout comme celui d'Iran, est ce mélange mortel d’intégrisme violent et d’arme nucléaire que visent les mollahs.

L'Iran maintenant s’est braqué sur sa principale résistance, les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), un groupe anti-intégriste fort de 4000 personnes basé à la Cité d’Achraf en Irak. Les mollahs ont été particulièrement courroucés par la Grande-Bretagne lorsque ses tribunaux et son parlement ont retiré l’OMPI de la liste des organismes terroristes au début de l’année.

L’OMPI a joué un rôle pour bloquer la tentative des mollahs de faire de l'Irak un État à sa solde, incitant les 5,2 millions d'Irakiens, ainsi que 3 millions de chiites irakiens, à déclarer leur soutien à la Résistance et à condamner l'ingérence iranienne dans leur pays. Le groupe a fourni à la coalition des renseignements sur les transferts d'armes iraniennes qui alimentent l'insurrection, et avec son interprétation tolérante de l'Islam, a rallié les Irakiens de toutes origines ethniques et religieuses pour s’opposer à la politique expansionniste de Téhéran dans leur pays.

L’OMPI a été mis sur la liste noire il y a une décennie par l'administration Clinton, comme geste de bonne volonté à l’attention de Téhéran. L’interdiction a été collée/copiée par le Royaume-Uni et l'Union européenne, mais la Cour d'appel du Royaume-Uni et la Cour européenne de justice ont annulé les deux inscriptions, les qualifiant de "perverses" et "illégales".

Maintenant l'Iran se sert de ses agents dans le gouvernement irakien pour tenter de mettre la main sur le groupe. Sous la pression de Téhéran, le 17 juin le Conseil des ministres irakien a ordonné l'expulsion d’Irak de tous les membres de l’OMPI en violation du «principe de non-refoulement ». Il a depuis cherché à retirer la protection de la Cité d’Achraf Ville des mains de la coalition.

Les membres de l’OMPI sont reconnus comme des «personnes protégées» en vertu de la IVe Convention de Genève, et la responsabilité d’assurer cette protection incombe aux forces américaines. Transférer cette tâche aux agents de l’Iran risque d’entraîner des conséquences meurtrières et de permettre au régime de renforcer la pression sur Bagdad pour lutter sur le groupe.

Cela constituerait également une violation du droit international qui stipule que les personnes protégées ne peuvent être remises à une puissance qui chercherait à violer leurs droits, comme les en a menacés le gouvernement irakien.

Toute action hostile vis-à-vis de l’OMPI à Achraf pourrait convaincre de nombreux Irakiens que les États-Unis sont impuissants à empêcher la domination iranienne de l'Irak et risquerait aussi de faire pencher puissamment la balance du pouvoir en Irak en faveur des mollahs, avec de larges répercussions pour les troupes de la coalition. 

Pour éviter une catastrophe humanitaire et dans l'intérêt de la sécurité à long terme en Irak, l'administration Bush et son successeur devrait prendre le ferme engagement de maintenir la protection du camp Achraf et de ses résidents.

—————–
Robin Corbett est président du groupe travailliste à la Chambre des Lords britannique et préside également la Commission parlementaire britannique pour la liberté en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe